Health and food safety authorities recommend increasing surveillance on avian influenza.

Jean Delaunay

Les agences de l’UE appellent à une vigilance accrue face à la grippe aviaire

Alors que le nombre de foyers de grippe aviaire a diminué en Europe, les autorités sanitaires et de sécurité alimentaire recommandent de renforcer la surveillance compte tenu des migrations d’oiseaux après l’été.

« Il y a des raisons d’être plus conscient mais pas de s’inquiéter davantage », a déclaré Pamela Rendi-Wagner, directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans un communiqué, ajoutant qu’il était important de rester vigilant et proactif car « cette menace pour la santé humaine ne doit pas être sous-estimée ».

Bien que plusieurs foyers de grippe aviaire aient été détectés dans des fermes du monde entier – avec des rapports récents provenant de fermes aux États-Unis – la transmission à l’homme est encore rare et limitée aux personnes en contact étroit avec des animaux infectés et des espaces contaminés.

La grippe aviaire est une maladie virale extrêmement contagieuse qui touche principalement les volailles et les oiseaux aquatiques sauvages. Elle peut être hautement ou faiblement pathogène (IAHP/IAFPA) selon sa capacité à provoquer une maladie grave ou la mortalité de l’organisme hôte.

L’HPAI est mortelle pour les volailles domestiques et peut anéantir des troupeaux entiers en quelques jours, alors que les souches LPAI ne provoquent généralement que peu ou pas de signes de maladie.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a indiqué que l’épidémie d’IAHP était particulièrement observée en termes de propagation géographique des foyers d’infections chez les volailles et de nombre d’oiseaux sauvages morts. L’agence a également noté une augmentation de la diversité des espèces touchées par le virus.

Selon les dernières données disponibles au 20 juin, 14 nouveaux cas humains d’infection par la grippe aviaire ont été signalés en Australie, en Chine, en Inde, au Mexique, aux États-Unis et au Vietnam. Selon ces rapports, la plupart des cas ont été exposés à des marchés de volailles ou de volailles vivantes.

L’ECDC et l’EFSA soulignent que malgré ces infections humaines – aucune dans l’UE jusqu’à présent – ​​aucune transmission interhumaine n’a été signalée.

Toutefois, les agences préviennent que la transmission sporadique aux humains est susceptible de se poursuivre parmi les personnes exposées aux animaux infectés si l’équipement de protection n’est pas utilisé de manière appropriée.

Sur la base de ces données, l’ECDC a émis des recommandations visant à accroître la vigilance et la surveillance des cas éventuels.

L’agence recommande d’abaisser le seuil de dépistage de la grippe aviaire chez l’homme, notamment en utilisant une approche basée sur les risques pour les personnes asymptomatiques exposées et en testant la grippe chez tout patient admis à l’hôpital avec des symptômes compatibles avec une infection.

En juin, la Commission européenne a acheté 665 000 doses de vaccin pré-pandémique contre la grippe aviaire et a pris une option sur 40 millions de doses au cours des quatre prochaines années. Les premières livraisons de vaccins ont été envoyées en Finlande pour la vaccination immédiate des travailleurs risquant d’être exposés, comme les employés des élevages de volailles et les vétérinaires.

La grippe aviaire peut se transmettre des animaux aux humains principalement de deux manières : par contact direct avec des oiseaux infectés ou des environnements contaminés ou par l’intermédiaire d’un hôte intermédiaire, comme les porcs, les vaches, les renards ou parfois les chats vivant dans des fermes.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments a indiqué qu’il n’existait aucune preuve que la grippe aviaire puisse être transmise à l’homme par la consommation de produits à base de volaille contaminés.

Laisser un commentaire

1 × trois =