Le directeur créatif de la marque culte de skate Supreme démissionne, alléguant un « racisme systémique »

Jean Delaunay

Le directeur créatif de la marque culte de skate Supreme démissionne, alléguant un « racisme systémique »

Le designer qui est devenu le tout premier directeur créatif de Supreme en février 2022 a maintenant démissionné, accusant l’entreprise de « racisme systémique ».

Tremaine Emory, le créateur américain qui a fondé Denim Tears, a démissionné de son poste de directeur créatif chez le géant du streetwear Supreme, invoquant des allégations de « problèmes raciaux systématiques » au sein de l’entreprise.

Sa démission fait suite à l’annulation d’une collaboration très attendue avec le grand artiste noir américain Arthur Jafa.

Emory a pris ses fonctions au sein de la marque culte de skate new-yorkaise en février 2022, succédant à son fondateur, James Jebbia.

Avant son mandat, Emory avait déjà fait une marque significative dans la communauté du streetwear, en fondant sa propre marque, Denim Tears, en 2019 et en collaborant avec feu Virgil Abloh et Kanye West.

Qu’est-ce que Suprême ?

François Mori/AP
Un mannequin porte une création de la collection de mode Louis Vuitton Homme Automne Hiver 2017-2018 avec Supreme présentée à Paris, le 19 janvier 2017.

Supreme, une marque américaine emblématique de vêtements et de skateboard, a été créée à New York en avril 1994, immédiatement reconnaissable à son logo rouge emblématique.

Elle a acquis une popularité et un statut inégalés grâce à des collaborations avec des marques renommées telles que Louis Vuitton, The North Face, Nike et Vans.

Avec une base de fans diversifiée à travers le monde, Supreme est devenu un véritable culte, ce qui entraîne de longues files d’attente devant ses boutiques mondiales.

Avec ses sweats à capuche, sweat-shirts et accessoires, la marque séduit non seulement les amateurs de streetwear mais aussi les communautés skate et hip-hop.

Les lancements de produits Supreme sont généralement limités en quantité mais à des prix raisonnables, ce qui incite de nombreuses personnes à camper dans ses magasins lorsque de nouvelles sorties sont annoncées. La valeur de revente des produits Supreme grimpe souvent jusqu’à doubler ou tripler leur prix de détail.

Quelles sont les affirmations d’Emory ?

Dans sa lettre de démission, obtenue par Business of Fashion, Emory exprime sa frustration face au manque de transparence concernant la décision d’abandonner le projet avec Arthur Jafa, l’attribuant à « l’incapacité de la direction à communiquer » ou à offrir « une visibilité totale ».

« Cela m’a causé beaucoup de détresse ainsi que la conviction qu’un racisme systématique était en jeu au sein de la structure de Supreme », déclare Emory dans sa lettre de démission.

Emory a également profité des réseaux sociaux pour partager des captures d’écran d’une conversation textuelle avec Jebbia, à la suite d’une réunion sur la collaboration abandonnée avec Jafa.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Tremaine Emory (@tremaineemory)

Selon Emory, les images du projet impliquaient « des représentations d’hommes noirs pendus et de l’esclave affranchi Gordon photographié avec ses coups de fouet sur le dos », ce qui a profondément troublé un employé noir du studio qui a ensuite démissionné.

Emory a également raconté avoir été qualifié de « raciste » et « émotif » pour avoir soulevé des inquiétudes concernant le racisme systémique lors d’une réunion, alors que le projet Jafa était secrètement interrompu sans sa contribution.

Supreme a répondu aux affirmations d’Emory dans une déclaration partagée avec BoF : « Bien que nous prenions ces préoccupations au sérieux, nous sommes fortement en désaccord avec la caractérisation de Tremaine de notre entreprise et la gestion du projet Arthur Jafa, qui n’a pas été annulé. C’était la première fois en 30 ans que l’entreprise faisait appel à un directeur créatif. Nous sommes déçus que cela n’ait pas fonctionné avec Tremaine et lui souhaitons bonne chance pour la suite.

Laisser un commentaire

1 + 2 =