What mechanisms do the political groups have in place to deal with harassment, bullying and abuse?

Jean Delaunay

Le mouvement MeToo suscite peu de changements dans les groupes politiques du Parlement européen

En 2018, le personnel du Parlement a lancé son propre mouvement « MeToo » dans le but de lutter contre le harcèlement, le sexisme et les abus sur le lieu de travail. Malgré cette visibilité accrue, seul un groupe politique sur sept a renforcé ses protocoles internes pour le prochain mandat. , montre une étude d’L’Observatoire de l’Europe.

Une enquête anonyme menée par le groupe de campagne MeTooEP en 2023 a révélé que près de la moitié des personnes interrogées – plus de 550 membres du personnel du Parlement – ont déclaré avoir été victimes de harcèlement psychologique au travail – et environ une personne sur six (15,5 %) a déclaré avoir été victime de harcèlement sexuel.

Ces chiffres sont en contradiction avec les conclusions officielles de l’institution, où seuls trois députés européens sur une chambre de 705 députés ont été reconnus coupables de harcèlement envers le personnel au cours des cinq dernières années : la libérale luxembourgeoise Monica Semedo (sanctionnée une seconde fois en 2023) ; La socialiste espagnole Mónica Silvana et le libéral espagnol José Ramón Bauzá.

Les sanctions comprenaient une amende et une suspension temporaire de leurs activités au sein de l’institution européenne.

Mais de quels mécanismes les groupes politiques disposent-ils pour faire face au harcèlement, aux brimades et aux abus ? Ont-ils procédé à des réformes en prévision de la nouvelle session ? L’Observatoire de l’Europe a interrogé les différentes familles politiques.

À seulement trois jours de la date limite fixée par les groupes pour former leur line-up définitif, voici un aperçu :

La plupart des groupes – PPE, S&D, Renew Europe, Verts/ALE, Gauche et ID – disposent de leur propre système de conseillers confidentiels pour traiter les plaintes de harcèlement émanant de l’ensemble du personnel, y compris des stagiaires.

Toutefois, malgré les diverses allégations de harcèlement au cours des dernières années, tous n’ont pas mis en œuvre le même niveau de mesures, et seuls les Verts/ALE ont mis à jour leurs procédures internes pour le nouveau mandat.

« Le mouvement ‘MeToo’ n’a pas modifié notre politique, mais il a certainement contribué à sa visibilité », a déclaré le Parti populaire européen (PPE) à L’Observatoire de l’Europe dans un communiqué envoyé par courrier électronique, signalant qu’un programme similaire à celui adopté par le Parlement lui-même est en cours de suivi.

Bien que seuls trois députés européens aient été officiellement sanctionnés par le Parlement européen en cinq ans, d’autres cas ont été rapportés par les médias européens, dont certains ont été traités par des groupes politiques, tandis que d’autres ont été discrètement rejetés.

Scandale numéro un. L’eurodéputée Karolin Braunsberger-Reinhold (Allemagne/PPE) s’est vu interdire de se présenter aux élections européennes de 2024 pour son parti national, la CDU, après avoir été accusée de harcèlement sexuel par deux membres de son équipe. Elle a déclaré plus tard qu’elle avait parlé à son personnel et « exprimé de profonds regrets ».

Scandale numéro deux. La gauche a également expulsé l’un de ses membres, le Grec Alexis Georgoulis, à la suite d’allégations de viol par une ancienne employée du Parlement. Georgoulis a clamé son innocence et qualifié la plainte d’« attaque mensongère et insultante ».

Scandale numéro trois. Le cas le plus discrètement rejeté est cependant celui de l’eurodéputé vert allemand Malte Gallée, qui a démissionné en mars 2024 après avoir été accusé de harcèlement sexuel envers des employés et des stagiaires.

Gallée a nié tout acte répréhensible et aucune autre mesure n’a été prise par les Verts au Parlement, à la suite de quoi certains députés ont écrit à la direction du groupe pour demander des éclaircissements sur la manière dont l’affaire avait été gérée en interne, sans qu’aucune autre mesure ne soit prise.

Les Verts/ALE sont le seul groupe au Parlement à disposer de sa propre procédure interne de lutte contre le harcèlement et les comportements inappropriés, qui a récemment connu quelques changements.

Le groupe de gauche a introduit de nouvelles mesures en novembre dernier, notamment la création d’un groupe de travail spécial et une évaluation des procédures internes qui sera réalisée par des experts externes et indépendants.

Mais l’externalisation du mécanisme prive les victimes de la possibilité de récupérer les frais de justice engagés pour poursuivre un harceleur présumé dans leur pays d’origine, et ce, auprès du Parlement. Cette possibilité n’est ouverte que lorsque les procédures sont menées par l’institution européenne, et non par le groupe.

Pendant ce temps, les six autres groupes n’ont introduit aucune réforme pour la prochaine législature – bien que Renew Europe et The Left comptent sur une formation obligatoire contre le harcèlement pour tout le personnel travaillant pour le groupe.

« La gauche sera plus vigilante pour garantir que tous respectent ces valeurs, en accordant la priorité au bien-être des salariés », a déclaré un porte-parole à L’Observatoire de l’Europe dans un communiqué, interrogé sur d’éventuels changements supplémentaires dans la politique anti-harcèlement du groupe.

D’autre part, le groupe S&D de centre-gauche a introduit en 2014 un ensemble de règles internes couvrant les mécanismes internes de prévention, de protection et de sanctions, qui ont été modifiées en 2019.

« Cette année, le secrétariat S&D forme ses six conseillers de confiance dans le cadre d’une formation intensive de 10 jours en préparation au nouveau mandat », a déclaré un porte-parole du groupe.

Enfin, le groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR) n’a pas répondu à une demande d’information d’L’Observatoire de l’Europe, tandis que Identité et démocratie (ID) n’a pas fourni plus de détails sur ses mécanismes internes de lutte contre le harcèlement au travail.

« Les choses changent », disent les militants

Le Parlement dispose de sa propre infrastructure et d’un service de médiation pour gérer le harcèlement entre les députés et leurs assistants, qui ont été renforcés ces dernières années, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un membre du service de presse du Parlement.

Pourtant, le personnel du Parlement ignore toujours la politique anti-harcèlement, comme le montre l’enquête « MeToo » de 2023.

Près de la moitié des personnes interrogées (47,25 %) avaient entendu parler de cette politique mais ne savaient pas exactement de quoi il s’agissait.

« Les choses changent », a déclaré le militant. « Les gens ne sont plus silencieux, ils parlent, et l’échange d’informations est beaucoup plus fluide maintenant et fixe des limites et dit ‘hé, non, ce n’est pas OK' ».

En avril 2024, le Parlement a introduit une nouvelle formation obligatoire contre le harcèlement pour les nouveaux élus, lorsqu’environ 45 % des députés ont suivi la formation.

« Cela sera également très important lors du prochain mandat pour maintenir un niveau élevé de sensibilisation », a déclaré un militant de MeToo à L’Observatoire de l’Europe à propos de la formation, dont 30 sessions sont déjà prévues d’ici décembre 2024.

Il se compose de deux modules : l’un sur la bonne gestion de bureau et l’autre sur la prévention des conflits et du harcèlement sur le lieu de travail, auxquels chaque député européen doit assister au cours de ses six premiers mois de mandat, en particulier s’il souhaite devenir rapporteur législatif, vice-président ou président de commission.

Outre la formation obligatoire pour les députés européens, le service de médiation du Parlement étendra sa couverture à l’ensemble du personnel.

« Nous voyons beaucoup de choses bouger et c’est bien », a déclaré le militant, ajoutant que des changements peuvent encore être apportés pour le prochain mandat, car les groupes parlementaires sont encore en formation.

« Avant, c’était un peu comme une situation compliquée où on disait aux gens de ne pas bouger. Aujourd’hui, c’est un environnement complètement différent », a-t-elle conclu, espérant que le Parlement européen continuera à lutter contre le harcèlement, le sexisme et les abus au cours des cinq prochaines années.

Laisser un commentaire

5 × deux =