Farmers make barricades after blocking a highway during a protest near Mollerussa, northeast Spain, Tuesday, Feb. 6, 2024.

Jean Delaunay

Les agriculteurs espagnols manifestent contre leurs tracteurs contre les politiques et les prix de l’UE

Des protestations ont eu lieu parmi les agriculteurs de pays comme la France, la Pologne et la Grèce sur cette question.

Des milliers d’agriculteurs espagnols ont organisé mercredi une deuxième journée de manifestations de tracteurs à travers le pays.

À l’image des protestations à travers l’Europe, les agriculteurs exigent des changements dans les politiques agricoles de l’UE et des mesures pour lutter contre la hausse des coûts de production et la grave sécheresse.

Les manifestations ont conduit au blocage de plusieurs principales autoroutes nationales. L’accès au port oriental de Castellon et à l’aéroport sud-est de Jerez ont également été temporairement coupés.

Un millier de tracteurs se dirigeraient également lentement vers le centre-ville de Barcelone, provoquant d’importants embouteillages dans la capitale catalane.

Les manifestations, impliquant plusieurs milliers de personnes à bord de tracteurs et d’autres véhicules, n’ont pas été soutenues par les trois principales organisations agricoles espagnoles, qui ont appelé à des manifestations distinctes dans les prochains jours. Plusieurs médias ont associé de nombreuses manifestations à des groupes conservateurs.

Les manifestations devraient se poursuivre dans les semaines à venir, avec une manifestation majeure à Madrid prévue le 21 février.

S’exprimant mercredi devant le parlement espagnol, le Premier ministre Pedro Sánchez s’est engagé à aider les agriculteurs et à porter leur cause en Europe.

Le ministère de l’Agriculture a annoncé mardi une aide d’environ 270 millions d’euros à 140 000 agriculteurs pour compenser la grave sécheresse qui frappe l’Espagne et les problèmes causés par la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Le ministre de l’Agriculture, Luis Planas Puchades, a rencontré les syndicats d’agriculteurs vendredi, mais n’est pas parvenu à les convaincre de mettre un terme aux manifestations.

Concessions de l’UE aux agriculteurs

D’autres manifestations ont eu lieu ces derniers jours dans des pays comme la France, la Pologne et la Grèce. La Commission européenne, le pouvoir exécutif de l’UE, a déjà fait des concessions aux agriculteurs au cours des dernières semaines sur les règles en matière d’environnement et d’aide, et a décidé cette semaine de suspendre les projets visant à réduire de moitié l’utilisation de pesticides et d’autres produits dangereux.

La ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, qui assure actuellement la présidence tournante de l’UE, a déclaré mercredi que les règles régissant l’agriculture « doivent être réévaluées à la lumière des réalités actuelles ».

Le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, a déclaré que « la rareté des ressources, la flambée des prix et un marché mondial de plus en plus compétitif ont un impact énorme sur le secteur agricole et les communautés rurales.

« Les agriculteurs qui manifestent dans les rues d’Europe nous ont montré que beaucoup d’entre eux se sentent piégés, que leurs besoins ne sont pas satisfaits. Il faut donc agir », a-t-il ajouté.

L’inaction, cependant, plairait probablement à de nombreux agriculteurs protestataires, car elle pourrait retarder les projets actuels de l’UE qui appellent à des changements bureaucratiques coûteux et à l’approbation d’accords de libre-échange internationaux qui permettraient d’introduire des produits agricoles bon marché sur les marchés européens.

Laisser un commentaire

dix-sept − quatre =