Commission president Ursula von der Leyen with Italian premier Giorgia Meloni at an EU summit in Brussels in April

Milos Schmidt

Le dilemme de la réélection de Von der Leyen : regarder à droite ou devenir vert ?

Le groupe des Verts au Parlement européen affirme qu’il s’agit de la seule voie sûre vers la réélection de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Alors qu’Ursula von der Leyen cherche le soutien des députés européens dans sa candidature pour un second mandat à la présidence de la Commission européenne, son Parti populaire européen n’envisage pas d’élargir une alliance centriste à trois avec les Socialistes & Démocrates et le groupe libéral Renew, mais d’une manière ou d’une autre, elle pourrait avoir besoin du soutien des Verts ou de l’extrême droite.

Une source haut placée au sein du PPE a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que le groupe des Verts ne serait pas invité à rejoindre la plateforme. « Il n’y aura pas d’inclusion formelle des Verts dans la plateforme », a déclaré la source, ajoutant : « Cela n’arrivera pas. »

Un porte-parole du groupe de centre-droit a confirmé cette position. « Nous avons une coalition avec Renew et les sociaux-démocrates, il appartient ensuite à Ursula von der Leyen de négocier un soutien en dehors de cette coalition », a-t-il déclaré. « Si elle veut négocier avec les Verts ou l’ECR, c’est son affaire, pas la nôtre », a-t-il ajouté.

Mais le mot « coalition » est peut-être un peu fort pour la nature de la coopération entre les trois plus grands groupes du Parlement, même s’il est souvent utilisé à tort et à travers. Une grande coalition historique entre le S&D et le PPE a disparu en 2019 lorsqu’une vague de soutien aux Verts et aux libéraux, ainsi qu’aux populistes eurosceptiques, a vu leur pouvoir relatif diminuer.

Lorsque la chancelière a contacté le S&D et Renew Europe dès qu’il est devenu évident que le PPE était arrivé en tête des élections européennes du 9 juin, elle n’a pas parlé d’une coalition mais d’une « plateforme » efficace qui a fonctionné au cours des cinq dernières années. « Cette plateforme a bien fonctionné, elle était fiable, constructive et efficace », a déclaré la députée.

Qu’il s’agisse d’une coalition ou d’une plateforme, il s’agit en réalité d’un marchandage sur les priorités politiques que von der Leyen devra définir avant son vote de confirmation au Parlement européen plus tard ce mois-ci.

Les coprésidents des Verts, Bas Eickhout et Terry Reintke, l’ont rencontrée lundi et ont ensuite déclaré qu’ils lui auraient clairement fait savoir qu’ils refuseraient de la soutenir si elle concluait un accord avec l’extrême droite.

Les Verts ont fait valoir, dès leur première réunion quelques jours après les élections, l’idée que le président de la Commission ne peut pas compter uniquement sur le soutien des trois grands partis centristes pour être assuré d’un second mandat.

Ce n’est un secret pour personne que la figure de proue du Pacte vert européen est loin d’être à la mode, même pour certaines factions au sein de son propre groupe politique – et le vote de confirmation qui se tiendra en session plénière du 16 au 19 juillet sera un vote à bulletin secret.

Ursula von der Leyen a rencontré mardi les chefs des groupes politiques du Parlement européen lors d’une conférence des présidents. S’adressant aux journalistes à l’issue de la réunion, Mme Eickhout a averti que la présidente de la Commission pourrait également perdre le soutien du S&D si elle faisait des ouvertures au groupe de droite ECR, voire aux 24 membres du parti Frères d’Italie de Giorgia Meloni.

Interrogé pour savoir si Ursula von der Leyen ne risquait pas également de perdre le soutien de son propre parti si elle tenait compte de certaines des préoccupations des Verts dans son plan politique, le député néerlandais a déclaré qu’il voyait « des questions sur lesquelles nous pouvons nous rassembler ».

« Nous sommes tous préoccupés par l’avenir de l’industrie européenne et les Verts et le PPE doivent voir jusqu’où nous pouvons aller ensemble. Nous pourrions vous surprendre », a déclaré M. Eickhout.

La « plateforme » évoquée par Ursula von der Leyen est donc en réalité un accord sur les « orientations politiques » de la prochaine Commission, que Ursula von der Leyen n’a pas encore finalisé – tout comme les groupes politiques sur le soutien desquels elle compte n’ont pas encore finalisé leurs revendications.

Une source au sein du S&D a rejeté l’idée qu’une quelconque forme de coalition soit en vue, affirmant que les discussions en cours portaient uniquement sur le programme politique de la prochaine Commission.

Un porte-parole du groupe de centre-gauche a ensuite confirmé qu’il « n’accepterait jamais une alliance avec ceux qui veulent détruire l’UE, qu’il s’agisse d’ID ou d’ECR », faisant écho à la présidente du groupe, Iratxe García.

« Nous avons bien sûr nos propres exigences en ce qui concerne le programme et les politiques futurs », a déclaré le porte-parole du S&D. « Nous sommes en train de finaliser ces exigences et nous les présenterons en temps voulu. »

Le groupe libéral Renew – encore sous le choc de la défaite électorale, notamment en France – a également souligné qu’aucun accord n’avait encore été conclu avec le PPE ou von der Leyen.

« Cette semaine, nous travaillons en tant que groupe à définir nos priorités et nos conditions/lignes rouges pour von der Leyen », a déclaré aujourd’hui Clara de Melo Ponce, porte-parole de Renew. « Nous l’en informerons lors de notre réunion de groupe la semaine prochaine (elle sera présente) et nous l’écouterons pour voir quels sont ses engagements. »

La présidente de Renew, Valérie Hayer, a déclaré le soir du scrutin que son groupe, battu dans les sondages, était prêt à être aux « commandes d’une coalition pro-européenne si nos conditions et nos ambitions sont à la hauteur ».

Laisser un commentaire

15 − 9 =