WikiLeaks founder Julian Assange

Jean Delaunay

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s’arrête à Bangkok en route vers un tribunal américain et plus tard vers la liberté

Assange devrait retourner dans son pays d’origine, l’Australie, après son plaidoyer et sa condamnation.

Un avion qui transportait Julian Assange a atterri mardi à Bangkok. Le fondateur de WikiLeaks est sur le point de conclure un accord de plaidoyer avec le gouvernement américain qui le libérera et résoudra un procès qui a duré des années et des continents concernant la publication d’une mine de documents classifiés.

On ne sait pas si l’avion fait simplement le plein ou comment Assange continuera son voyage vers les îles Mariannes du Nord, un Commonwealth américain situé dans le Pacifique occidental, où il comparaîtra devant le tribunal mercredi matin, heure de Saipan.

Il devrait plaider coupable d’une accusation de conspiration en vue d’obtenir et de diffuser illégalement des informations classifiées sur la défense nationale, selon la loi sur l’espionnage, selon le ministère américain de la Justice dans une lettre déposée au tribunal.

Assange devrait retourner dans son pays d’origine, l’Australie, après son plaidoyer et sa condamnation.

L’audience a lieu à Saipan, la plus grande île des Mariannes du Nord, en raison de l’opposition d’Assange à se rendre sur le territoire continental des États-Unis et de la proximité du tribunal avec l’Australie, ont indiqué les procureurs.

Le plaidoyer de culpabilité, qu’un juge doit approuver, met un terme brutal à une affaire pénale d’intrigue internationale et à la poursuite d’Assange par le gouvernement américain depuis des années.

Le fondateur de WikiLeaks a déclaré via son site de partage de secrets extrêmement populaire qu’il agissait en tant que journaliste pour dénoncer les actes répréhensibles de l’armée américaine. Les enquêteurs, en revanche, ont affirmé à plusieurs reprises que ses actions enfreignaient les lois destinées à protéger les informations sensibles et mettaient en danger la sécurité nationale du pays.

Les avocats d’Assange n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Dans un communiqué publié sur X, WikiLeaks a déclaré qu’Assange était monté à bord d’un avion et avait quitté le Royaume-Uni lundi après avoir quitté la prison britannique, où il a passé les cinq dernières années.

WikiLeaks a applaudi l’accord, affirmant qu’il était reconnaissant envers « tous ceux qui se sont tenus à nos côtés, se sont battus pour nous et sont restés totalement engagés dans la lutte pour sa liberté ».

« WikiLeaks a publié des articles sans précédent sur la corruption du gouvernement et les violations des droits de l’homme, tenant les puissants pour responsables de leurs actes. En tant que rédacteur en chef, Julian a payé cher pour ces principes et pour le droit du peuple à savoir », a déclaré WikiLeaks.

Le Premier ministre australien Anthony Albanese, qui a fait pression pour que les États-Unis mettent fin aux poursuites contre Assange, a déclaré au Parlement qu’un envoyé australien avait volé avec Assange depuis Londres.

« Quelles que soient les opinions des gens sur les activités de M. Assange, l’affaire traîne depuis trop longtemps. « Il n’y a rien à gagner à son incarcération continue et nous voulons qu’il soit ramené en Australie », a ajouté Albanese.

L’accord garantit qu’Assange reconnaîtra sa culpabilité tout en lui épargnant toute peine de prison supplémentaire. Il avait passé des années à se cacher à l’ambassade d’Équateur à Londres après que les autorités suédoises eurent demandé son arrestation pour viol, avant d’être incarcéré au Royaume-Uni.

Assange devrait être condamné aux cinq années qu’il a déjà passées dans la prison britannique de haute sécurité alors qu’il luttait pour éviter d’être extradé vers les États-Unis pour faire face à des accusations, un processus qui s’est déroulé lors d’une série d’audiences à Londres.

Le mois dernier, il a obtenu le droit de faire appel d’une décision d’extradition après que ses avocats ont soutenu que le gouvernement américain avait fourni des assurances « manifestement insuffisantes » selon lesquelles il bénéficierait des mêmes protections en matière de liberté d’expression qu’un citoyen américain s’il était extradé de Grande-Bretagne.

Laisser un commentaire

9 + 20 =