A missile is launched during a military drill in southern Iran.

Jean Delaunay

Les alliés du G7 avertissent l’Iran de ne pas fournir à la Russie de missiles balistiques destinés à être utilisés en Ukraine

Téhéran pourrait faire face à de nouvelles sanctions occidentales majeures s’il concluait un accord de longue date.

Les membres de l’alliance du G7 ont averti l’Iran qu’il serait frappé par de nouvelles sanctions occidentales importantes s’il allait de l’avant avec un projet visant à fournir à la Russie des missiles balistiques pour une utilisation dans la guerre en Ukraine.

L’administration Biden a sonné l’alarme depuis des mois quant au fait que la Russie recherche des missiles balistiques à courte portée auprès de l’Iran alors que Moscou lutte pour reconstituer ses approvisionnements en baisse.

Les États-Unis n’ont pas encore confirmé que les missiles ont été transférés de l’Iran vers la Russie, mais Washington est alarmé par les commentaires des responsables iraniens suggérant qu’un accord est imminent.

Un missile de fabrication iranienne est exposé lors d'un rassemblement à Téhéran avec la tour de télécommunication Milad en arrière-plan.
Un missile de fabrication iranienne est exposé lors d’un rassemblement à Téhéran avec la tour de télécommunication Milad en arrière-plan.

« Si l’Iran devait fournir des missiles balistiques ou des technologies connexes à la Russie, nous sommes prêts à réagir rapidement et de manière coordonnée, notamment par de nouvelles mesures significatives contre l’Iran », ont déclaré les dirigeants du G7 dans un communiqué.

La mission iranienne à l’ONU a déclaré le mois dernier qu’il n’existait aucune restriction légale l’empêchant de vendre des missiles balistiques, mais que le gouvernement iranien était « moralement obligé de s’abstenir de toute transaction d’armes pendant le conflit russo-ukrainien pour éviter d’alimenter la guerre ».

Resserrement

L’administration Biden a déclaré en janvier que les responsables du renseignement américain avaient déterminé qu’un accord russo-iranien n’avait pas été conclu.

Ils s’inquiètent toutefois du fait que les négociations menées par la Russie pour acquérir des missiles auprès de l’Iran progressent activement.

En septembre, selon la Maison Blanche, l’Iran a accueilli le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou pour lui présenter une gamme de systèmes de missiles balistiques, suscitant les inquiétudes des États-Unis quant à un accord imminent.

Les États-Unis et d’autres pays ont pris des mesures visant à contrecarrer la fourniture, la vente ou le transfert d’éléments liés à l’Iran et aux missiles balistiques, notamment en donnant des directives aux entreprises privées sur les pratiques d’achat de missiles iraniens pour s’assurer qu’elles ne soutiennent pas par inadvertance les efforts de développement de l’Iran.

Le président russe Vladimir Poutine, au centre, accueille le président iranien Ebrahim Raisi, à gauche, pour les entretiens au Kremlin à Moscou, en Russie.
Le président russe Vladimir Poutine, au centre, accueille le président iranien Ebrahim Raisi, à gauche, pour les entretiens au Kremlin à Moscou, en Russie.

« Nous avons envoyé des messages très clairs à l’Iran pour qu’il ne le fasse pas, c’est un sujet de conversation considérable entre un certain nombre de pays », a déclaré le secrétaire d’État Antony Blinken lors d’une conférence de presse vendredi à Vienne.

L’administration Biden a cherché à plusieurs reprises à faire valoir que le Kremlin est devenu dépendant de l’Iran et de la Corée du Nord pour les armes dont il a besoin pour mener sa guerre contre l’Ukraine. Il a divulgué les résultats des services de renseignement qui, selon lui, le prouvent.

La Russie a acquis et utilisé des missiles balistiques nord-coréens contre l’Ukraine, mais l’Ukraine affirme que ces armes ont souvent manqué leur cible une fois déployées.

La Russie a reçu de l’Iran des centaines de drones d’attaque unidirectionnels, ainsi que des équipements liés à la production de drones, selon la Maison Blanche.

Téhéran a été accusé par Washington d’avoir fourni à la Russie des matériaux pour construire une usine de fabrication de drones à l’est de Moscou.

L’Iran a initialement nié avoir fourni des drones à la Russie et n’a reconnu qu’en avoir fourni une petite quantité avant que Moscou ne lance son invasion de l’Ukraine.

Laisser un commentaire

7 + 4 =