Le suspect de la prise d'otage à l'aéroport de Hambourg n'avait pas de permis d'armes

Jean Delaunay

Le suspect de la prise d’otage à l’aéroport de Hambourg n’avait pas de permis d’armes

Un homme armé qui s’est rendu samedi sur le tarmac de l’aéroport de Hambourg avec sa fille de 4 ans n’avait pas de permis d’armes et conduisait une voiture de location.

Un homme qui s’est rendu sur le tarmac de l’aéroport de Hambourg avec sa fille de 4 ans, au début d’une confrontation de 18 heures avec la police qui s’est terminée par son arrestation, utilisait une voiture de location et n’avait pas de permis d’armes.

Les opérations à l’aéroport sont revenues à la normale lundi après la longue fermeture provoquée par la prise d’otages, et l’exploitant de l’aéroport a signalé qu’il renforcerait la sécurité.

Le citoyen turc de 35 ans a franchi une porte d’aéroport samedi soir, a tiré en l’air et a lancé deux engins incendiaires hors de la voiture, selon des témoins, avant de garer le véhicule sous un avion juste à l’extérieur d’un terminal.

Il aurait enlevé sa fille à sa mère à Stade, à environ 52 kilomètres de Hambourg, dans le cadre d’une bataille pour la garde, et faisait déjà l’objet d’une enquête pour avoir prétendument kidnappé sa fille et l’avoir emmenée en Turquie sans autorisation l’année dernière.

Le porte-parole de la police du Stade, Rainer Bohmbach, a déclaré que le véhicule utilisé à l’aéroport était une voiture de location, ont rapporté les médias allemands. Il a ajouté que l’on ne savait pas s’il travaillait pour une société de location de voitures, mais que c’était peu probable.

Le suspect n’a pas de permis d’armes, a déclaré Liddy Oechtering, porte-parole du procureur de Hambourg. Elle a déclaré qu’ils chercheraient à le maintenir en détention parce qu’il était soupçonné de prise d’otages, d’enlèvement de mineur et d’infractions à la législation sur les armes.

L’exploitant de l’aéroport a déclaré qu’il « mettrait en œuvre d’autres mesures de construction pour renforcer les points d’entrée possibles dans la zone de sécurité », ont rapporté des sources locales. Il n’a pas donné de détails précis.

« Les aéroports allemands sont fondamentalement très sûrs », a déclaré à la presse à Berlin le porte-parole du chancelier Olaf Scholz, Steffen Hebestreit. Mais « ce que nous avons vu à Hambourg montre qu’il y a toujours des lacunes dans le concept, et qu’une personne dotée d’une grande énergie criminelle et apparemment très désespérée peut réussir à exploiter ces lacunes. »

« Il est également clair qu’aucun concept n’est si bon qu’il ne puisse être encore amélioré », a-t-il déclaré.

Deuxième tournage à Hambourg cette année

En mars, huit personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées après qu’un homme a ouvert le feu sur une église des Témoins de Jéhovah. L’auteur faisait partie des victimes et l’incident n’a pas été qualifié d’attentat terroriste.

La police allemande fait l’objet d’une surveillance accrue après que des informations ont été révélées selon lesquelles les autorités avaient été informées du tireur et que l’incident a déclenché un débat sur les lois du pays sur les armes à feu.

De plus en plus d’Allemands demandent un permis d’armes à feu

Selon un article de journal de 2019, de plus en plus d’Allemands obtiennent le permis dont ils ont besoin pour porter un pistolet à gaz, un nombre qui a plus que doublé depuis 2014.

Les experts ont averti qu’ils ressemblent beaucoup à de vraies armes à feu et peuvent toujours être mortels à très courte distance, et ont également mis en garde contre les problèmes potentiels créés par l’abondance de pistolets d’alarme dans les rues et que ceux-ci ne créent qu’un « faux sentiment de sécurité ».

Le journal, qui a compilé les données des ministères de l’Intérieur des 16 Länder allemands, indique qu’environ 5,4 millions d’armes à feu réelles étaient détenues par des particuliers en Allemagne en 2018, soit quelque 27 000 de plus que l’année précédente. Il s’agissait principalement de fusils plutôt que d’armes de poing.

Laisser un commentaire

11 + 19 =