Le cinéma européen triomphe alors que la LA Film Critics Association nomme ses lauréats 2023

Jean Delaunay

Le cinéma européen triomphe alors que la LA Film Critics Association nomme ses lauréats 2023

Le cinéma européen connaît une belle année au niveau international. « The Zone of Interest » de Jonathan Glazer a été nommé meilleur film de l’année par la Los Angeles Film Critics Association, tandis que l’actrice allemande Sandra Hüller poursuit sa campagne de récompenses en remportant celle de la meilleure actrice.

Le drame déchirant et stylistiquement audacieux du réalisateur britannique Jonathan Glazer, se déroulant à Auschwitz, La zone d’intérêta été nommé meilleur film de l’année par la Los Angeles Film Critics Association.

Le groupe de critiques, qui a annoncé ses choix dimanche soir après une journée de réunion, a également décerné des prix pour la mise en scène de Glazer et la musique de Mica Levi. La zone d’intérêt avait déjà remporté le Grand Prix de Cannes et le Prix FIPRESCI cette année.

La Los Angeles Film Critics Association a sélectionné Sandra Hüller, qui joue dans les deux films La zone d’intérêt et la Palme d’Or du drame judiciaire français Anatomie d’une chutepour l’un de ses deux principaux prix de performance.

Restez connectés à L’Observatoire de l’Europe Culture pour notre entretien avec Sandra Hüller.

La zone d’intérêt a été malheureusement snobé lors des European Film Awards le week-end dernier, une cérémonie qui a vu Anatomie d’une chute a remporté les prix, remportant le prix du meilleur film, du meilleur réalisateur, de la meilleure actrice pour Hüller et du meilleur scénario. Le manque de variété des prix est dommage et ne reflète malheureusement pas toute l’étendue de la mission des European Film Awards de célébrer la diversité du cinéma européen – surtout dans une année aussi forte que 2023.

Heureusement, d’autres récompenses internationales sont en train de payer, et personne ne serait le moins du monde surpris de voir les deux. La zone d’intérêt et Anatomie d’une chute continuent de remplir leur coffre de récompenses tout au long de la saison des récompenses, jusqu’aux Oscars le 11 mars 2024.

Le film de Glazer est vaguement basé sur le roman de Martin Amis de 2014 et constitue le premier long métrage du réalisateur britannique en 10 ans, après celui de 2013. Sous la peau. Il suit le commandant du camp d’Auschwitz Rudolf Höss (Christian Friedel) et sa femme Hedwige (Sandra Hüller), qui construisent tous deux une vie de rêve pour leur famille dans leur maison située de l’autre côté du mur du camp de concentration. Nous observons le quotidien de la famille : visites amicales, domestiques gardant la maison impeccable, Hedwige s’occupant de son « jardin paradisiaque » édénique et appréciant l’espace de vie qu’elle a construit à côté d’un mourant.

Des centaines de films ont abordé le sujet de l’Holocauste, mais rares sont ceux qui ont réalisé ce que Glazer a réussi à faire. La zone d’intérêt. Beaucoup aiment la liste de Schindler et Fils de Saül ont évoqué les horreurs inimaginables de ce qui s’est passé dans les murs des camps de concentration et plusieurs ont évoqué ce que Hannah Arendt appelait la « banalité du mal ». Rares sont cependant ceux qui ont pris ce concept et l’ont présenté à l’écran d’une manière aussi effrayante, explorant non seulement la banalité derrière le mal, mais aussi l’humanité troublante identifiable derrière la vie de ceux qui commettent les crimes les plus indescriptibles.

Le film de Glazer est, sur le plan formel, un coup de maître audacieux qui brise les attentes conventionnelles lorsqu’il s’agit de prémisses similaires. Les étudiants en cinéma dîneront sur celui-ci pendant des années, analysant (entre autres choses) la façon dont les cadrages et les travellings peu utilisés transmettent tant de choses, ainsi que l’effet créé par les écrans monochromes soudains avec le bourdonnement du compositeur Mica Levi. des sons d’alarme – qui semblent émaner des entrailles les plus profondes d’Hadès.

Il y a tellement de choses à apprécier et à découvrir dans la représentation audacieuse de Glazer de la solution finale. Il figure déjà dans notre liste des meilleurs films européens du 21e siècle et sortira dans les salles européennes début 2024.

À gauche : Emma Stone dans « Poor Things » ;  À droite : Da'Vine Joy Randolph dans
À gauche : Emma Stone dans « Poor Things » ; À droite : Da’Vine Joy Randolph dans « The Holdovers »

Ailleurs, la Los Angeles Film Critics Association, qui ne définit pas le genre dans ses catégories d’acteur, a décerné ses quatre prix d’acteur à des femmes.

Dans la catégorie acteur principal, les gagnants étaient Hüller et Emma Stone, la star du fantastique riff de Frankenstein de Yorgos Lanthimos. Pauvres chosesqui a remporté le Lion d’Or à Venise cette année.

Les prix de soutien ont été décernés à Rachel McAdams pour l’adaptation de Judy Blume Es-tu là, Dieu ? C’est moi, Margaret; et à Da’Vine Joy Randolph, co-star de la comédie dramatique sur l’internat Les restes.

Voici la liste complète des choix de la Los Angeles Film Critics Association :

  • Meilleur film : La Zone d’intérêt
  • Meilleur réalisateur : Jonathan Glazer, The Zone of Interest
  • Meilleure performance principale : Sandra Hüller pour Anatomy of a Fall et The Zone of Interest ; et Emma Stone, Pauvres choses
  • Meilleur second rôle : Rachel McAdams, Are You There God ? C’est moi, Margaret ; et Da’Vine Joy Randolph, The Holdovers
  • Meilleur film en langue non anglaise : Anatomie d’une chute
  • Prix ​​Nouvelle Génération : Céline Chanson, Past Lives
  • Meilleur scénario : Andrew Haigh, All of Us Strangers
  • Meilleur documentaire : Menus-Plaisirs — Les Troisgros
  • Meilleur film d’animation : Le Garçon et le héron
  • Meilleur montage : Laurent Sénéchal, Anatomie d’une chute
  • Meilleure scénographie : Sarah Greenwood, Barbie
  • Meilleure musique : Mica Levi, The Zone of Interest, avec une reconnaissance également du concepteur sonore Johnnie Burn
  • Meilleure photographie : Robbie Ryan, Poor Things
  • Prix ​​du film expérimental Douglas Edwards : Jeunesse (printemps)
  • Prix ​​pour l’ensemble de sa carrière : Agnieszka Holland

Restez connectés à L’Observatoire de l’Europe Culture pour nos interviews avec Menus-Plaisirs — Les Troisgros le réalisateur Frederick Wiseman, La zone d’intérêt et Anatomie d’une chute Sandra Hüller et Agnieszka Holland, qui ont reçu le Career Achievement Award de cette année.

Laisser un commentaire

quatorze + deux =