Georgia

Jean Delaunay

Le président géorgien oppose son veto à la loi sur les médias qui a provoqué des semaines de manifestations

La présidente Salomé Zourabichvili a opposé samedi son veto à la soi-disant « loi russe » ciblant les médias qui a déclenché des semaines de manifestations de masse.

Le président géorgien a opposé samedi son veto à la soi-disant « loi russe » ciblant les médias, qui a déclenché des semaines de protestations massives.

La loi obligerait les médias et les ONG à s’enregistrer comme « poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère » s’ils reçoivent plus de 20 % de leur financement de l’étranger.

La présidente Salomé Zourabichvili a déclaré plus tôt dans la semaine qu’elle considérait la loi « inacceptable ».

Zourabichvili est de plus en plus en désaccord avec le parti au pouvoir en Géorgie, a déclaré samedi que la loi contredit la constitution géorgienne et « toutes les normes européennes », et a ajouté qu’elle « doit être abolie ».

Le parti au pouvoir, Georgian Dream, dispose d’une majorité suffisante pour passer outre le veto de Zourabichvili, et il est largement attendu qu’il le fasse dans les prochains jours. Le gouvernement géorgien insiste sur le fait que la loi vise à promouvoir la transparence et à freiner ce qu’il considère comme une influence étrangère néfaste dans ce pays de 3,7 millions d’habitants.

Le projet de loi a déclenché des manifestations massives ce mois-ci à Tbilissi. Les opposants la qualifient de « loi russe » car elle ressemble aux réglementations russes. Samedi, une manifestation pacifique a eu lieu dans un centre commercial de la ville.

Laisser un commentaire

18 + onze =