« Le monde est resté silencieux » : les femmes afghanes dénoncent la nouvelle interdiction des salons de coiffure imposée par les talibans

Jean Delaunay

« Le monde est resté silencieux » : les femmes afghanes dénoncent la nouvelle interdiction des salons de coiffure imposée par les talibans

« Tous mes rêves ont été détruits par l’ordre des talibans », a déclaré un coiffeur.

Depuis le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan en 2021, les restrictions draconiennes imposées aux femmes qui l’ont rendu tristement célèbre avant d’être renversé sont revenus avec une vengeance.

Les femmes et les filles ne peuvent plus participer à l’éducation formelle au-delà de 12 ans et, après deux décennies au service de l’État, elles sont désormais exclues du secteur public et des emplois judiciaires.

À cette liste oppressante s’ajoutent des restrictions nouvellement introduites sur les longs trajets seuls, ainsi qu’un code vestimentaire strict obligatoire en public.

Parallèlement à ces mesures générales, les talibans ciblent également des domaines spécifiques de la vie. Parmi ses dernières mesures qui attirent l’attention, il y a un ordre de fermer tous les salons de beauté à travers le pays.

Émise par le Ministère de la propagation de la vertu et de la prévention du vice, l’interdiction entrera en vigueur le 27 juillet. Selon le gouvernement, les salons fournissent des services interdits par son interprétation ultra stricte de la loi religieuse islamique.

Ils sont également censés exercer une pression excessive sur les familles des mariés avant les mariages, car ce sont eux qui paient habituellement les visites avant le mariage des mariées, ont ajouté des responsables.

L’Observatoire de l’Europe Persian s’est rendu dans la ville de Mazar-e-Sharif, au centre de la province afghane de Balkh, pour s’entretenir avec des personnes au cœur de ces changements.

Couper

La coiffeuse Marzieh Rezaei avait de grands projets pour son entreprise avant la nouvelle loi.

« Le décret émis par les talibans est très décevant pour nous. Depuis toute petite, je rêvais d’avoir un grand salon de beauté et de devenir une coiffeuse très professionnelle, mais tous mes rêves ont été détruits par l’ordre des talibans », a-t-elle ajouté. a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Persian.

« Avec la fermeture des salons de beauté, des problèmes économiques vont se poser pour nous et notre famille. Nous serons complètement déçus. »

La directrice du salon de beauté, Tahereh Mohammadi, a décrit comment les restrictions imposées par les talibans ont non seulement réduit ses projets d’avenir, mais mis en danger les finances de sa famille.

Bernat Armangue/Copyright 2021 L'AP.  Tous les droits sont réservés
Une femme entre dans un salon de beauté à Kaboul.

« J’ai 18 ans d’expérience professionnelle », a-t-elle expliqué. « Je suis parti d’un petit salon de coiffure et j’ai progressivement créé ce grand salon, je prévoyais d’ouvrir un plus grand salon de beauté.

« Mon mari est au chômage et je suis responsable de tous les frais de subsistance et même des frais d’études de mes enfants. »

Une histoire similaire a été racontée par Bereshana Yaqoubi, une coiffeuse dont les revenus sont vitaux pour son foyer.

« J’exerce ce métier depuis deux ans après mon stage », a-t-elle déclaré, et maintenant je gagne 1 000 à 1 500 afghanis (environ 10-15 €) par jour.

« Mon père est décédé et je dois aider ma famille financièrement. »

Isolement

Des histoires comme celles-ci font partie d’un fait plus large de la vie dans l’Afghanistan dirigé par les talibans : même avec l’économie chancelante et le niveau de vie en chute libre, les femmes sont toujours exclues du domaine public et du secteur privé.

Beaucoup sont privés de la possibilité de travailler, laissant leur famille avec un soutien de famille de moins dans les moments difficiles.

Cela ne fait qu’aggraver les problèmes de droits humains présentés par les points de vue des talibans sur le genre et leur intégration dans la loi.

Selon la militante des droits des femmes Moneseh Mubarez, le fait que le gouvernement soit capable de continuer sur sa voie restrictive est une mise en accusation non seulement des talibans eux-mêmes, mais de la communauté internationale.

« Du point de vue des lois internationales, des valeurs des droits de l’homme et même du point de vue de la charia, c’est un crime impardonnable », a-t-elle déclaré à propos des pratiques du régime. « Les talibans augmentent chaque jour ces restrictions contre les femmes en raison d’intérêts politiques.

« Malheureusement, le monde est resté silencieux. »

Laisser un commentaire

10 − 2 =