Masked Hamas militants in Gaza carry mock coffins of Palestinians who were killed during Israeli military operations.

Jean Delaunay

Le Hamas exige un « arrêt complet » de la guerre en réponse à la proposition de cessez-le-feu à Gaza

Les États-Unis affirment qu’Israël soutient l’accord, qui a reçu le soutien du Conseil de sécurité de l’ONU, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné des signaux contradictoires.

Le Hamas affirme qu’il a répondu à une proposition de cessez-le-feu à Gaza soutenue par les États-Unis – bien qu’avec quelques « amendements » à l’accord – et que sa priorité est de mettre « un terme complet » à la guerre de huit mois qui a fait plus de 300 morts. 37 000 personnes.

Les ministères des Affaires étrangères du Qatar et de l’Égypte, qui ont joué un rôle de médiateur clé aux côtés des États-Unis, ont confirmé qu’ils avaient reçu la réponse du Hamas et ont déclaré que les médiateurs l’étudiaient.

« Nous avons reçu cette réponse que le Hamas a fournie au Qatar et à l’Egypte, et nous l’évaluons actuellement », a déclaré le porte-parole de la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, aux journalistes à Washington.

Un autre porte-parole du Hamas, Jihad Taha, a déclaré que la réponse comprenait « des amendements confirmant le cessez-le-feu, le retrait, la reconstruction et l’échange (de prisonniers) ».

La proposition, annoncée par le président américain Joe Biden le mois dernier, prévoit un plan en trois phases qui commencerait par un cessez-le-feu initial de six semaines et la libération de certains otages en échange de prisonniers palestiniens.

Les forces israéliennes se retireraient des zones peuplées et les civils palestiniens seraient autorisés à rentrer chez eux. Le Hamas détient toujours environ 120 otages, dont un tiers serait mort.

La première phase nécessite également la distribution sûre de l’aide humanitaire « à grande échelle dans toute la bande de Gaza », ce qui, selon Biden, conduirait à l’entrée de 600 camions d’aide à Gaza chaque jour.

Dans le même temps, des négociations seraient lancées sur la deuxième phase, qui doit amener « une fin définitive aux hostilités, en échange de la libération de tous les autres otages encore à Gaza, et d’un retrait complet des forces israéliennes de Gaza ».

La troisième phase lancerait « un plan pluriannuel majeur de reconstruction de Gaza et le retour des dépouilles de tous les otages décédés encore à Gaza à leurs familles ».

Le groupe militant a approuvé le mois dernier une proposition similaire qui a été rejetée par Israël.

Les familles et les partisans des otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza brandissent des banderoles et des drapeaux lors d'une manifestation à Tel Aviv appelant à leur retour.
Les familles et les partisans des otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza brandissent des banderoles et des drapeaux lors d’une manifestation à Tel Aviv appelant à leur retour.

Dans une déclaration commune annonçant qu’ils avaient soumis leur réponse au Qatar et à l’Egypte, le Hamas et le petit groupe militant du Jihad islamique ont déclaré qu’ils étaient prêts à « agir positivement pour parvenir à un accord » et que leur priorité était de mettre un « arrêt complet » à la guerre.

Un haut responsable du Hamas, Osama Hamdan, a déclaré à la télévision libanaise Al-Mayadeen que le groupe avait « soumis quelques remarques sur la proposition aux médiateurs », sans plus de détails.

Tout en soutenant les grandes lignes de l’accord, les responsables du Hamas ont exprimé leur méfiance quant à la perspective qu’Israël en mette en œuvre les termes, en particulier les dispositions prévoyant une fin définitive des combats et le retrait complet d’Israël de Gaza en échange de la libération de tous les otages pris par Israël. Hamas le 7 octobre 2023.

Les États-Unis affirment qu’Israël a accepté la proposition, mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a donné des signaux contradictoires, affirmant que son gouvernement n’arrêtera pas sa campagne tant que le Hamas ne sera pas détruit.

Le passage de la première à la deuxième phase apparaît comme un point de friction. Le Hamas veut avoir l’assurance qu’Israël ne reprendra pas la guerre, et Israël veut s’assurer que les négociations prolongées sur la deuxième phase ne prolongent pas indéfiniment le cessez-le-feu tout en laissant des otages en captivité.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre qatari, Cheikh Mohammed Bin Abdulrahman al-Thani, à Doha, au Qatar.
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’exprime lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre qatari, Cheikh Mohammed Bin Abdulrahman al-Thani, à Doha, au Qatar.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est rendu dans la région cette semaine pour tenter de faire adopter l’accord soutenu par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui appelle à un cessez-le-feu de six semaines qui deviendrait finalement permanent.

Mardi, il a continué de faire pression sur le Hamas pour qu’il accepte la proposition, affirmant que le vote du Conseil de sécurité de l’ONU en sa faveur montrait « aussi clairement que possible » que le monde soutenait le plan.

« Le vote de tout le monde est valable, sauf un, et c’est celui du Hamas », a déclaré Blinken aux journalistes à Tel Aviv après avoir rencontré des responsables israéliens.

Il a déclaré que Netanyahu avait réaffirmé son engagement envers la proposition lors de leur rencontre lundi soir.

Plus tard mardi, Blinken a assisté à une conférence sur l’aide à Gaza en Jordanie, où il a annoncé une aide supplémentaire de plus de 400 millions de dollars (370 millions d’euros) pour les Palestiniens de Gaza et de la région au sens large, portant l’aide totale américaine envoyée au cours des huit derniers mois à plus de 674 millions de dollars (622 millions d’euros).

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré lors de la réunion que le montant de l’aide acheminée vers l’ONU à Gaza pour être distribuée a chuté des deux tiers depuis qu’Israël a lancé une offensive dans la ville de Rafah, dans le sud du territoire, début mai.

Guterres a appelé à l’ouverture de tous les postes frontières, affirmant que « la vitesse et l’ampleur du carnage et des tueries à Gaza » dépassent tout ce qu’il a pu faire depuis qu’il a pris la tête de l’ONU en 2017.

« Israël et le Hamas pourraient avoir commis des crimes de guerre »

Dans un autre développement, le bureau des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que les forces israéliennes et les militants palestiniens pourraient avoir commis des crimes de guerre lors du raid israélien meurtrier qui a permis de sauver quatre otages ce week-end. Au moins 274 Palestiniens ont été tués lors de l’opération, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Lundi, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté massivement en faveur de la proposition, avec 14 des 15 membres votant pour et la Russie s’abstenant. La résolution appelle Israël et le Hamas « à mettre pleinement en œuvre ses termes, sans délai et sans condition ».

Les Palestiniens regardent les conséquences du bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza.
Les Palestiniens regardent les conséquences du bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Biden a présenté l’accord comme une proposition israélienne, mais Netanyahu en a publiquement contesté des aspects clés, affirmant que certaines parties avaient été laissées de côté par Biden. Ces signaux contradictoires semblent refléter le dilemme politique de Netanyahu. Ses alliés d’extrême droite ont rejeté la proposition et ont menacé de renverser son gouvernement s’il mettait fin à la guerre sans détruire le Hamas.

Un cessez-le-feu durable et le retrait des forces israéliennes de Gaza permettraient probablement au Hamas de conserver le contrôle du territoire et de reconstruire ses capacités militaires.

Mais Netanyahu subit également une pression croissante pour accepter un accord visant à ramener les otages. Des milliers d’Israéliens, y compris les familles des otages, ont manifesté en faveur du plan soutenu par les États-Unis.

Laisser un commentaire

5 + 9 =