UNRWA is accused of employing members of Hamas.

Jean Delaunay

Le Hamas devrait répondre prochainement à la proposition de cessez-le-feu, notamment en libérant des otages

Tous les derniers développements sur la guerre Israël-Hamas et le conflit au Moyen-Orient.

Le Hamas devrait répondre prochainement à la proposition de cessez-le-feu, notamment en libérant des otages

Un haut responsable du Hamas a déclaré vendredi que le groupe répondrait « très bientôt » à une proposition qui comprend des pauses prolongées dans les combats à Gaza et un échange progressif des otages du Hamas contre des Palestiniens détenus en Israël.

Le Hamas et d’autres militants de Gaza détiennent des dizaines d’otages après en avoir enlevé environ 250 lors de leur attaque meurtrière du 7 octobre contre le sud d’Israël, qui a tué 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et déclenché l’offensive fulgurante d’Israël sur l’enclave.

Plus de 100 otages ont été libérés au cours d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre en échange de 240 prisonniers palestiniens.

L’Iran « ne déclenchera pas de guerre » mais répondra aux intimidateurs, déclare le président

Le président iranien Ebrahim Raisi a assuré vendredi que son pays ne déclencherait pas de guerre mais « répondrait fermement » à quiconque tenterait de l’intimider, a rapporté l’agence de presse Reuters.

Ces remarques font suite à des jours de tension entre les États-Unis et l’Iran après que trois soldats américains ont été tués et au moins 34 blessés lors d’une attaque de drone menée par des militants soutenus par l’Iran contre les troupes américaines dans le nord-est de la Jordanie, près de la frontière syrienne.

Le président américain Joe Biden a imputé aux milices soutenues par l’Iran les premiers décès américains après des mois d’attaques de ces groupes contre les forces américaines au Moyen-Orient, et a déclaré que les États-Unis « réagiraient ».

« Avant, quand ils (les États-Unis) voulaient nous parler, ils disaient que l’option militaire était sur la table. Maintenant, ils disent qu’ils n’ont pas l’intention d’entrer en conflit avec l’Iran », a déclaré Raisi.

« La puissance militaire de la République islamique dans la région n’est pas et n’a jamais été une menace pour aucun pays. Au contraire, elle assure une sécurité sur laquelle les pays de la région peuvent compter et en qui ils ont confiance », a-t-il ajouté.

Le président iranien Ebrahim Raisi, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan partent après une conférence de presse conjointe à l'issue de leur rencontre.
Le président iranien Ebrahim Raisi, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan partent après une conférence de presse conjointe à l’issue de leur rencontre.

« Nous ne pouvons pas abandonner la population de Gaza », déclare l’UNICEF

Le directeur général de l’UNICEF a appelé le monde à ne pas oublier les enfants de Gaza.

« Les allégations selon lesquelles plusieurs membres du personnel de l’UNRWA seraient impliqués dans les attaques odieuses contre Israël le 7 octobre sont horribles. Comme l’a dit le Secrétaire général, tout employé de l’ONU impliqué dans des actes de terrorisme sera tenu responsable », indique le communiqué publié par l’organisation.

« Cependant, nous ne devons pas empêcher une organisation entière de remplir son mandat de servir les personnes qui en ont désespérément besoin », ajoute-t-il.

La brigade du Hamas à Khan Younis démantelée, selon Israël

Les forces israéliennes ont démantelé la brigade du Hamas à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, a déclaré jeudi le ministre de la Défense Yoav Gallant, dans le cadre d’une guerre de près de quatre mois au cours de laquelle 10 000 combattants palestiniens ont été tués et autant de blessés.

Israël a déclaré qu’il concentrerait désormais ses opérations à Rafah.

Des soldats israéliens portent le cercueil drapé du drapeau du réserviste Gavriel Shani lors de ses funérailles au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem.
Des soldats israéliens portent le cercueil drapé du drapeau du réserviste Gavriel Shani lors de ses funérailles au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem.

Sept personnes arrêtées en Turquie pour avoir prétendument vendu des informations au Mossad

La police turque a arrêté vendredi sept personnes soupçonnées d’avoir vendu des informations aux services de renseignement israéliens du Mossad, a annoncé l’agence de presse officielle Anadolu.

Les suspects, qui auraient transmis des informations au Mossad par l’intermédiaire de détectives privés, ont été arrêtés dans le cadre d’une opération conjointe avec l’Organisation nationale de renseignement (MIT) turque.

Agissant sur des mandats émis par le parquet général d’Istanbul, des agents de la police antiterroriste et des renseignements ont mené des raids à Istanbul et dans la ville côtière occidentale d’Izmir, a rapporté Anadolu.

Deux autres suspects dans l’enquête auraient été arrêtés plus tôt.

Le mois dernier, 34 personnes ont été arrêtées par la police turque, soupçonnées d’espionnage pour le compte d’Israël. Ils ont été accusés d’avoir projeté de mener des activités telles que la reconnaissance et la « poursuite, l’agression et l’enlèvement » d’étrangers vivant en Turquie.

À l’époque, le ministre de la Justice, Yilmaz Tunc, avait déclaré que la plupart des suspects étaient accusés d’avoir commis « de l’espionnage politique ou militaire » pour le compte des renseignements israéliens.

Le Mossad aurait recruté des Palestiniens et des Syriens en Turquie dans le cadre d’une opération contre les étrangers vivant dans le pays.

Laisser un commentaire

trois × 1 =