Georgian parliament set to approve controversial

Jean Delaunay

Le parlement géorgien s’apprête à approuver une loi controversée sur « l’influence étrangère »

La Géorgie est sur le point d’adopter une loi controversée qui renforce les contrôles sur les organisations recevant des fonds étrangers. Les critiques estiment que cela pourrait saper la démocratie et faire dérailler les chances du pays d’adhérer à l’Union européenne.

La commission des affaires juridiques du Parlement géorgien a approuvé lundi un projet de loi sur la transparence de « l’influence étrangère » lors de sa troisième audition, dernière étape avant son vote parlementaire.

Pendant ce temps, les manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment du Parlement au milieu d’une forte présence policière, entraînant une impasse tôt lundi.

Le projet de loi controversé, réintroduit par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien, exige que les médias et les organisations non commerciales s’enregistrent comme étant sous influence étrangère s’ils reçoivent plus de 20 % de leur financement de l’étranger.

Le projet de loi a été surnommé « loi russe » en référence à une règle similaire en Russie, qui a été utilisée pour réprimer les voix et les groupes critiques à l’égard du Kremlin.

Les critiques estiment que cela pourrait saper la démocratie et faire dérailler les chances du pays d’adhérer à l’Union européenne. En Russie, une législation similaire a été utilisée pour réprimer les voix et les groupes critiques à l’égard du Kremlin.

Dans une déclaration en ligne le mois dernier, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a qualifié la décision du Parlement de « développement très préoccupant ».

Il a averti que « l’adoption définitive de cette législation aurait un impact négatif sur les progrès de la Géorgie sur la voie de l’UE ».

Le projet de loi est identique à un projet de loi proposé en 2023, que le gouvernement a été contraint de retirer face à des manifestations massives.

Bien que la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili ait déclaré qu’elle opposerait son veto à la loi si elle était adoptée par le Parlement, le parti au pouvoir peut passer outre ce veto en recueillant 76 voix. Ensuite, le président du Parlement peut le signer.

Nos journalistes travaillent sur cette histoire et la mettront à jour dès que de plus amples informations seront disponibles.

Laisser un commentaire

4 × cinq =