"Le monde est en train de s'enflammer de toute façon": des vandales détruisent l'œuvre phare de Pistoletto à Naples

Jean Delaunay

« Le monde est en train de s’enflammer de toute façon »: des vandales détruisent l’œuvre phare de Pistoletto à Naples

Qu’en est-il de la dégradation ou de la destruction récente de sites culturels et d’œuvres d’art ?

Suite à la dégradation du Colisée à Rome par un touriste britannique et rapporte qu’un adolescent canadien a été accusé d’avoir sculpté dans un temple japonais reconnu par l’UNESCOdes vandales ont incendié et détruit une œuvre phare de l’un des artistes vivants les plus célèbres d’Italie, devant l’hôtel de ville de Naples.

Au moment où les flammes ont été éteintes, tout ce qui restait de l’installation de Michelangelo Pistoletto était un cadre carbonisé.

L’œuvre de Pistoletto, intitulée « Venus of the Rags », était exposée à Naples depuis le 28 juin. Il comportait une grande Vénus nue néoclassique en plâtre, inspirée de la «Vénus à la pomme» du sculpteur danois Bertel Thorvaldsen du XIXe siècle, piochant dans une montagne de chiffons.

Pistoletto a fait plusieurs versions de « Vénus des chiffons ». Le premier, en 1967, avait une Vénus en béton ou en ciment achetée dans une jardinerie recouverte de mica pour créer une surface scintillante. D’autres ont utilisé des moulages en plâtre de cette statue, et l’un a été fabriqué en marbre grec contenant du mica, selon la Tate Gallery, qui possède l’une des pièces.

Pistoletto a déclaré au quotidien Corriere della Sera que les raisons de l’attaque pourraient être multiples.

« C’est une œuvre qui appelle à la régénération, à la nécessité de trouver un équilibre et une harmonie entre deux esprits qui sont représentés d’une part par la beauté, et d’autre part par la consommation consommée, une catastrophe », a déclaré le 90-year-old- dit le vieil artiste.

Il a ajouté: «Le monde s’enflamme de toute façon. Les mêmes esprits qui font la guerre sont ceux qui ont mis le feu à Vénus. »

Laisser un commentaire

un × 5 =