Le président russe Vladimir Poutine se rend aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite lors de la COP28

Jean Delaunay

Le président russe Vladimir Poutine se rend aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite lors de la COP28

Alors que la police de l’ONU patrouille à Dubaï, Poutine s’entretient en tête-à-tête avec le dirigeant émirati, Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan.

Le président russe Vladimir Poutine a entamé mercredi un voyage en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, dans l’espoir de renforcer le soutien au Moyen-Orient de deux grands producteurs de pétrole alliés aux États-Unis alors que sa guerre contre l’Ukraine se poursuit.

Poutine a atterri à Abou Dhabi, la capitale des Émirats, une fédération de sept cheikhs qui accueille désormais les négociations climatiques COP28 des Nations Unies. Il s’agissait de son premier voyage dans la région depuis avant la pandémie de coronavirus et la guerre – et alors qu’il fait face à un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale pour la guerre en Ukraine.

Ni l’Arabie saoudite ni les Émirats arabes unis n’ont signé le traité fondateur de la CPI, ce qui signifie qu’ils n’ont aucune obligation d’arrêter Poutine en raison du mandat d’arrêt.

Le président russe est accusé d’être personnellement responsable des enlèvements d’enfants en Ukraine pendant sa guerre contre le pays.

Cependant, cette visite intervient alors que la police armée de l’ONU patrouille dans une partie de l’Expo City de Dubaï, désormais considérée comme un territoire international pour les négociations.

La réunion est largement considérée comme mettant en lumière les liens commerciaux étendus des Émirats avec la Russie, qui ont explosé à un moment où les sanctions occidentales ont pris pour cible Moscou.

Les Ukrainiens présents à l’événement ont exprimé leur indignation face à la présence de Poutine dans le pays, tout en le décrivant comme ayant commis des crimes environnementaux dans leur pays.

« Il est extrêmement bouleversant de voir comment le monde traite les criminels de guerre, car c’est ce qu’il est, à mon avis », a déclaré Marharyta Bohdanova, une participante ukrainienne à la COP28, en essuyant ses larmes. « Voir comment les gens laissent les gens l’aimer lors des grands événements, (…) le traiter comme un invité cher, est à mon avis tellement hypocrite. »

Un rapport sur le voyage de Poutine publié par l’agence de presse officielle Tass, publié mercredi matin, ne suggère aucune possibilité que Poutine vienne sur le site de la COP28.

Au lieu de cela, il a cité l’assistant du président russe, Yuri Ouchakov, qui a déclaré qu’il atterrirait et aurait une « réunion au palais » et des entretiens en tête-à-tête avec le dirigeant émirati, Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan.

Cette visite intervient après que la COP28 a vu défiler au sommet un défilé de dirigeants occidentaux, dont la vice-présidente américaine Kamala Harris, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre britannique Rishi Sunak et d’autres soutenant l’Ukraine.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, longtemps allié de Poutine, a également pris la parole de manière controversée.

Les dirigeants du monde assistent à un événement en faveur du triplement de la capacité nucléaire mondiale d’ici 2050 lors du Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le samedi 2 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis.
Les dirigeants du monde assistent à un événement en faveur du triplement de la capacité nucléaire mondiale d’ici 2050 lors du Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le samedi 2 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Le porte-parole de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Alexander Saier, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il « ne savait pas que M. Poutine viendrait à la conférence, mais qu’il lui faudrait également vérifier le pays hôte auprès du ministère des Affaires étrangères ».

Il a refusé de répondre immédiatement si la police de l’ONU serait obligée de procéder à une arrestation.

Le comité d’organisation émirati de la COP28 a posé des questions au ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, qui n’a pas immédiatement répondu.

Poutine s’est rendu pour la dernière fois aux Émirats arabes unis en 2019, recevant un accueil chaleureux de la part de Cheikh Mohammed, alors prince héritier d’Abou Dhabi. Mais depuis, le monde a changé.

Le président russe a lancé une invasion de l’Ukraine en février 2022, déclenchant une guerre acharnée qui se poursuit aujourd’hui. Le conflit est également un sujet brûlant pour les diplomates ukrainiens lors des négociations sur le climat.

« Je parle de ses crimes et cette personne est littéralement ici, quelque part près de moi », a déclaré Alina Abramenko, une autre membre du pavillon ukrainien qui met en lumière les dégâts environnementaux causés par la guerre. « Vous savez, c’est vraiment étrange. »

Pendant ce temps, la guerre entre Israël et le Hamas reste une préoccupation majeure pour le Moyen-Orient, en particulier pour les Émirats arabes unis, qui ont reconnu diplomatiquement Israël en 2020.

Les récentes attaques des rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, menacent également la navigation commerciale dans la mer Rouge, le programme nucléaire iranien poursuivant sa progression rapide depuis l’échec de l’accord nucléaire de 2016.

Les gens marchent avec l'horizon en arrière-plan alors que Dubaï, aux Émirats arabes unis, accueille le Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le mardi 5 décembre 2023.
Les gens marchent avec l’horizon en arrière-plan alors que Dubaï, aux Émirats arabes unis, accueille le Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, le mardi 5 décembre 2023.

Poutine doit rencontrer jeudi le président iranien Ebrahim Raisi pour ce qu’Ouchakov a décrit comme « une conversation assez longue ».

Les deux pays discutent des moyens de contourner les sanctions occidentales qui les visent.

Poutine se rendra en Arabie Saoudite et rencontrera le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane lors d’un voyage d’une journée, a déclaré Ouchakov. Ces discussions porteront probablement sur l’autre préoccupation majeure de Moscou au Moyen-Orient : le pétrole.

La Russie fait partie de l’OPEP, un cartel qui gère la production pour tenter de faire grimper les prix du pétrole brut.

La semaine dernière, le groupe a étendu certaines réductions de production jusqu’à l’année prochaine et a intégré dans son groupe le nouveau fournisseur de pétrole, le Brésil.

Laisser un commentaire

seize − 9 =