FILE PHOTO

Jean Delaunay

Le parti au pouvoir en Géorgie envisage de soumettre à nouveau un projet de loi controversé sur « l’influence étrangère »

En réponse à la décision de rétablir la controversée « loi sur les agents étrangers » – une mesure précédemment stoppée par des manifestations de masse – les organisations pro-démocratie ont appelé à des manifestations.

Le parti au pouvoir en Géorgie, le Rêve géorgien, a annoncé mercredi son intention de soumettre à nouveau un projet de loi controversé au Parlement, intitulé « Sur la transparence de l’influence étrangère ».

Le projet de loi, critiqué parce qu’il reflète une loi russe utilisée pour réprimer l’opposition, avait déjà déclenché d’importantes protestations contre le gouvernement l’année dernière.

Le projet de loi devrait passer les trois lectures d’ici la fin de la session parlementaire en cours.

« Dans le projet de loi que nous avons présenté aujourd’hui, le terme « organisation poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère » sera utilisé à la place du terme « agent d’influence étrangère. Tous les autres articles du projet de loi restent inchangés », a déclaré le parti Rêve géorgien. dit.

En mars 2023, des manifestations ont éclaté, entraînant des affrontements entre manifestants et policiers. Les forces de l’ordre ont eu recours à des canons à eau et à des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Sous la pression des protestations massives, le gouvernement a abandonné le projet de loi inspiré du modèle russe qui classifiait les ONG et les médias comme des « agents étrangers » recevant plus de 20 pour cent de leur financement de l’étranger.

En réponse à la décision du parti au pouvoir de rétablir la controversée « loi sur les agents étrangers » – une décision précédemment stoppée par des manifestations de masse – les organisations pro-démocratie ont mobilisé des appels à manifester.

Laisser un commentaire

huit − deux =