This shows an image taken by a Lunar Excursion Vehicle 2 (LEV-2) of a robotic moon rover called Smart Lander for Investigating Moon, or SLIM, on the moon.

Jean Delaunay

L’atterrisseur lunaire de précision japonais a atteint sa cible, mais il semble être à l’envers

Le Japon est le cinquième pays de l’histoire à atteindre la Lune.

L’agence spatiale japonaise a annoncé jeudi que sa première mission lunaire avait touché la petite partie de la surface lunaire qu’elle visait, lors d’une démonstration réussie de son système d’atterrissage précis, bien que la sonde semble être à l’envers.

Le Smart Lander for Investigating Moon, ou SLIM, a atterri sur la Lune tôt samedi.

Mais des problèmes avec les batteries solaires de la sonde ont rendu difficile au début de savoir si la sonde avait atterri dans la zone cible.

Alors que la plupart des sondes précédentes utilisaient des zones d’atterrissage d’environ 10 kilomètres de large, SLIM visait une cible de seulement 100 mètres. Une précision améliorée permettrait aux scientifiques d’accéder à une plus grande partie de la Lune puisque les sondes pourraient être placées plus près des obstacles.

L’un des moteurs principaux de l’atterrisseur a perdu sa poussée à environ 50 mètres au-dessus de la surface de la Lune, provoquant un atterrissage plus difficile que prévu.

Une paire de sondes autonomes lancées par SLIM avant l’atterrissage ont renvoyé des images du véhicule en forme de boîte à la surface, même s’il semblait être à l’envers.

Après quelques jours d’analyse des données, l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) a déterminé que le vaisseau spatial avait atterri à environ 55 mètres de sa cible, entre deux cratères proches du cratère Shioli, une région recouverte de roche volcanique.

Mais après l’accident d’atterrissage, les panneaux solaires de l’engin se sont retrouvés dans la mauvaise direction et il ne peut plus produire d’électricité. Les responsables ont déclaré qu’il y avait encore de l’espoir que la sonde puisse se recharger lorsque la Lune entrera dans sa journée dans les prochains jours.

Le chef de projet de la JAXA, Shinichiro Sakai, a déclaré que les images renvoyées étaient exactement comme celles qu’il avait imaginées et vues dans les rendus informatiques.

De gauche à droite : Daichi Hirano de JAXA, Hitoshi Kuninaka de l'Institut des sciences spatiales et astronautiques (ISAS), Shinichiro Sakai, chef de projet SLIM, et Masatsugu Otsuki
De gauche à droite : Daichi Hirano de JAXA, Hitoshi Kuninaka de l’Institut des sciences spatiales et astronautiques (ISAS), Shinichiro Sakai, chef de projet SLIM, et Masatsugu Otsuki

« Quelque chose que nous avons conçu a voyagé jusqu’à la lune et a pris cet instantané. J’ai failli tomber quand je l’ai vu », a-t-il déclaré. Pour l’atterrissage précis, a déclaré Sakai, il donnerait à SLIM un « score parfait ».

« Nous avons démontré que nous pouvons atterrir où nous voulons », a déclaré Sakai. « Nous avons ouvert la porte à une nouvelle ère. »

LEV-1, un robot sauteur équipé d’une antenne et d’une caméra, était chargé d’enregistrer l’atterrissage de SLIM et de transmettre les images vers la Terre. LEV-2 est un rover de la taille d’une balle de baseball équipé de deux caméras, développé par JAXA en collaboration avec Sony, le fabricant de jouets Tomy Co. et l’Université Doshisha.

Les deux sondes autonomes cadrent et sélectionnent les images indépendamment, toutes deux utilisant l’antenne du LEV-1 pour les renvoyer à la base.

Daichi Hirano, un scientifique de la JAXA qui a conçu LEV-2, également connu sous le nom de Sora-Q, a déclaré avoir sélectionné des images contenant SLIM et la surface lunaire proche et transmis les images via LEV-1, faisant du couple le premier au monde à réaliser cette mission. Malgré la précipitation, les sondes ont capturé et transmis 275 images.

Le Japon a suivi les États-Unis, l’Union soviétique, la Chine et l’Inde pour atteindre la surface de la Lune.

Le projet est le fruit de deux décennies de travail de la JAXA sur la technologie de précision.

JAXA a un historique d’atterrissages difficiles. Son vaisseau spatial Hayabusa2, lancé en 2014, s’est posé à deux reprises sur l’astéroïde Ryugu, long de 900 mètres, et a collecté des échantillons qui ont ensuite été renvoyés sur Terre.

SLIM, surnommé « le Moon Sniper », était destiné à rechercher des indices sur l’origine de la lune, notamment en analysant les minéraux avec une caméra spéciale.

SLIM a été lancé sur une fusée Mitsubishi Heavy H2A en septembre. Il a d’abord orbité autour de la Terre et est entré sur l’orbite lunaire le 25 décembre.

Le Japon espère retrouver confiance dans sa technologie spatiale après plusieurs échecs. Un vaisseau spatial conçu par une société japonaise s’est écrasé lors d’une tentative d’alunissage en avril, et une nouvelle fusée phare a échoué lors de son premier lancement en mars.

Laisser un commentaire

quatre − un =