Smoke rises to the sky after an explosion in the Gaza Strip as seen from southern Israel, Thursday, April 25, 2024.

Jean Delaunay

L’Egypte envoie une délégation en Israël pour négocier un cessez-le-feu à Gaza

Tous les derniers développements sur la guerre en Ukraine.

L’Egypte a envoyé une délégation de haut niveau en Israël pour des négociations, cherchant à faire adopter un accord de cessez-le-feu avec le Hamas et à éviter une offensive israélienne sur la ville de Rafah à Gaza qui pourrait ruiner la stabilité régionale, ont indiqué des responsables.

Le plus haut responsable égyptien des renseignements, Abbas Kamel, dirigeait la délégation et prévoyait de discuter avec Israël d’une « nouvelle vision » d’un cessez-le-feu prolongé à Gaza, a déclaré un responsable égyptien, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter librement de la mission.

Les discussions de vendredi ont porté sur un accord pour la libération des otages détenus par le Hamas en échange du retour d’un nombre important de Palestiniens déplacés dans leurs foyers du nord de Gaza « avec un minimum de restrictions », a déclaré le responsable égyptien.

Le responsable a déclaré que les médiateurs travaillaient sur un compromis qui répondrait à la plupart des principales demandes des deux parties.

Le Hamas a déclaré qu’il ne reculerait pas sur ses exigences en faveur d’un cessez-le-feu permanent, qui comprend un retrait complet des troupes israéliennes. Israël a rejeté ce plaidoyer. Tel Aviv affirme qu’elle poursuivra ses opérations militaires jusqu’à la défaite du Hamas et qu’elle maintiendra ensuite une présence sécuritaire à Gaza.

Des Palestiniens inspectent les décombres d'un immeuble résidentiel détruit de la famille Abo al Hanood après une frappe aérienne israélienne dans le camp de réfugiés de Rafah.  17 avril 2024.
Des Palestiniens inspectent les décombres d’un immeuble résidentiel détruit de la famille Abo al Hanood après une frappe aérienne israélienne dans le camp de réfugiés de Rafah. 17 avril 2024.

Pendant ce temps, l’armée israélienne a massé des dizaines de chars et de véhicules blindés dans le sud d’Israël, près de Rafah, apparemment en préparation d’une invasion.

Des enquêteurs de l’ONU enquêtent sur 14 membres du personnel humanitaire de Gaza qu’Israël a impliqués dans l’attaque du Hamas du 7 octobre

Les enquêteurs de l’ONU enquêtent sur des allégations contre 14 des 19 membres du personnel de l’agence d’aide aux Palestiniens des Nations Unies, connue sous le nom d’UNRWA, qui, selon Israël, auraient été impliqués dans l’attaque du Hamas le 7 octobre, selon le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

L’organisme de surveillance interne de l’ONU – le Bureau des services de contrôle interne – mène l’enquête suite aux premières allégations d’Israël en janvier.

L’une des affaires a été close faute de preuves fournies par le gouvernement israélien. Quatre autres ont été suspendus.

Israël a informé l’ONU en janvier que 12 employés de l’UNRWA auraient participé à l’attaque du 7 octobre dans le sud d’Israël, lorsque le Hamas et d’autres militants palestiniens ont tué environ 1 200 personnes et en ont pris 250 en otages.

Dujarric a déclaré que l’ONU avait par la suite reçu d’autres allégations d’Israël concernant sept membres du personnel de l’UNRWA – cinq en mars et deux en avril.

L’UNRWA compte 32 000 employés au Liban, en Syrie, en Jordanie et dans les territoires palestiniens, dont 13 000 à Gaza, qui fournissent une éducation, des soins de santé, de la nourriture et d’autres services à plusieurs millions de Palestiniens et à leurs familles.

Les États-Unis, leur plus grand donateur, et plus d’une douzaine d’autres pays ont suspendu leurs contributions à l’UNRWA suite aux allégations d’Israël, provoquant une pause dans le financement d’une valeur d’environ 450 millions de dollars.

Un certain nombre de pays ont depuis repris leurs contributions, mais le Congrès américain a suspendu tout financement pour l’agence jusqu’en mars 2025.

Laisser un commentaire

douze + 12 =