FILE - Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu in Tel Aviv, Israel, on Dec. 24, 2023.

Jean Delaunay

Le Premier ministre israélien Netanyahu s’oppose à la création d’un État palestinien après la guerre

Les États-Unis et d’autres États ont relancé les idées longtemps endormies d’une « solution à deux États » pour mettre fin à la guerre entre Israël et le Hamas.

Benjamin Netanyahu a rejeté jeudi les appels des États-Unis à prendre des mesures en faveur de la création d’un État palestinien après la guerre et à réduire leur offensive militaire à Gaza.

Les propos du Premier ministre israélien ont suscité de vives critiques de la part de la Maison Blanche, son principal allié.

Ces échanges tendus reflètent un large fossé entre les deux parties sur l’ampleur de la guerre d’Israël et ses projets pour l’avenir de l’enclave assiégée.

« Nous voyons évidemment les choses différemment », a déclaré le porte-parole de la sécurité nationale à Washington, John Kirby.

Netanyahu a pris la parole juste un jour après que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré qu’Israël n’aurait jamais de « véritable sécurité » sans une voie vers l’indépendance palestinienne.

La Maison Blanche, plus tôt cette semaine, a également annoncé que c’était le « bon moment » pour Israël de mettre fin à son offensive militaire dévastatrice à Gaza.

Netanyahu a adopté un ton de défi lors d’une conférence de presse télévisée, affirmant à plusieurs reprises qu’Israël ne mettrait pas fin à son offensive tant qu’il n’aurait pas détruit le Hamas et ramené tous les otages restants détenus par le groupe militant.

Il a rejeté les affirmations d’un nombre croissant de critiques israéliens selon lesquelles ces objectifs ne sont pas réalisables, promettant d’aller de l’avant pendant plusieurs mois. « Nous ne nous contenterons pas d’une victoire absolue », a déclaré Netanyahu.

Le Hamas a déclaré qu’il ne libérerait plus d’otages tant qu’Israël n’arrêterait pas son offensive militaire, après avoir libéré des femmes, des enfants et des adolescents lors d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre.

Après avoir initialement apporté un soutien total à Israël au début de la guerre, les États-Unis ont commencé à exprimer des réserves et ont exhorté Netanyahu à exposer sa vision d’un Gaza d’après-guerre.

Washington reste l’allié le plus proche d’Israël, fournissant au pays un soutien militaire important.

Les États-Unis ont déclaré que l’Autorité palestinienne internationalement reconnue, qui gouverne les zones semi-autonomes de la Cisjordanie occupée par Israël, devrait être « revitalisée » et revenir à Gaza.

Le Hamas a chassé l’autorité de Gaza en 2007.

L’Autorité palestinienne est impopulaire parmi les Palestiniens, largement perçus comme un gouvernement incompétent, corrompu et complice.

Les Palestiniens cherchent à établir leur État à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Ces zones ont été conquises par Israël en 1967.

Netanyahu, qui dirige le gouvernement le plus d’extrême droite de l’histoire israélienne, a rejeté la solution à deux États, affirmant qu’un État palestinien deviendrait une rampe de lancement pour des attaques contre Israël.

Les commentateurs se demandent si les objectifs du dirigeant israélien sont réalistes, compte tenu des critiques internationales croissantes, notamment des accusations de génocide portées par la Cour pénale internationale – ce qu’Israël nie avec véhémence.

Les opposants de Netanyahu l’accusent de retarder toute discussion sur les scénarios d’après-guerre pour éviter des enquêtes imminentes sur les échecs gouvernementaux, maintenir sa coalition intacte et reporter les élections.

Les sondages montrent que la popularité de Netanyahu, jugé pour corruption, a chuté pendant la guerre.

Laisser un commentaire

12 − 8 =