Palestinian civilans mourn the death of a loved one

Jean Delaunay

Le Premier ministre israélien réitère son affirmation selon laquelle les États-Unis suspendent leurs livraisons d’armes

Les commentaires de Benjamin Netanyahu dimanche interviennent alors que le ministre israélien de la Défense se rend à Washington pour des entretiens.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réitéré dimanche son affirmation selon laquelle il y avait eu une « baisse spectaculaire » des livraisons d’armes américaines pour l’effort de guerre israélien à Gaza.

S’adressant à son cabinet, il a déclaré que la baisse avait commencé il y a environ quatre mois, sans préciser quelles expéditions d’armes étaient concernées.

Ses commentaires interviennent alors que Netanyahu devait s’adresser lundi au Congrès américain dans un contexte de tensions croissantes entre Israël et Washington à propos de la guerre à Gaza.

Les États-Unis ont récemment été particulièrement critiques à l’égard de la conduite de l’armée israélienne dans l’enclave palestinienne et des dommages causés aux civils.

Biden a retardé la livraison de certaines bombes lourdes depuis mai en raison de ces préoccupations, mais son administration a riposté la semaine dernière aux accusations de Netanyahu selon lesquelles d’autres livraisons avaient également été affectées.

Après que Netanyahu ait lancé l’accusation pour la première fois, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré : « Nous ne savons vraiment pas de quoi il parle. Nous ne le faisons tout simplement pas.

Dimanche, un responsable de la Maison Blanche a déclaré que l’administration avait exprimé à plusieurs reprises sa position sur la question et avait refusé de répondre aux commentaires de Netanyahu.

La personne, qui a souhaité rester anonyme, a déclaré que les responsables américains attendaient avec impatience des « consultations constructives » à Washington cette semaine avec le ministre israélien de la Défense en visite, Yoav Gallant.

Dimanche également, Netanyahu a déclaré que la phase de combats intenses contre le Hamas à Gaza touchait à sa fin mais que la guerre ne prendrait fin que lorsque le groupe islamiste ne contrôlerait plus l’enclave palestinienne.

Il a déclaré qu’une fois les combats intenses terminés à Gaza, Israël sera en mesure de déployer davantage de forces le long de la frontière nord avec le Liban, où les combats avec le Hezbollah soutenu par l’Iran se sont intensifiés.

Frappe aérienne sur une école de formation à Gaza

Des témoins ont déclaré qu’au moins huit Palestiniens avaient été tués dimanche lors d’une frappe aérienne israélienne contre une école de formation près de la ville de Gaza.

Ils ont indiqué que la grève a touché une partie d’une école professionnelle gérée par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) et qui est actuellement utilisée pour fournir une aide aux familles déplacées.

L’armée israélienne a déclaré que le site était utilisé par des militants du Hamas et du Jihad islamique et a déclaré que des mesures de précaution avaient été prises avant l’attaque pour réduire le risque de nuire aux civils.

L’UNRWA a déclaré que depuis le début de la guerre en octobre de l’année dernière, près de 190 de ses bâtiments à Gaza ont été touchés et 193 membres de son équipe ont été tués dans le conflit.

Combats autour de Rafah

La frappe aérienne a eu lieu alors que les chars israéliens pénétraient plus loin dans Rafah, les habitants faisant état de violents affrontements dans les quartiers de l’ouest de la ville, dans le sud de Gaza.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle poursuivait ses « opérations ciblées basées sur le renseignement » dans la région et qu’elle avait localisé des magasins d’armes et des puits de tunnel et tué des hommes armés palestiniens.

Deux autres décès dus à la malnutrition

À Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, les responsables de la santé ont déclaré que deux autres bébés étaient morts de malnutrition.

Cela porte à au moins 31 le nombre de morts dues à la faim et à la soif, ont indiqué les responsables de la santé de l’hôpital Kamal Adwan.

Dans sa dernière mise à jour, le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que plus de 37 598 personnes avaient été tuées dans l’enclave depuis le 7 octobre, dont beaucoup de femmes et d’enfants, et que plus de 86 000 avaient été blessées.

Laisser un commentaire

douze + 3 =