Renew Europe President, Valerie Hayer

Jean Delaunay

Le destin de l’Europe est étroitement lié à celui de l’Ukraine, déclare le chef des libéraux européens à Kiev

La dirigeante des libéraux européens, Valérie Hayer, a réaffirmé le soutien indéfectible de son parti centriste à l’Ukraine lors d’une visite de deux jours dans ce pays déchiré par la guerre, alors que la sécurité occupe une place centrale dans la campagne pour les élections européennes de juin.

Hayer, qui dirige le groupe Renew Europe et a été présentée comme l’un de ses trois principaux candidats aux élections, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’elle souhaitait « aller sur le terrain » pour mieux comprendre la réalité « politique » et « militaire » en Ukraine.

« Nous devons expliquer aux citoyens européens que cette guerre en Ukraine a un impact énorme pour nous et que la sécurité du peuple ukrainien est notre sécurité », a déclaré Hayer mercredi. « Notre destin est lié. »

Cette visite intervient alors que l’on craint que le président russe Vladimir Poutine n’intensifie ses attaques contre l’Ukraine après avoir tenté d’impliquer Kiev dans un attentat terroriste contre une salle de concert à Moscou vendredi dernier, au cours duquel au moins 143 personnes ont perdu la vie.

Des sources militaires ukrainiennes affirment que la Russie a tiré au moins 26 missiles balistiques sur Kiev la semaine dernière, touchant des infrastructures civiles.

Face à l’incertitude quant à l’avenir du soutien américain après l’élection présidentielle de novembre et à l’épuisement rapide des stocks de munitions, Kiev s’appuie de plus en plus sur ses alliés européens pour reconstituer ses stocks.

« La plus grande crainte en matière de sécurité est l’écart croissant dans notre puissance de feu d’artillerie », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe le vice-ministre ukrainien de la Défense, Yuriy Dzhygyr.

« Nous avons le soutien, nous ressentons le soutien, nous comprenons qu’il y a des problèmes techniques avec le réapprovisionnement des stocks mais nous ressentons votre solidarité et l’apprécions beaucoup. »

Cela signifie que les partis politiques ont fait du soutien à l’Ukraine – et du renforcement des capacités défensives de l’Europe – une pièce maîtresse de leurs programmes électoraux.

Un document de position sur la défense européenne dévoilé mercredi par le groupe Renew propose une « amélioration drastique » des achats européens conjoints d’armes et une augmentation des dépenses de défense aux niveaux européen et national.

Les revers sur le champ de bataille en Ukraine ces dernières semaines ont suscité un sentiment d’urgence parmi les dirigeants de l’UE, qui rompent avec le précédent en augmentant le flux d’aide militaire et financière à leur voisin frappé par la guerre.

Le bloc utilise rapidement les bénéfices exceptionnels des actifs russes immobilisés dans l’UE pour acheter davantage d’armes, et entame même un dialogue tendu sur la perspective controversée d’augmenter la dette commune de l’UE pour financer les besoins de défense.

S’exprimant depuis l’Ukraine, Hayer a déclaré qu’il était temps de faire « un bond en avant dans la défense européenne ».

« Une véritable Union européenne de la défense permettra d’économiser de l’argent en mettant fin aux doubles emplois et au gaspillage, mais pour y parvenir, nous devons investir maintenant et investir dans la base industrielle de défense de l’Europe », a-t-elle déclaré.

Le groupe Renew est en passe de conserver de justesse sa position de troisième faction au Parlement européen, selon un sondage exclusif réalisé par Ipsos.

Hayer est l’un des principaux candidats européens de Renew et est également en tête de liste du parti Renaissance d’Emmanuel Macron en France.

Les projections les plus récentes de notre sondage placent Renew à 87 sièges, et le parti d’extrême droite en plein essor Identité et Démocratie (ID) à la quatrième place avec 80 sièges.

L’augmentation projetée de 31 sièges par ID est propulsée par le succès du Rassemblement national français et de son principal candidat, Jordan Bardella, 28 ans, qui rivalisera avec Hayer pour les élections françaises et qui a rompu les liens historiquement étroits de son parti avec la Russie en adopter une ligne dure à l’égard de Moscou.

Un coup de pouce pour la candidature de Kiev à l’UE

Hayer a également promis de faire avancer l’Ukraine sur la voie de l’adhésion à l’UE en proposant un statut d’observateur aux législateurs ukrainiens au Parlement européen « dès que possible ».

Le processus d’adhésion au bloc est notoirement long, et malgré le feu vert des dirigeants européens à l’ouverture de négociations formelles avec l’Ukraine en décembre dernier, le chemin vers une adhésion à part entière à l’UE est long.

Cela a incité le bloc à proposer des voies d’intégration progressive, notamment en rassemblant les hommes politiques des pays candidats autour de la table de prise de décision avant l’achèvement du processus d’adhésion.

« Nous voulons que les hommes politiques ukrainiens siègent au Parlement européen en tant qu’observateurs dès que possible, mais nous n’avons pas besoin d’attendre qu’un statut d’observateur officiel soit accordé pour commencer sérieusement à travailler ensemble », a déclaré Hayer.

« En signe de soutien, pour montrer leur visibilité et comme outil de dissuasion contre l’agresseur russe, les hommes politiques ukrainiens seront régulièrement invités au groupe Renew Europe au Parlement européen et à nos réunions préalables au sommet avec les dirigeants européens », a-t-elle déclaré. ajoutée.

De tels sommets rassemblent les chefs d’État et de gouvernement centristes de l’UE, notamment le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre estonien Kaja Kallas.

Le parti ukrainien Serviteur du peuple, auquel appartient le président Volodymyr Zelensky, a obtenu l’adhésion à l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), l’une des trois factions politiques qui forment le groupe Renew Europe, peu après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. .

Laisser un commentaire

19 − un =