People outside cafes and pubs in Soho, central London, UK. April 12, 2021.

Jean Delaunay

L’économie britannique reçoit un coup de pouce surprise après un mois de croissance nulle

La production du mois de mai a été stimulée par une hausse dans le secteur des services, le soleil ayant stimulé les dépenses de consommation.

Le PIB britannique a augmenté de 0,4 % sur un mois en mai, a confirmé jeudi l’Office for National Statistics (ONS).

Ce chiffre intervient après un résultat stable en avril et représente le double du total prévu par les analystes.

La croissance a été principalement tirée par la production de services, qui a augmenté de 0,3 %, soit le cinquième bond mensuel consécutif.

La production a également augmenté de 0,2 %, tandis que la construction a augmenté de 1,9 %.

Il s’agit d’une nouvelle positive pour le secteur auparavant affecté par le temps humide, la construction ayant chuté de 1,1 % en avril.

« C’est incroyable ce qu’un peu de temps chaud peut faire », a déclaré Danni Hewson, responsable de l’analyse financière chez AJ Bell.

« Alors que les températures ont atteint des records pour le mois de mai, les acheteurs ont fait leurs achats, les constructeurs ont construit et beaucoup d’entre nous ont bu une bonne pinte bien fraîche. »

Pour autant, Hewson a suggéré que les chiffres mensuels ne peuvent pas nécessairement prévoir les tendances à long terme.

« Le mois de juillet s’annonce déjà un peu pluvieux et même si l’Angleterre parvient à ramener l’Euro à la maison, augmentant ainsi les profits des pubs au passage, le temps pluvieux risque d’avoir un impact sur la fréquentation de nos rues principales et sur la productivité de nos chantiers de construction. »

« La confiance des consommateurs a été revigorée par la baisse de l’inflation, mais ces quelques centimes supplémentaires dans nos salaires ne servent pas à grand-chose et tout indique qu’à l’approche de l’hiver, les factures d’énergie vont peser davantage sur nos budgets familiaux. »

Certains analystes estiment que les chiffres de croissance robustes du mois de mai pourraient dissuader la Banque d’Angleterre (BoE) de réduire ses taux d’intérêt lors de sa réunion du mois prochain.

Le taux de base reste à 5,25 %, son plus haut niveau depuis 16 ans, même si l’inflation est désormais conforme à l’objectif de 2 % de la BoE.

Malgré l’incertitude sur les coûts d’emprunt, les chiffres de jeudi seront bien accueillis par le nouveau gouvernement travailliste au Royaume-Uni.

La chancelière Rachel Reeves espère qu’en donnant la priorité à la croissance, elle sera en mesure de financer durablement les dépenses de service public.

En réaction à l’annonce de l’ONS, la livre sterling a augmenté face au dollar jeudi matin à 1,287 $ (à 9h45 GMT+1).

Laisser un commentaire

3 × 1 =