Biden

Jean Delaunay

Le Congrès n’a pas encore approuvé le renouvellement de l’aide alors que la pénurie de munitions en Ukraine persiste

Après le 30 décembre, le Pentagone a averti que les fonds destinés à reconstituer l’aide militaire à l’Ukraine seraient épuisés à moins que des fonds supplémentaires ne soient approuvés par le Congrès.

Après le 30 décembre, le Pentagone a averti que les fonds destinés à reconstituer l’aide militaire à l’Ukraine seraient épuisés à moins que des fonds supplémentaires ne soient approuvés par le Congrès.

L’administration Biden a souligné à plusieurs reprises l’urgence de la situation, avec 61 milliards de dollars supplémentaires (55,7 milliards d’euros) en attente au Congrès.

La lettre du directeur financier du Pentagone, Michael McCord, datée du 15 décembre, souligne que les 1,07 milliards de dollars restants (1,5 milliard d’euros) destinés à la reconstitution des stocks ne pourront être décaissés que 15 jours après la notification, laissant le ministère de la Défense sans fonds disponibles pour une assistance à la sécurité supplémentaire à l’Ukraine. .

« Il s’agit de la politique intérieure américaine et du fait que, particulièrement dans la politique américaine, tout tend à être une monnaie d’échange pour autre chose », a expliqué le professeur Mark Galeotti de l’École d’études slaves et est-européennes de l’UCL à L’Observatoire de l’Europe.

« Même si certains républicains souhaitent véritablement réduire le montant de l’aide, il s’agit principalement de leur volonté de donner du sang à Biden. Je pense que c’est un ralentisseur, pas un barrage routier.

Pénurie de munitions

Les conséquences de ce manque de financement sont déjà évidentes sur le terrain. Les forces ukrainiennes, confrontées à une pénurie d’obus de 122 mm et de 152 mm sur toute la ligne de front, sont contraintes de redistribuer les munitions d’artillerie et d’adapter leurs tâches militaires.

Le général de brigade Oleksandr Tarnavskyi, commandant du groupe de forces Tavriisk, a reconnu ces pénuries, soulignant la nécessité d’une assistance sécuritaire occidentale.

Les retards et les difficultés dans l’obtention des munitions d’artillerie nécessaires pourraient entraver les opérations de contre-offensive ukrainiennes.

La situation est encore compliquée par l’épuisement du pouvoir présidentiel de retrait (PDA) et de l’Initiative d’assistance à la sécurité en Ukraine (USAI).

Même si le PDA disposait initialement d’environ 4,4 milliards de dollars (4 milliards d’euros), une surestimation des approvisionnements en juin l’a réduit au chiffre actuel. De plus, l’USAI, qui a épuisé ses ressources plus tôt cette année, a reçu une nouvelle allocation de 300 millions de dollars (274 millions d’euros) dans le cadre du récent budget de dépenses de défense.

Les forces ukrainiennes s’adaptent en s’appuyant de plus en plus sur les systèmes d’artillerie de 155 mm fournis par l’Occident, mais des retards dans l’assistance pourraient affecter la fourniture d’obus de 155 mm.

Le vice-ministre ukrainien de la Défense, le général Ivan Havrylyuk, souligne l’accent mis sur la production nationale de drones et prévoit de produire des munitions de 155 mm en collaboration avec des entreprises occidentales en 2024.

Alors que les opérations militaires entrent dans la période hivernale en Ukraine, la question de savoir si elles disposeront de suffisamment de fonds pour les opérations prévues au cours de la nouvelle année reste un grand point d'interrogation.
Alors que les opérations militaires entrent dans la période hivernale en Ukraine, la question de savoir si elles disposeront de suffisamment de fonds pour les opérations prévues au cours de la nouvelle année reste un grand point d’interrogation.

Retards dans les offensives en Ukraine en 2024

Ces difficultés financières et matérielles contribuent à l’incertitude des plans opérationnels ukrainiens. La capacité décroissante à planifier et à préparer une action à grande échelle est évidente, avec des retards potentiels dans les opérations de contre-offensive de 2024.

Les responsables ukrainiens, reconnaissant les changements périodiques apportés aux plans opérationnels, citent la réduction significative de l’aide occidentale depuis septembre 2023 comme un facteur de complication.

« D’une certaine manière, le moment est bien choisi car les opérations militaires sont réduites pour la période hivernale », a déclaré le professeur Galeotti. « Un retard d’un mois dans le programme d’aide serait ennuyeux, mais n’aurait pas d’impact décisif. »

« Ce qui serait inquiétant, c’est si cela faisait partie d’un schéma plus large de réduction de l’aide américaine. Cela donnerait à ceux qui hésitent en Europe la possibilité de se dire : « Eh bien, si même les Américains ne pensent pas que cela va marcher, alors pourquoi devrions-nous jeter de l’argent ».

Dans ce contexte, des rapports suggèrent que les forces russes sont également aux prises avec des problèmes de munitions d’artillerie, bien qu’à une cadence de tir nettement plus élevée que les forces ukrainiennes.

Le paysage géopolitique évolue encore avec les tentatives de la Russie de criminaliser la « russophobie » à l’étranger et l’adoption par l’Union européenne d’un ensemble de sanctions visant à affaiblir l’effort de guerre et la base industrielle de défense de la Russie.

Laisser un commentaire

deux + six =