Le commerce de l'UE avec la Russie chute à moins de 2% de sa part, selon Eurostat

Jean Delaunay

Le commerce de l’UE avec la Russie chute à moins de 2% de sa part, selon Eurostat

Le commerce de l’UE avec la Russie est tombé à son plus bas niveau depuis le début de la guerre en Ukraine, la part de la Russie dans les importations et les exportations de l’UE étant désormais inférieure à la barre des 2 %, selon l’office statistique de l’UE Eurostat.

Les dernières données montrent que si 9,6 % des importations de l’UE provenaient de Russie en février 2022, lorsque l’invasion de l’Ukraine a commencé, ce chiffre était tombé à 1,7 % en juin de cette année. La part des exportations de l’UE vers la Russie a chuté de 3,8 % à 1,4 % au cours de la même période.

Les statistiques suggèrent que les sanctions commerciales de l’UE ont l’impact souhaité et restreignent sévèrement la circulation des marchandises.

La valeur des sanctions de l’UE depuis le début de la guerre s’élève à 43,9 milliards d’euros en biens exportés et à 91,2 milliards d’euros en biens importés, selon la Commission européenne.

Le déficit commercial en baisse

Au début de l’invasion, le déficit commercial de l’UE avec la Russie s’est temporairement creusé à mesure que les prix de l’énergie ont atteint un sommet, la valeur des importations de l’UE vers la Russie dépassant les exportations de 18,5 milliards d’euros en mars 2022. Ce chiffre n’était que de 0,4 milliard d’euros en juin 2023. , en légère hausse par rapport à son plus bas de 0,1 € en mars de cette année.

La baisse prononcée des importations est due aux efforts de l’UE visant à se sevrer des produits énergétiques russes, le déficit commercial des produits énergétiques passant de 40,4 milliards d’euros au deuxième trimestre 2022 à seulement 5,7 milliards d’euros au deuxième trimestre 2023.

La part des combustibles fossiles tels que le charbon, le gaz naturel et le pétrole importés dans l’UE en provenance de Russie a considérablement diminué.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré jeudi que l’UE avait réduit sa part des importations de gaz naturel en provenance de Russie de 24 % en 2022 à seulement 15 % au premier semestre 2023.

Malgré cela, un rapport de Global Witness a révélé mercredi que la quantité de gaz naturel liquéfié importée dans l’UE en provenance de Russie entre janvier et juillet de cette année était en hausse de 39,5 % par rapport à la même période en 2021, suggérant que l’UE continue de compter sur la Russie pour ses besoins. l’alternative liquide au gazoduc.

Voies solidaires

Pendant ce temps, l’UE a facilité l’exportation de produits ukrainiens – y compris de céréales précieuses essentielles à la production alimentaire mondiale – hors de ce pays déchiré par la guerre via ce qu’on appelle les voies de solidarité, alors que ses ports de la mer Noire sont bloqués par la Russie.

L’initiative a été renforcée par un régime commercial spécial qui exemptait un large éventail d’exportations ukrainiennes de droits de douane et de droits de douane.

Entre mai 2022 et fin juillet de cette année, les voies de solidarité de l’UE ont permis à 88 millions de tonnes de marchandises d’une valeur de 35 milliards d’euros de sortir d’Ukraine, dont près de 49 millions de tonnes de produits agricoles tels que les céréales.

Mais la décision de l’UE a provoqué une surabondance des approvisionnements en céréales dans les pays dits de première ligne de l’UE limitrophes de l’Ukraine – Pologne, Hongrie, Slovaquie, Roumanie – ce qui a fait baisser les prix et sapé la rentabilité des agriculteurs locaux. L’interdiction temporaire de vendre des céréales ukrainiennes dans ces pays expirera le 15 septembre.

Laisser un commentaire

4 × trois =