A tarp showing the logo of the Euro 2024 is pictured in the fan zone at the river Main in Frankfurt, Germany, Friday, June 7, 2024

Jean Delaunay

L’Allemagne prépare un effort policier massif pour lutter contre les hooligans à l’Euro 2024

Le pays mobilise son plus grand déploiement policier depuis la création de la police fédérale en 1951.

L’Allemagne s’apprête à entreprendre une opération de sécurité sans précédent pour le prochain tournoi de football Euro 2024, qui débute ce vendredi.

Avec l’attente de centaines de milliers de supporters, le pays mobilise son plus grand déploiement policier depuis la création de la police fédérale en 1951.

Environ 22 000 officiels seront en service quotidiennement, sans aucun congé autorisé jusqu’à la fin du tournoi à la mi-juillet.

La police locale recevra également le soutien des forces de police internationales.

Des centaines de policiers locaux et fédéraux allemands pratiquent des tactiques en préparation du Championnat d'Europe dans le village de Stützerbach.
Des centaines de policiers locaux et fédéraux allemands pratiquent des tactiques en préparation du Championnat d’Europe dans le village de Stützerbach.

La ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser, a déclaré que le pays s’était préparé à faire face à une série de problèmes, « de la menace du terrorisme islamiste aux hooligans et autres criminels violents, en passant par la cybersécurité ».

« La police sera fortement présente partout où un grand nombre de personnes se déplacent. Ce sera un effort majeur, comme je l’ai déjà dit, mais il est également crucial pour le tournoi. »

Ces dernières années ont vu une résurgence de la violence dans le football à travers l’Europe, avec des incidents particulièrement préoccupants en Grèce, en Turquie et en France.

L’Euro 2024 se déroulera dans dix villes allemandes différentes.

Quatre d’entre eux se trouvent dans la région métropolitaine densément peuplée Rhin-Ruhr, connue pour ses excellentes liaisons ferroviaires avec les pays voisins, ce qui facilitera la tâche des supporters internationaux.

Matchs à haut risque et restriction d’alcool

En prévision d’éventuels affrontements, un vaste exercice d’entraînement a eu lieu dans le village de Stützerbach, au centre de l’Allemagne.

Des centaines de policiers se sont entraînés à répondre à un scénario simulé impliquant des supporters de football violents.

L’exercice a impliqué environ 200 officiers stagiaires agissant comme des hooligans et des policiers locaux faisant appel à des renforts de la police fédérale alors que la situation s’aggravait. Cet exercice visait à préparer les officiers au type de perturbations auxquelles ils pourraient être confrontés pendant le tournoi.

L’ombre des violences passées lors des tournois de football plane, avec les souvenirs de l’Euro 2016 en France, où des hooligans russes ont attaqué des supporters anglais à Marseille.

Le match Angleterre-Serbie de dimanche à Gelsenkirchen a déjà été classé par l’UEFA comme « à haut risque ». Pour limiter les violences potentielles, les supporters ne seront autorisés à boire que de la bière faiblement alcoolisée à l’extérieur du stade et la consommation d’alcool sera interdite dans les tribunes.

D’autres matches à haut risque impliquent des équipes de Pologne, de Croatie, de Roumanie, des Pays-Bas et de République tchèque.

Les hooligans polonais sont particulièrement connus pour leur violence, et l’on craint que des groupes allemands, comme ceux de l’Eintracht Francfort, ne cherchent à provoquer des affrontements lorsque des matches ont lieu dans leurs villes.

Laisser un commentaire

trois × 3 =