The two candidates with the highest number of preliminary votes.

Jean Delaunay

L’ancien Premier ministre remporte le premier tour de l’élection présidentielle finlandaise et organise un second tour

Le résultat entraînera un second tour le 11 février entre Stubb et Haavisto, aucun des candidats n’ayant obtenu plus de la moitié des voix.

L’ancien Premier ministre Alexander Stubb a remporté dimanche le premier tour de l’élection présidentielle finlandaise et affrontera le deuxième, l’ancien ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto, lors du second tour le mois prochain.

Le vote s’est largement concentré sur le nouveau rôle de la nation nordique en tant qu’État de première ligne de l’OTAN contre la Russie et sur la situation sécuritaire en Europe, en particulier l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Une fois tous les votes comptés, Stubb est arrivé en tête du premier tour avec 27,2 % des voix, tandis que Haavisto, le plus haut diplomate finlandais pour 2019-2023, est arrivé en deuxième position avec 25,8 %. Le président du Parlement Jussi Halla-aho est arrivé troisième avec 19 %, suivi du gouverneur de la Banque de Finlande, Olli Rehn, avec 15,3 %.

Le résultat du premier tour sera officiellement confirmé mardi. Le résultat entraînera un second tour le 11 février entre Stubb et Haavisto, aucun des candidats n’ayant obtenu plus de la moitié des voix.

« Cela fait chaud au cœur d’obtenir un tel résultat avec l’équipe. Je suis reconnaissant et touché », a déclaré Stubb à ses partisans lors d’une fête électorale dans un restaurant d’Helsinki, ajoutant qu’il n’envisageait pas de changements majeurs dans sa campagne pour le second tour. .

« C’est plus que ce que j’osais croire », a déclaré Stubb à la chaîne publique finlandaise YLE.

De son côté, Haavisto a déclaré dimanche soir lors de son parti électoral à Helsinki : « Nous avons atteint le deuxième tour. C’est clair maintenant. Je suis très heureux et satisfait. Nous avons travaillé dur pour y parvenir. »

Alexander Stubb, candidat à la présidentielle de la Coalition nationale, et son épouse Suzanne Innes-Stubb célèbrent leur victoire au premier tour des élections présidentielles
Alexander Stubb, candidat à la présidentielle de la Coalition nationale, et son épouse Suzanne Innes-Stubb célèbrent leur victoire au premier tour des élections présidentielles

Un conservateur contre un écologiste

Stubb, 55 ans, et Haavisto, 65 ans, étaient les principaux prétendants à l’élection.

Quelque 4,5 millions d’électeurs éligibles ont choisi parmi neuf candidats pour remplacer le très populaire président Sauli Niinistö, dont le deuxième mandat de six ans expire en mars. Il n’était pas rééligible.

Stubb représente le Parti conservateur de la coalition nationale et a dirigé le gouvernement finlandais entre 2014 et 2015 et a occupé d’autres postes clés au sein du cabinet, tandis que le politicien chevronné Haavisto, ancien diplomate de l’ONU et membre de la Ligue verte, se présente à ce poste pour la troisième fois en tant que député. candidat indépendant.

Contrairement à la plupart des pays européens, le président finlandais dispose du pouvoir exécutif dans la formulation de la politique étrangère et de sécurité, en particulier lorsqu’il traite avec des pays extérieurs à l’Union européenne, comme les États-Unis, la Russie et la Chine.

Le président est également le commandant en chef des forces armées finlandaises, un rôle particulièrement important dans l’environnement de sécurité européen actuel.

Les principaux thèmes de l’élection étaient des questions de politique étrangère et de sécurité telles que l’adhésion récente de la Finlande à l’OTAN, la politique future à l’égard de la Russie, le renforcement de la coopération en matière de sécurité avec les États-Unis et la nécessité de continuer à soutenir l’Ukraine avec une aide militaire et humanitaire.

Le résultat entraînera un second tour le 11 février entre Stubb et Haavisto, aucun des candidats n'ayant obtenu plus de la moitié des voix.
Le résultat entraînera un second tour le 11 février entre Stubb et Haavisto, aucun des candidats n’ayant obtenu plus de la moitié des voix.

Le nouveau dirigeant finlandais entamera un mandat de six ans en mars dans une situation géopolitique et sécuritaire en Europe nettement différente de celle à laquelle le président sortant Niinistö a été confronté après les élections de 2018.

Abandonnant des décennies de non-alignement militaire à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Finlande est devenue le 31e membre de l’OTAN en avril, au grand dam du président russe Vladimir Poutine, qui partage une frontière de 1 340 kilomètres avec la nation nordique.

L’adhésion à l’OTAN, qui fait de la Finlande le pays de première ligne de l’alliance militaire occidentale contre la Russie, et la guerre qui fait rage en Ukraine, à seulement 1 000 kilomètres de la frontière finlandaise, ont renforcé le statut du président en tant que leader en matière de sécurité.

Le président représente généralement la Finlande aux sommets de l’OTAN.

En tant que ministre des Affaires étrangères, Haavisto a signé l’année dernière le traité historique d’adhésion de la Finlande à l’OTAN et a joué un rôle clé dans le processus d’adhésion, aux côtés de Niinistö et de l’ancienne première ministre Sanna Marin.

La Suède, voisin occidental de la Finlande, devrait rejoindre l’OTAN dans un avenir proche, le dernier pays récalcitrant, la Hongrie, devant ratifier la candidature de Stockholm d’ici la fin février.

Laisser un commentaire

dix-huit + 3 =