German Chancellor Olaf Scholz speaks during a Bundestag German Parliament session in Berlin Thursday, June 6, 2024.

Jean Delaunay

Le chancelier Scholz déclare que l’Allemagne expulsera les criminels « graves », même vers des pays à haut risque

Les commentaires du chancelier allemand sur le durcissement de la politique d’expulsion interviennent après une série d’incidents violents dans le pays, notamment une agression au couteau lors d’un rassemblement d’extrême droite à Mannheim.

Le chancelier allemand Olaf Scholz s’est engagé jeudi à expulser vers leurs pays d’origine les criminels reconnus coupables de crimes graves, y compris ceux à haut risque comme la Syrie et l’Afghanistan.

« Ces criminels devraient être expulsés, même s’ils viennent de Syrie et d’Afghanistan. Les grands criminels et les menaces terroristes n’ont pas leur place ici », a déclaré Scholz dans un discours prononcé devant le Bundestag.

Il a ajouté que le ministère fédéral allemand de l’Intérieur cherchait déjà des moyens de traduire légalement ses remarques en politique, affirmant que « l’intérêt de l’Allemagne en matière de sécurité l’emporte sur l’intérêt de l’auteur de l’infraction en matière de protection ».

Le politicien du SPD a ajouté que ceux qui glorifient et célèbrent les crimes terroristes seront également expulsés, concluant : « nous renforcerons nos règles d’expulsion de sorte que même l’apologie des infractions terroristes soit suivie d’un intérêt sérieux pour l’expulsion ».

Ses commentaires marquent un changement de politique marqué à la suite d’une série d’incidents violents dans la ville de Mannheim, dans le sud-ouest de l’Allemagne.

Un policier a été poignardé puis tué vendredi après qu’un homme ait blessé cinq participants qui participaient à un rassemblement organisé par le mouvement anti-islam Pax Europa.

Des gens assistent à un rassemblement sous la devise « Mannheim reste solidaire » à Mannheim en Allemagne, le lundi 3 juin 2024.
Des gens assistent à un rassemblement sous la devise « Mannheim reste solidaire » à Mannheim en Allemagne, le lundi 3 juin 2024.

L’auteur présumé est un homme de 25 ans qui a émigré d’Afghanistan vers l’Allemagne en 2013 et qui résidait légalement dans le pays.

La rhétorique prononcée de Scholz sur l’expulsion fait suite à la campagne menée par le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne dans les jours qui ont suivi l’attaque, qui a saisi l’occasion pour critiquer la politique d’immigration du gouvernement.

La coalition au pouvoir de la chancelière, qui comprend le SPD, les Verts et le Parti libre-démocrate (FDP), a précédemment déclaré qu’elle adopterait une position plus dure en matière d’immigration après avoir adopté en janvier une loi qui faciliterait l’expulsion des migrants dont les demandes sont faites. les demandes d’asile ont été rejetées.

L’Allemagne a arrêté les expulsions vers l’Afghanistan en 2021 après la prise du pouvoir par les talibans.

D’autres partis politiques allemands, comme les Verts, ont résisté à cette suggestion, soulignant le piètre bilan de l’Afghanistan en matière de droits de l’homme.

Laisser un commentaire

deux × quatre =