Britain

Jean Delaunay

Le G7 intensifie ses efforts pour soutenir l’Ukraine alors que le pape François devrait se joindre au sommet vendredi

Les dirigeants du Groupe des Sept principaux pays industrialisés tournent désormais leur attention vers la migration lors de la deuxième journée de leur sommet vendredi.

L’accord conclu jeudi par les dirigeants du G7 visant à utiliser les bénéfices des avoirs russes gelés pour obtenir un prêt de 46 milliards d’euros pour soutenir l’Ukraine a déjà été qualifié d’« historique ».

L’effort commun visant à montrer au président russe Vladimir Poutine que les principales démocraties industrielles du monde soutiennent l’Ukraine était également à l’origine de l’accord à long terme signé jeudi pour renforcer les défenses de l’Ukraine contre l’invasion russe.

« C’est un signal fort que nous envoyons à Poutine, lui montrant qu’il ne peut pas gagner », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d’un discours à la presse en marge du sommet.

Avec l’Ukraine, l’accent a également été mis jeudi sur le Moyen-Orient, le Groupe des Sept appelant le Hamas à accepter l’accord de cessez-le-feu proposé par le président américain Joe Biden et à exiger la libération de tous les otages.

Selon les médias italiens, les conclusions du sommet appelleront également Israël à respecter le droit international et à « désamorcer une offensive totale contre Rafah ».

Deuxième jour : Afrique, Chine et IA

Au premier jour du premier grand sommet international accueilli par Giorgia Meloni depuis sa prise de fonction en 2022, les discussions ont également porté sur l’Afrique.

S’exprimant à la fin de la première série de séances, Meloni s’est déclarée heureuse que les dirigeants du G7 aient soutenu le Plan Mattei de l’Italie pour l’Afrique, qui vise à s’attaquer aux causes profondes des flux migratoires en provenance du continent.

L’Afrique devrait figurer en bonne place à l’ordre du jour du sommet de cette année dans les Pouilles, l’Italie visant à se positionner comme le principal pont de l’Europe pour y construire de nouveaux partenariats.

Le Premier ministre italien Giorgia Meloni, à gauche, s'entretient avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak après avoir assisté à une démonstration de parachutisme lors du sommet des dirigeants mondiaux du G7 à Borgo Egnazia.
Le Premier ministre italien Giorgia Meloni, à gauche, s’entretient avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak après avoir assisté à une démonstration de parachutisme lors du sommet des dirigeants mondiaux du G7 à Borgo Egnazia.

Alors que le débat sur le rôle de l’Afrique se poursuivra vendredi, le pape François participera au sommet du G7 le deuxième jour. C’est la première fois que le pape participe à ce sommet, avec des discussions axées sur l’intelligence artificielle et la migration et qui devraient également couvrir la Chine.

La réunion du G7 restera certainement dans les mémoires grâce au nombre important de dirigeants invités participant au sommet. Aux côtés du pape François, les dirigeants de l’Ukraine et des pays du Sud se sont également joints à l’événement pour des discussions approfondies sur les problèmes les plus urgents auxquels ces régions du monde sont confrontées.

Cependant, jeudi, l’ouverture du sommet a été accompagnée de critiques à l’encontre du Premier ministre italien, accusé d’avoir supprimé une référence garantissant des avortements sûrs et légaux dans la déclaration finale du sommet.

Cela a ensuite été justifié par le gouvernement Meloni, affirmant que le document était encore en cours de négociation. La France et le Canada ont fait pression pour l’inclusion de cette référence, faisant suite à un accord conclu lors du G7 au Japon l’année dernière.

Des mesures de sécurité strictes ont été appliquées lors du rassemblement des dirigeants dans la station balnéaire de Borgo Egnazia, notamment l’introduction d’une zone rouge à accès restreint et le déploiement de plus de 5 000 policiers.

Jeudi soir, les dirigeants du monde ont été invités à un dîner offert par le président italien Sergio Mattarella.

Laisser un commentaire

4 × un =