The MEPs from AfD are non attached after being expelled from Identity and Democracy.

Jean Delaunay

Le Parlement européen pourrait bientôt avoir un nouveau groupe d’extrême droite, dirigé par l’AfD

Le groupe deviendrait le plus radical de l’hémicycle et serait probablement isolé par les forces dominantes.

Le Parlement européen pourrait bientôt compter un autre groupe d’extrême droite farouchement opposé au Pacte vert, à la migration et à l’intégration européenne, quelques jours seulement après l’émergence des Patriotes pour l’Europe de Viktor Orbán.

Cette formation pourrait accueillir des partis comme l’Alternative für Deutschland (AfD) en Allemagne, la Konfederacja en Pologne et le Se Acabó La Fiesta (SALF) en Espagne, ainsi que des députés grecs et bulgares, selon une source parlementaire qui s’est confiée à L’Observatoire de l’Europe sous couvert d’anonymat.

Aucune de ces forces d’extrême droite n’appartient actuellement à l’un des sept groupes politiques établis au Parlement européen.

Le SPD (Parti tchèque pour la liberté et la démocratie directe) pourrait également être un autre membre du groupe. Son président, Tomio Okamura, a déclaré que le nouveau groupe s’appellerait « Europe des nations souveraines » et serait officiellement annoncé mercredi à Bruxelles. Il a confirmé la participation du SPD et de l’AfD, mais n’a mentionné aucun autre membre potentiel.

Avec 15 députés, l’AfD serait la voix dominante.

« Nous avons profité des offres qui nous étaient favorables », a déclaré Okamura lors d’une conférence de presse à Prague, selon les médias locaux.

« Le programme est basé sur des idéologies : il est contre le Green Deal, contre l’immigration, mais il y est explicitement mentionné qu’il est aussi contre l’islamisation de l’Europe. Nous voulons que les pouvoirs de Bruxelles reviennent au niveau national. »

Pour former un groupe au Parlement européen, il faut au moins 23 députés issus d’au moins sept États membres, ce qui signifie que le SPD et l’AfD auraient besoin de cinq délégations nationales supplémentaires.

La coalition polonaise Konfederacja, qui est résolument anti-LGBT, anti-féminisme et anti-avortement, semble être un candidat approprié. Cependant, ses six députés appartiennent à trois partis différents et il n’est pas certain qu’ils y adhèrent tous.

Le parti espagnol Se Acabó La Fiesta (SALF), un parti autoproclamé « anti-establishment » dirigé par l’influenceur des médias sociaux Alvise Pérez, pourrait faire venir trois législateurs supplémentaires.

SOS Roumanie pourrait également s’intégrer au mouvement en raison de ses positions ultra-nationalistes et eurosceptiques. L’AfD est toutefois opposée à l’intégration de SOS Roumanie.

« J’ai eu une discussion avec les représentants de SOS et nous avons décidé à l’unanimité de ne pas les accepter dans le groupe. Je préfère ne pas discuter des raisons du rejet », a déclaré le mois dernier la députée européenne de l’AfD Cristine Andreson.

Les inquiétudes se concentrent autour de Diana Iovanovici Șoșoacă, la nouvelle députée européenne élue du parti SOS Roumanie, qui a été critiquée pour ses liens étroits avec la Russie, ont indiqué des sources du parti à L’Observatoire de l’Europe Roumanie. L’année dernière, l’Ukraine avait annoncé des sanctions contre Iovanovici Șoșoacă lorsqu’elle avait suggéré que le territoire du sud de l’Ukraine devrait appartenir à la Roumanie.

L’AfD n’est cependant pas plus forte que les autres dans ces accusations, car une grande partie de ses rangs a été accusée de diffuser des discours pro-Kremlin et de bénéficier de l’argent russe.

D’autres candidats possibles à l’adhésion sont le parti bulgare Revival, le parti grec NIKI et le parti français Reconquête !, qui, après une scission interne, compte désormais un député européen non inscrit.

La création d’un groupe « Souveraineté » a été au centre des spéculations depuis que l’AfD a été exclue du groupe Identité et démocratie (ID), aujourd’hui dissous, à la suite des propos controversés de son chef de l’époque, Maximillian Krah, qui avait déclaré à un journal italien que les membres de l’unité d’élite SS des nazis n’étaient pas tous des criminels de guerre. Par ailleurs, les bureaux de Krah ont été perquisitionnés après l’arrestation de son assistant, accusé d’espionnage pour le compte des services secrets chinois.

« Ils (l’AfD) ont résolu le problème avec Max Krah, il ne sera même pas membre de la délégation », a déclaré Okamura.

Si elle était confirmée, « l’Europe des nations souveraines » serait la force de droite la plus radicale de l’hémicycle et serait immédiatement fermée par un cordon sanitaire par les forces dominantes.

Laisser un commentaire

dix-huit − 4 =