Giorgia Meloni

Milos Schmidt

Le parti polonais Droit et Justice dit non aux Patriotes d’Orbán et reste avec le groupe de Meloni au Parlement européen

Le parti polonais Droit et Justice (PiS) a été courtisé par le Hongrois Viktor Orbán pour rejoindre sa toute nouvelle alliance « Patriotes pour l’Europe ».

Le parti polonais Droit et Justice (PiS) a décidé de rester membre du groupe d’extrême droite des Conservateurs et Réformistes européens (ECR), mettant fin à des jours de spéculations croissantes sur l’avenir politique immédiat du parti.

La nouvelle a été officialisée lors de la réunion constitutive de l’ECR, qui s’est tenue mercredi en version hybride après avoir été reportée en raison de désaccords internes.

Cela signifie que le PiS choisit de rester avec Giorgia Meloni, la figure dominante de la famille ECR, et rejette l’offre de Viktor Orbán de rejoindre les soi-disant « Patriotes pour l’Europe », une nouvelle alliance qui vise à établir le plus grand groupe d’extrême droite au Parlement européen.

Jusqu’à présent, l’initiative d’Orbán a attiré l’ANO tchèque, le Parti de la liberté autrichien (FPÖ) et le Chega portugais, qui partagent tous une profonde aversion pour le Pacte vert, la réforme de la politique migratoire de l’UE et les dispositions militaires destinées à l’Ukraine.

« Ce n’est qu’à travers la victoire et la coopération des partis patriotes et souverainistes de tout le continent que nous pourrons garantir l’héritage de nos enfants », affirme leur manifeste.

Pour former un groupe au Parlement, il faut au moins 23 députés, un seuil qu’ils atteignent déjà, provenant d’au moins sept États membres. Cela signifie qu’à ce jour, les Patriotes manquent de trois partis nationaux.

En raison de ses similitudes idéologiques, le PiS semblait être un candidat sûr pour les Patriotes. Ses 20 députés européens auraient rapidement élargi les rangs de l’alliance naissante et auraient peut-être contribué à attirer de nouveaux membres.

L’annulation soudaine de la réunion constitutive de l’ECR la semaine dernière, apparemment en raison d’un affrontement entre les deux principales factions, le PiS polonais et les Fratelli d’Italia de Meloni, a fait sonner l’alarme quant à un départ imminent de la délégation polonaise.

Mateusz Morawiecki, ancien Premier ministre polonais, a déclaré dans une interview que la probabilité d’un départ du PiS était de 50/50. « Nous sommes tentés dans les deux sens », a-t-il déclaré à Politico Europe, en référence à la nouvelle initiative d’Orbán.

Un responsable du Parlement a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que le PiS avait entamé des négociations avec d’autres groupes.

Meloni ou Orbán ?

On ne sait pas immédiatement ce qui a poussé le PiS à choisir Meloni plutôt qu’Orbán.

Le désir notoire du Premier ministre hongrois de maintenir des relations étroites avec Vladimir Poutine a provoqué des frictions avec les Polonais, qui détestent le dirigeant russe et réclament constamment des sanctions plus sévères pour paralyser son économie de guerre.

Orbán, au contraire, remet ouvertement en question l’efficacité des sanctions occidentales et bloque actuellement 6,6 milliards d’euros d’aide militaire de l’UE à l’Ukraine.

La nouvelle de mercredi est un soulagement pour Giorgia Meloni, qui espère accroître l’influence de l’ECR lors de la prochaine législature. Depuis son arrivée au pouvoir, la cheffe du gouvernement italien a adopté une position plus pragmatique sur la scène européenne et a cherché à participer au processus décisionnel du bloc.

Son soutien a été déterminant pour débloquer le Nouveau pacte sur les migrations et l’asile, une réforme ambitieuse à laquelle ses alliés du PiS s’opposaient farouchement. Son influence reste toutefois limitée : lors des négociations sur les postes clés du bloc, la semaine dernière, Meloni a été exclue par les principaux partis centristes, ce qui a provoqué une réaction furieuse.

La perte de ses alliés polonais aurait porté un nouveau coup à ses ambitions : l’ECR serait passée de 84 à 64 députés et aurait perdu sa position récemment acquise de troisième force du Parlement.

Une fois la chute évitée, Meloni et ses pairs peuvent poursuivre leurs efforts pour maximiser leur influence et conclure des alliances au cas par cas avec le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit pour mettre un terme à la législation environnementale et freiner l’immigration irrégulière.

Lors de la réunion de mercredi, le groupe a élu Nicola Procaccini (FdI) et Joachim Stanisław Brudziński (PiS) comme coprésidents pour les cinq prochaines années, consolidant les deux délégations comme celles qui prennent les décisions au sein du groupe.

Laisser un commentaire

1 × deux =