A public health agent holds a tube with a captured mosquito to be taken to a lab for analysis, at a scrapyard in Nova Iguacu, Rio de Janeiro, Brazil, Tuesday, Feb. 6, 2024

Jean Delaunay

Le Brésil passe à l’action face à l’épidémie de dengue

Des millions de personnes devraient être vaccinées contre le virus tropical qui peut parfois être mortel.

Les autorités sanitaires de Rio de Janeiro s’efforcent de capturer et d’identifier les moustiques infectés alors qu’une épidémie de dengue frappe plusieurs villes du Brésil.

L’augmentation des cas de dengue à travers le Brésil a amené plusieurs États à déclarer l’état d’urgence de santé publique. Parmi eux figurent Acre, Minas Gerais et Goias, le District fédéral et la ville de Rio de Janeiro.

Des cas de virus de type 3 (DENV-3), qui ne circulait plus dans le pays depuis 2002, ont commencé à être signalés, ce qui a incité le ministère de la Santé de Rio de Janeiro à lancer un projet d’aspiration des moustiques pour identifier le type de virus qu’ils sont infectés. avec.

Mário Sérgio Ribeiro, sous-secrétaire du Département de la Santé de l’État de Rio de Janeiro, a déclaré que la variante devrait affecter une grande partie de la population.

La dengue est une infection virale transmise aux humains par la piqûre de moustiques infectés et est plus courante dans les climats tropicaux.

La crise climatique, qui entraîne une augmentation des températures et des précipitations élevées, est associée à un risque plus élevé de dengue, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé en décembre.

La plupart des personnes atteintes de la dengue ne développent pas de symptômes, mais si c’est le cas, ceux-ci peuvent inclure une forte fièvre, des maux de tête, des courbatures, des nausées et une éruption cutanée.

Si la plupart s’améliorent au bout d’une semaine environ, certains développent une forme grave et nécessitent une hospitalisation – et dans de tels cas, la dengue peut être mortelle.

En mars 2023, le Brésil a approuvé un vaccin contre la dengue et est devenu le premier pays au monde à en proposer un via le système de santé publique, selon le ministère de la Santé.

Plus de 3 millions de personnes devaient recevoir un vaccin en 2024.

Laisser un commentaire

3 × 1 =