The European Parliament in Strasbourg

Jean Delaunay

Le Parlement européen « enquête » sur les affirmations selon lesquelles des membres auraient été payés pour diffuser de la propagande russe

Le Parlement européen « étudie les allégations » selon lesquelles certains de ses membres auraient été payés par un réseau de propagande russe déjoué en début de semaine par les autorités tchèques, ont confirmé ses services de presse à L’Observatoire de l’Europe.

Cela survient après que le Premier ministre belge Alexander De Croo a déclaré jeudi que « la Russie avait contacté les législateurs européens » et les avait payés pour « promouvoir la propagande russe » en Europe, dans le cadre d’une opération découverte dans une enquête tchèque.

Les services du Parlement n’ont pas été en mesure de confirmer combien de députés pourraient faire l’objet d’un contrôle, mais ont déclaré vendredi qu’ils travaillaient « en coordination avec leurs partenaires institutionnels » en réponse aux allégations explosives.

Dans une lettre adressée à la présidente du Parlement Roberta Metsola, la chef du groupe centriste Renew Europe, Valérie Hayer, qualifie ces allégations d' »attaque claire » contre le Parlement et son « mandat démocratique ».

« Si des députés européens ou des candidats aux prochaines élections européennes ont pris de l’argent ou ont été corrompus par le gouvernement russe ou ses mandataires, ils doivent être dénoncés », a déclaré Hayer.

Il reste un peu plus de deux mois avant que les électeurs européens ne se rendent aux urnes pour élire 720 membres du Parlement européen, et dans un contexte de craintes croissantes que les mandataires du Kremlin puissent utiliser la manipulation de l’information pour fausser le vote démocratique.

S’exprimant jeudi lors d’un débat sur l’ingérence étrangère au Parlement belge, De Croo a confirmé que les services de renseignement belges avaient été informés des allégations concernant les députés européens par les services secrets tchèques.

Selon les médias tchèques citant des responsables des services de renseignement, ces allégations impliquent des hommes politiques d’Allemagne, de France, de Pologne, de Belgique, des Pays-Bas et de Hongrie.

Au cœur de l’opération démantelée par les autorités tchèques se trouvait la société de presse Voice of Europe, sanctionnée par la République tchèque, ainsi que deux individus.

L’une des personnes sanctionnées est le politicien ukrainien pro-Kremlin Viktor Medvedchuk, qui, selon le ministère tchèque des Affaires étrangères, avait utilisé la Voix de l’Europe pour diffuser une propagande visant à porter atteinte à « l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance » de l’Ukraine.

Le Premier ministre tchèque Petr Fiala a déclaré que l’opération découverte visait à déstabiliser l’ensemble de l’Europe et a révélé que d’autres pays européens avaient ouvert des enquêtes grâce aux efforts tchèques.

L’Agence polonaise de sécurité intérieure a annoncé jeudi qu’elle menait également des perquisitions dans sa capitale Varsovie et dans la ville de Tychy dans le cadre d’une enquête conjointe « coordonnée » avec d’autres pays européens.

S’exprimant depuis New York jeudi soir, la vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová, a confirmé que d’autres accusations pourraient bientôt résulter de l’enquête polonaise, et a accusé Poutine d’utiliser des « médias douteux » pour pédaler son influence et des « partis nationaux » comme porte-parole.

La Voix de l’Europe au cœur des allégations

Le média au cœur de l’enquête est Voice of Europe, une société cotée aux Pays-Bas dont le siège officiel est situé dans un petit village de la province du Brabant-Septentrional.

L’entreprise affirme sur ses réseaux sociaux fournir « des informations non censurées en provenance d’Europe et du monde ». Il y a à peine 11 jours, elle a organisé un débat au Parlement européen à Strasbourg lors d’une session plénière, accueillant des députés européens en exercice du parti espagnol Vox et du Forum pour la démocratie d’extrême droite des Pays-Bas.

Le site Internet de l’entreprise est indisponible depuis mercredi soir, suggèrent les archives du site. Si ses comptes X, Facebook et YouTube sont inactifs depuis le 27 mars, son compte Telegram est toujours actif.

Mais son contenu montre clairement qu’il avait pleinement accès au parlement et à ses membres. Ses vidéos sur les réseaux sociaux présentent une série d’eurodéputés, majoritairement issus du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) ou de membres non-inscrits.

Hayer, de Renew Europe, demande dans sa lettre à Metsola que l’accès de Voice of Europe aux locaux du Parlement européen soit suspendu et que le bloc suive la République tchèque en imposant des sanctions à l’échelle européenne contre l’entreprise.

Les autres groupes parlementaires et le président du Parlement n’ont pas encore commenté ces allégations.

Laisser un commentaire

11 − deux =