Protestors hold signs and EU and Ukrainian flags during a demonstration in support of Ukraine outside of an EU summit in Brussels, on June 23, 2022.

Jean Delaunay

Le projet de cadre pour l’Ukraine et les négociations d’adhésion de la Moldavie sont prêts, selon la Commission européenne

L’Ukraine et la Moldavie pourraient bientôt faire des progrès sur la voie de l’adhésion à l’UE après que la Commission européenne a envoyé mardi aux États membres son projet de cadre pour les négociations d’adhésion.

Les cadres, qui définissent les principes et les lignes directrices qui guideront les négociations d’adhésion de Bruxelles avec Kiev et Chișinău, nécessiteront l’approbation unanime des 27 dirigeants de l’UE.

S’il est approuvé, cela pourrait rapprocher les deux pays de leur ambition d’adhésion à part entière à l’UE.

« L’Ukraine a fait preuve d’une résilience et d’un engagement remarquables et a fait des progrès substantiels sur la voie de l’UE », a déclaré le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, dans un communiqué.

« Malgré les attaques hybrides de la Russie, la Moldavie a encore progressé dans ses réformes d’adhésion à l’UE et a fait preuve d’une résilience impressionnante. La présentation du projet de cadre de négociation pour l’Ukraine et la Moldavie constitue un pas en avant dans le processus », a-t-il ajouté.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a remercié personnellement von der Leyen pour avoir présenté le cadre de négociation.

« Notre choix européen est en train d’être mis en pratique et le jour de l’adhésion de l’Ukraine à l’UE se rapproche », a-t-il déclaré.

L’ouverture des négociations d’adhésion de l’Ukraine et de la Moldavie a été approuvée par les dirigeants de l’UE lors d’un sommet en décembre, malgré la ferme opposition du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, qui doute de la volonté de l’Ukraine d’entamer des négociations.

Orbán a également dénoncé Kiev pour ne pas avoir respecté les droits de la minorité hongroise dans la province ukrainienne la plus occidentale de l’oblast de Transcarpatie.

En décembre, les dirigeants ont vaincu la campagne d’opposition d’Orbán en lui demandant tactiquement de quitter la salle afin de lui permettre de s’abstenir lors du vote.

Mais l’adoption des cadres exigeant encore une fois l’unanimité, Orbán a une nouvelle opportunité d’opposer à lui seul son veto au début des négociations.

Les pays candidats doivent mettre en œuvre une série de réformes judiciaires et constitutionnelles afin de se conformer aux lois et normes de l’UE avant de pouvoir passer à l’étape suivante du processus d’adhésion.

La Commission a déclaré en novembre que l’Ukraine et la Moldavie avaient rempli plus de 90 % de ces exigences et qu’elles devaient simplement régler les détails de leurs réformes avant d’entamer des négociations.

Parmi les réformes en cours en Ukraine figurent des mesures visant à lutter contre la corruption – notamment par de nouvelles nominations aux plus hauts postes de lutte contre la corruption -, à freiner l’influence des oligarques et à sauvegarder les droits des minorités nationales.

Lundi, le parlement ukrainien, la Verkhovna Rada, a donné son approbation définitive à un projet de loi sur le lobbying qui renforcera les règles applicables aux lobbyistes gouvernementaux et éliminera l’influence des oligarques, conformément aux demandes de Bruxelles.

La guerre rend l’élargissement de l’UE plus urgent

L’adhésion des pays candidats, une procédure habituellement très longue, a été accélérée depuis que la Russie a lancé son invasion à grande échelle de l’Ukraine, la guerre aux portes orientales de l’Europe donnant un nouvel élan à l’élargissement de l’UE.

L’Ukraine a demandé son adhésion à l’UE le 28 février 2022, quelques mois seulement après l’invasion de son territoire par la Russie. La Moldavie a emboîté le pas quelques jours plus tard. Les deux pays ont obtenu le statut de candidat quatre mois plus tard seulement.

La vitesse à laquelle leurs applications ont progressé est sans précédent dans l’histoire du bloc.

Les demandes d’adhésion des pays des Balkans occidentaux ont également pris un nouvel élan, le bloc reconnaissant l’impératif géopolitique de tenir ses promesses envers la région.

La Bosnie-Herzégovine est devenue mardi le cinquième pays des Balkans occidentaux à obtenir le feu vert de la Commission pour des négociations d’adhésion, rejoignant l’Albanie, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Serbie. Le Kosovo est actuellement considéré comme un « candidat potentiel » à l’adhésion à l’UE.

Mais des questions et des incertitudes demeurent quant à la faisabilité de l’adhésion de l’Ukraine au bloc alors que la guerre se poursuit.

Laisser un commentaire

six − 1 =