Péter Magyar

Jean Delaunay

Le parcours de Péter Magyar, d’allié d’Orban à rival électoral

Viktor Orban et son parti Fidesz sont au gouvernement depuis 14 ans et exercent une emprise apparemment inébranlable sur le pouvoir. Mais ces derniers mois, son ancien allié Péter Magyar est devenu un rival politique et mobilise une partie de la population hongroise contre le leader d’extrême droite du pays.

Peter Magyar s’est fait connaître à la suite d’un scandale impliquant une grâce présidentielle dans une affaire de maltraitance d’enfants. Il a démissionné de son poste d’administrateur public, quittant le parti Fidesz et le condamnant comme autoritaire et corrompu. Depuis, Magyar a fait des révélations sur le parti, se faisant connaître de réunion en réunion. En avril dernier, il a rassemblé près de 100 000 personnes dans les rues de Budapest.

Rassembler une opposition divisée

Magyar incarne une opposition plus dynamique, rejetant le clivage gauche-droite qui a déchiré l’opposition établie. Sans dévoiler totalement son agenda politique, lui et son parti Tisza (qui signifie « respect et liberté ») sont crédités de 17 à 25 % des intentions de vote aux élections européennes.

« C’est trop pour le peuple hongrois. C’est trop pour le pays tout entier, économiquement, politiquement, juridiquement et éthiquement. C’est trop », a déclaré Magyar à Debrecen, fief du Fidesz, où il a rassemblé plusieurs milliers de personnes pour un rassemblement.

Un nouveau défi pour le Fidesz

Les élections européennes ne semblent être qu’une première étape et les Magyars envisagent déjà les élections législatives d’avril 2026. Mais la montagne du Fidesz semble insurmontable. La machine politique mise en place par Viktor Orban est conçue pour favoriser le parti lors des élections. De même, le Fidesz a introduit de nombreuses réformes qui affaiblissent l’État de droit dans le pays, des mesures qui ont suscité de multiples rappels à l’ordre de la part de l’Union européenne, et même le gel partiel des fonds destinés au parti.

« Ce sera un défi pour lui de maintenir ce succès dans la durée. Le Fidesz fera tout pour le discréditer sur les réseaux sociaux. Et le Fidesz dispose de ressources illimitées pour le faire », affirme Melani Barlai, politologue et co-fondatrice d’Unhack Democracy, une ONG dédiée à la surveillance des processus électoraux en Europe.

Les élections européennes qui débuteront le 9 juin désigneront 21 députés hongrois pour siéger au Parlement européen. Le même jour, des élections locales auront lieu en Hongrie, une première étape au niveau national dans ce nouveau contexte d’opposition. La bataille en Hongrie sera l’une des confrontations les plus intrigantes du cycle électoral.

Laisser un commentaire

trois × trois =