Masoud Pezeshkian voting at a polling station in Shahr-e-Qods near Tehran, Iran, Friday, July 5, 2024.

Jean Delaunay

Le nouveau président réformateur iranien, Masoud Pezeshkian, prononce son premier discours

« Nous faisons des promesses et nous ne les tenons pas. C’est notre plus gros problème », a déclaré Pezeshkian dans son premier discours en tant que nouveau président de l’Iran.

Le nouveau président iranien, Masoud Pezeshkian, a prononcé son premier discours après avoir remporté le second tour de l’élection présidentielle de dimanche.

« Lors de ces élections, je ne vous ai pas fait de fausses promesses. Je n’ai pas menti », a déclaré Pezeshkian. « Cela fait de nombreuses années que nous montons à la tribune, que nous faisons des promesses et que nous ne les tenons pas. C’est notre plus gros problème. »

Pezeshkian a battu le partisan de la ligne dure Saeed Jalili en promettant de tendre la main à l’Occident et d’assouplir l’application de la loi sur le foulard obligatoire du pays après des années de sanctions et de manifestations contre la République islamique.

Il n’a promis aucun changement radical à la théocratie chiite iranienne lors de sa campagne et considère depuis longtemps le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, comme l’arbitre final de toutes les questions d’État dans le pays.

Mais même les objectifs modestes de Pezeshkian seront remis en cause par un gouvernement iranien encore largement détenu par des partisans de la ligne dure, la guerre en cours entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et les craintes occidentales de voir Téhéran enrichir de l’uranium à des niveaux proches de ceux de la qualité militaire avec un stock suffisant pour produire plusieurs armes nucléaires s’il le souhaitait.

Selon un décompte des voix proposé par les autorités, Pezeshkian est sorti vainqueur avec 16,3 millions de voix contre 13,5 millions pour Jalili lors du scrutin de vendredi. Au total, le ministère iranien de l’Intérieur a déclaré que 30 millions de personnes ont voté lors d’une élection organisée sans observateurs reconnus internationalement, ce qui représente un taux de participation de 49,6% – plus élevé que le plus bas historique du premier tour du 28 juin mais inférieur à celui des autres élections présidentielles.

Les partisans de Pezeshkian, chirurgien cardiaque et député de longue date, sont descendus dans les rues de Téhéran et d’autres villes avant l’aube pour célébrer son avance sur Jalili, ancien négociateur du nucléaire partisan de la ligne dure. Pezeshkian s’est ensuite rendu au mausolée de l’ancien grand ayatollah Ruhollah Khomeini, le leader de la révolution islamique de 1979, et s’est adressé aux journalistes lors d’un événement chaotique.

La victoire de Pezeshkian place l’Iran dans une situation délicate, avec des tensions élevées au Moyen-Orient et une élection imminente aux États-Unis qui pourrait mettre en péril toute chance de détente entre Téhéran et Washington. La victoire de Pezeshkian n’a pas non plus été une défaite pour Jalili, ce qui signifie qu’il devra naviguer avec prudence dans la politique intérieure de l’Iran, car le médecin n’a jamais occupé de poste sensible de haut niveau dans le domaine de la sécurité.

Les responsables gouvernementaux, y compris Khamenei, le guide suprême, ont prédit une plus forte participation au moment du scrutin, la télévision d’État diffusant des images de files d’attente modestes dans certains bureaux de vote. Cependant, des vidéos en ligne ont montré que certains bureaux de vote étaient vides, tandis qu’une enquête menée dans plusieurs dizaines de bureaux de vote à Téhéran a révélé une faible circulation et une forte présence des forces de sécurité dans les rues.

Les autorités ont comptabilisé 607 575 votes annulés, qui sont souvent un signe de protestation de la part de ceux qui se sentent obligés de voter mais rejettent les deux candidats.

Khamenei a salué la participation de samedi malgré ce qu’il a qualifié de campagne de boycott « orchestrée par les ennemis de la nation iranienne pour provoquer le désespoir et un sentiment de désespoir ».

« Je voudrais recommander au Dr Pezeshkian, le président élu, de placer sa confiance en Dieu, le Miséricordieux, et de fixer sa vision sur des horizons élevés et brillants », a ajouté Khamenei.

Les électeurs ont exprimé un optimisme prudent.

« Je n’attends rien de lui. Je suis heureuse que le vote ait mis un frein aux partisans de la ligne dure », a déclaré Fatemeh Babaei, employée de banque qui a voté pour Pezeshkian. « J’espère que Pezeshkian pourra rétablir une administration qui permettra à tous de sentir qu’il y a un lendemain. »

Laisser un commentaire

quatre − trois =