Members of a group of some 30 migrants seeking asylum are seen in Bialowieza, Poland, on Sunday, 28 May 2023.

Jean Delaunay

Le Premier ministre polonais Tusk s’engage à renforcer la sécurité à la frontière avec la Biélorussie

Le Premier ministre polonais Donald Tusk s’est rendu samedi à la frontière avec la Biélorussie.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk s’est engagé à faire davantage pour renforcer la sécurité le long de sa frontière orientale lorsqu’il s’est rendu samedi à la frontière avec la Biélorussie.

Tusk a accusé la Biélorussie, alliée de la Russie, d’intensifier ce qu’il appelle une « guerre hybride » contre l’Occident en encourageant les migrants à tenter de rejoindre l’UE.

Il a promis que la Pologne n’épargnerait aucune dépense pour la sécurité de ses frontières.

« Je sais qu’il y a de plus en plus de passages illégaux chaque jour », a déclaré Tusk aux journalistes à la frontière, où il a rencontré des soldats de l’armée polonaise, des gardes-frontières et des policiers.

Il a également évoqué « la menace croissante résultant de la guerre russo-ukrainienne, de l’agression russe contre l’Ukraine et de la situation géopolitique incertaine ».

Cette visite à la frontière est la première de Tusk depuis qu’il a pris ses fonctions en décembre et intervient après la défection d’un juge polonais en Biélorussie ce mois-ci. Les autorités ont dénoncé le juge comme un traître et il fait l’objet d’une enquête pour soupçon d’espionnage.

Tusk réfléchit à son approche

Tusk a succédé au parti Droit et Justice ou PiS, connu pour son bras de fer avec l’Union européenne sur les questions d’État de droit. Le parti précédent avait adopté une position ferme contre l’immigration, le mettant ainsi en porte-à-faux avec d’autres alliés européens lors de sa première prise de pouvoir en 2015.

Mais depuis lors, le sentiment général contre l’immigration s’est durci à travers l’Europe.

Même si Tusk est plus modéré que certains de ses prédécesseurs en matière de migration, il s’oppose à une migration non réglementée.

Lors de sa visite, Tusk a déclaré : « Ce n’est pas seulement la frontière intérieure de la Pologne, mais aussi la frontière de l’Union européenne. Je suis donc convaincu que l’ensemble de l’Europe devra investir dans sa sécurité, en investissant dans la frontière orientale de la Pologne et dans la sécurité de notre frontière, et je sais que nous y parviendrons.»

Le Premier ministre polonais Donald Tusk écoute les médias à Berlin, en Allemagne, le vendredi 15 mars 2024.
Le Premier ministre polonais Donald Tusk écoute les médias à Berlin, en Allemagne, le vendredi 15 mars 2024.

Cette visite intervient quelques semaines avant les élections européennes de juin et Tusk semblait déterminé à envoyer un message aux électeurs : son parti politique, la Coalition civique, est favorable à la sécurité des frontières et soutient les agents en uniforme.

« Je suis venu aujourd’hui avant tout pour que les commandants et leurs subordonnés n’aient aucun doute sur le fait que l’État et le gouvernement polonais sont à leurs côtés dans toutes les situations, ici à la frontière », a-t-il déclaré.

En 2021, un grand nombre de migrants en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique ont commencé à arriver le long de la frontière orientale de l’UE avec la Biélorussie. L’UE a ensuite accusé le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko d’encourager l’immigration afin de déstabiliser l’UE après avoir imposé des sanctions au pays pour des élections largement considérées comme frauduleuses.

Le précédent gouvernement polonais a répondu à la crise en construisant un grand mur d’acier.

Laisser un commentaire

12 − deux =