Presidential candidate Peter Pellegrini, centre, addresses supporters at his headquarters after a presidential runoff in Bratislava, Slovakia, early Sunday, April 7, 2024.

Jean Delaunay

Le nouveau président slovaque Peter Pellegrini n’a pas encore défini sa position politique (analyste)

Cet homme politique, allié du Premier ministre pro-moscou Robert Fico, a remporté récemment l’élection présidentielle en Slovaquie avec 54 % des voix.

Le nouveau président slovaque Peter Pellegrini n’a pas défini avec précision sa position politique après sa victoire aux élections présidentielles de samedi, selon un politologue.

« Lors de son discours d’hier soir, il s’est toujours exprimé comme étant pro-européen et pro-OTAN, mais il a quand même déclaré que nous devions protéger les intérêts slovaques », a déclaré Petr Just de l’Université Charles de Prague.

Pellegrini « joue toujours ce rôle à double visage. Nous verrons donc comment il se présentera une fois qu’il sera président ».

Allié du Premier ministre populiste Robert Fico, Pellegrini a obtenu environ 54 % des voix, presque tous les bureaux de vote étant comptés, après le deuxième tour de ce week-end.

Pellegrini a promis d’offrir au peuple slovaque « une qualité de vie meilleure, plus sûre et meilleure ».

Il a souligné son intention de « rester du côté de la paix », faisant référence à l’un des thèmes clés de la campagne : le soutien à l’Ukraine.

Son adversaire perdant, Ivan Korčok, a félicité Pellegrini.

Mais il l’a prévenu en disant : « Je n’oublierai pas le fait que la campagne a été gagnée en faisant de moi un candidat de guerre » – Korčok étant fortement favorable à la poursuite de l’aide à l’Ukraine.

Les critiques craignent que la Slovaquie de Fico abandonne sa voie pro-occidentale et suive la direction de la Hongrie sous le Premier ministre populiste Viktor Orbán.

Le nouveau gouvernement a immédiatement interrompu toute livraison d’armes à l’Ukraine.

Récemment, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Slovaquie à plusieurs reprises pour se rassembler contre la politique pro-russe et autres politiques de Fico, notamment son projet de modifier le code pénal et de prendre le contrôle des médias publics.

Laisser un commentaire

4 × 5 =