Houses in the UK.

Milos Schmidt

Les agents immobiliers britanniques prédisent un répit pour le marché immobilier

Des jours meilleurs pourraient s’annoncer pour le marché immobilier après une période difficile causée par l’inflation des coûts hypothécaires.

Les agents immobiliers s’attendent à une reprise des ventes de logements au cours de l’année à venir après une chute de la demande observée en 2023, selon les données publiées jeudi par la Royal Institution of Chartered Surveyors (Rics).

Les prévisions de ventes annuelles de Rics ont bondi de 10 % entre novembre et décembre, pour atteindre 34 %.

Pendant ce temps, la mesure de Rics des demandes de nouveaux acheteurs était de -3% en décembre, une forte amélioration par rapport au chiffre de -13% de novembre.

L’indicateur des ventes convenues de logements a également augmenté à -6% le mois dernier, soit le niveau le plus élevé depuis mars 2022.

Ces chiffres signifient que les ventes nouvellement conclues et les demandes de nouveaux acheteurs continuent de diminuer, mais que le rythme de cette baisse ralentit.

Tarrant Parsons, économiste principal au Rics, a déclaré : « Soutenue par une baisse récente des taux d’intérêt hypothécaires, la demande des acheteurs s’est désormais stabilisée, et cela devrait se traduire par une légère reprise des volumes de ventes résidentielles au cours des prochains mois. »

Le rapport de jeudi indique également qu’il faut désormais en moyenne 18 semaines pour finaliser la vente d’une maison, contre 20 semaines en septembre 2023.

Les prix de l’immobilier chutent en novembre

Mercredi, l’Office britannique des statistiques nationales (ONS) a publié les chiffres du logement pour novembre, montrant la plus forte baisse des prix de l’immobilier observée depuis plus d’une décennie.

Le coût moyen d’une maison s’est contracté de 2,1 % au cours de l’année jusqu’en novembre 2023, contre une baisse annuelle de 1,3 % enregistrée en octobre.

Alors qu’une maison britannique moyenne coûtait 291 000 £ (339 000 €) en novembre 2022, elle coûtait 6 000 £ de moins (285 000 £) en novembre.

Si l’on examine les différences régionales, le Nord-Est est la région anglaise qui a connu la plus faible baisse des prix moyens de l’immobilier au cours des 12 mois précédant novembre (en baisse de 0,4 %), tandis que Londres a connu la plus forte baisse (en baisse de 6,0 %).

Cela dit, la capitale reste toujours l’endroit le plus cher du Royaume-Uni, avec un prix moyen de l’immobilier de 505 000 £ en novembre 2023.

Pourquoi les maisons deviennent-elles moins chères ?

La chute des prix de l’immobilier a été provoquée par une hausse des taux d’intérêt qui a fait augmenter les coûts d’emprunt et freiné la demande des acheteurs.

Avant la décision de la Banque d’Angleterre de maintenir les taux à 5,25 % en septembre, le Royaume-Uni a connu 14 hausses consécutives des taux d’intérêt, ce qui signifie que les personnes bénéficiant de plans de prêts hypothécaires variables ont vu leurs remboursements monter en flèche.

À l’horizon 2024, le paysage hypothécaire est en train de changer, comme cela est devenu évident lorsqu’un certain nombre de prêteurs ont réduit leurs contrats de prêts hypothécaires à taux fixe début janvier.

Selon les données publiées mercredi par la société immobilière Rightmove, le taux hypothécaire moyen actuel pour un prêt hypothécaire à taux fixe sur cinq ans est de 4,79 %, contre 4,94 % la semaine précédente.

En ce qui concerne les taux fixes sur deux ans, Rightmove a signalé une transaction moyenne à 5,10 %, en baisse par rapport aux 5,28 % de la semaine précédente.

De nombreux analystes espèrent une nouvelle amélioration du marché immobilier britannique, car la stabilisation du taux d’intérêt de base renforce la confiance des acheteurs.

Cela dit, en ce qui concerne la baisse des taux hypothécaires, il est également important de noter que de nombreux propriétaires constatent une augmentation de leurs taux hypothécaires cette année.

En effet, leurs accords à taux fixe, conclus avant la hausse des taux d’intérêt, vont expirer.

De plus, il convient de rappeler que les données Rics ont été collectées avant la publication des chiffres d’inflation de décembre pour le Royaume-Uni, qui s’élevaient contre toute attente à 4 %.

Ce recul de l’inflation pourrait retarder le calendrier des réductions des taux d’intérêt, ébranler la confiance du marché et maintenir les taux hypothécaires à un niveau élevé plus longtemps.

Laisser un commentaire

8 + 9 =