German Chancellor Olaf Scholz, centre, and Portugal

Jean Delaunay

Le prochain président de la Commission européenne ne doit pas compter sur le soutien de l’extrême droite, prévient Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz a averti que le prochain président de la Commission européenne ne devrait pas chercher à obtenir le soutien des partis d’extrême droite.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a débuté sa campagne pour les élections européennes vendredi, en mettant en garde contre le fait que le prochain président de la Commission européenne chercherait à obtenir le soutien des partis d’extrême droite, qui devraient réaliser des gains importants lors du vote du mois prochain.

Les partis européens de gauche exhortent les conservateurs et les libéraux traditionnels à rejeter les alliances avec les partis d’extrême droite après les élections européennes.

Un virage majeur vers la droite pourrait poser des défis au prochain chef de la Commission européenne, qui doit obtenir l’approbation d’une majorité au sein du nouveau Parlement européen. Diriger efficacement le bloc des 27 pourrait s’avérer difficile avec le seul soutien de ses groupes politiques traditionnels.

« Lorsque la prochaine Commission européenne sera formée, elle ne devra pas reposer sur le soutien d’une majorité parlementaire qui a également besoin du soutien des extrémistes de droite », a déclaré Scholz après un entretien avec son homologue portugais Luis Monténégro à Berlin.

« Je suis très attristé par l’ambiguïté de certaines déclarations politiques que nous avons entendues récemment. Mais je suis clair sur ce point : il ne sera possible d’établir une présidence de la Commission européenne que s’il s’appuie sur le soutien des partis traditionnels », a-t-il déclaré.

« Tout le reste serait une erreur pour l’avenir de l’Europe », a ajouté la chancelière allemande.

Scholz, un social-démocrate à la tête d’une coalition progressiste impopulaire en Allemagne, n’a pas précisé à quelles déclarations il faisait référence.

Cependant, ses propos seront probablement considérés comme un avertissement adressé à l’actuelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Elle est membre du principal parti d’opposition allemand, les chrétiens-démocrates, et devrait briguer un second mandat. Elle a également refusé d’exclure de travailler avec certains membres de partis d’extrême droite.

Laisser un commentaire

douze + treize =