Antony Blinken speaks to the media as after meeting with families of Israelis held hostage in Tel Aviv, Israel, Tuesday, June 11, 2024. (Jack Guez, Pool Photo via AP)

Jean Delaunay

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken rencontre les proches des otages israéliens

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est brièvement entretenu mardi avec des membres des familles des otages américains à Gaza alors qu’il poursuivait sa visite à Tel Aviv.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rencontré mardi des membres des familles des otages américains à Gaza et a exhorté le Hamas à accepter un accord de cessez-le-feu.

« Nous travaillons chaque minute pour ramener tout le monde à la maison », a-t-il déclaré aux familles.

Biden a pris la parole après que le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé sa première résolution approuvant un plan de cessez-le-feu visant à mettre fin à la guerre en cours entre Israël et le Hamas à Gaza.

Cette résolution salue une proposition que les États-Unis affirment qu’Israël a déjà acceptée.

Le Hamas a répondu dans un communiqué en disant qu’il saluait la résolution et qu’il était prêt à négocier indirectement avec Israël pour la mettre en œuvre.

« Pour moi, tous les otages, mais surtout nos huit familles américaines qui ont des proches à Gaza, nous sommes déterminés à les ramener chez eux », a déclaré Blinken. « La proposition présentée par le président Biden est le meilleur moyen d’y parvenir. »

« Tout le monde a dit oui, sauf le Hamas. Et si le Hamas ne dit pas oui, alors c’est clairement sa faute.»

Blinken a continué d’exhorter les hauts responsables israéliens à accepter et à mettre en œuvre un plan pour Gaza d’après-guerre – lors de sa réunion mardi avec le chef de l’opposition israélienne Yair Lapid et le membre récemment démissionnaire du cabinet de guerre du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Benny Gantz.

La nouvelle intervient alors que l’ONU évoque de possibles crimes de guerre commis par les forces israéliennes et les groupes armés palestiniens à la suite du raid de Nuseirat qui a libéré quatre otages israéliens.

Le porte-parole du bureau des droits de l’homme, Jeremy Laurence, a exprimé ses inquiétudes quant aux violations potentielles des règles de proportionnalité, de distinction et de précaution par les forces israéliennes lors du raid.

Il a également déclaré que les groupes armés palestiniens qui détenaient des otages dans des zones densément peuplées mettaient la vie des civils et des otages en danger supplémentaire en cas d’hostilités.

Laisser un commentaire

seize − sept =