Exterior view of the International Criminal Court, or ICC, in The Hague, Netherlands, Tuesday, April 30, 2024.

Jean Delaunay

Le procureur de la CPI demande des mandats d’arrêt contre Israël et les dirigeants du Hamas

Le principal procureur du tribunal de La Haye demande des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le chef du Hamas Yahya Sinwar, entre autres, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Le principal procureur de la Cour pénale internationale a demandé à la Cour d’émettre des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et trois autres dirigeants du Hamas – Yehya Sinwar, Mohammed Deif et Ismail Haniyeh – accusés d’être responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Parmi d’autres crimes présumés, une déclaration publiée lundi par le procureur en chef de la CPI, Karim Khan, accuse Netanyahu et Gallant d’utiliser la famine des civils comme méthode de guerre et de « diriger intentionnellement des attaques contre une population civile comme un crime de guerre ».

Les juges de la CPI vont maintenant examiner les preuves et décider si des mandats peuvent être délivrés.

Israël a vivement réagi à ces allégations, le ministre des Affaires étrangères Israel Katz qualifiant la décision de « scandaleuse » et de « honte historique dont on se souviendra à jamais ».

Sur X, Katz a déclaré qu’il parlerait aux ministres des Affaires étrangères pour les encourager à s’opposer à la demande de Khan et à organiser un centre de commandement spécial au sein du ministère israélien des Affaires étrangères pour la combattre.

La décision ne signifie pas que Netanyahu ou Gallant courent un risque immédiat de poursuites. Cependant, cette décision pourrait aggraver l’isolement d’Israël et rendre plus difficile pour les dirigeants israéliens de se rendre dans d’autres pays en visite diplomatique – surtout si les juges de la CPI décident d’émettre officiellement des mandats d’arrêt.

La Cour pénale internationale a été créée en 2002 avec la signature du Statut de Rome. Israël ne fait pas partie des 124 pays qui ont ratifié l’accord, permettant à la CPI, en tant que tribunal mondial, de poursuivre des individus pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.

Sinwar, Al-Masri et Haniyeh, membres du Hamas, ont été accusés de meurtre constitutif de crime contre l’humanité, d’actes de violence sexuelle et de prise d’otages constitutifs de crime de guerre.

Khan a déclaré qu’il y avait des raisons de croire que les hommes impliqués portaient la responsabilité des crimes de guerre depuis le début de l’action militaire israélienne à Gaza.

Faisant référence à Netanyahu et Gallant, il a ajouté que « les effets du recours à la famine comme méthode de guerre, ainsi que d’autres attaques et punitions collectives contre la population civile de Gaza, sont aigus, visibles et largement connus ». que les actions du Hamas le 7 octobre « exigent des comptes ».

La CPI enquête sur les actions d’Israël à Gaza depuis trois ans.

Dans le passé, Khan a participé à d’importantes affaires internationales de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, notamment dans l’ex-Yougoslavie, au Rwanda, au Cambodge et au Liban.

Laisser un commentaire

4 × 5 =