L'acteur français Gérard Depardieu sous surveillance pour des propos à caractère sexuel dans un nouveau documentaire

Jean Delaunay

L’acteur français Gérard Depardieu sous surveillance pour des propos à caractère sexuel dans un nouveau documentaire

Le documentaire de France 2 affirme que le nombre d’accusateurs s’élève désormais à 16.

Le comportement de l’acteur français Gérard Depardieu envers les femmes a fait l’objet d’un nouvel examen après qu’un documentaire l’a montré faisant à plusieurs reprises des remarques et des gestes obscènes lors d’un voyage en Corée du Nord en 2018.

Les images, filmées par une équipe professionnelle qui a couvert la visite de Depardieu lors du 70e anniversaire de la formation de la Corée du Nord, ont été incluses dans un documentaire d’investigation diffusé la semaine dernière sur la chaîne de télévision nationale France 2. Elles n’avaient jamais été montrées au public auparavant. Certains extraits sont rapidement devenus viraux sur les réseaux sociaux.

Depardieu, 74 ans, fait partie des stars françaises les plus connues. Il a été mis en examen en décembre 2020 pour viols et agressions sexuelles, apparemment à son domicile parisien, suite aux allégations de l’actrice Charlotte Arnould en 2018. L’enquête est en cours.

Depardieu a nié toute conduite criminelle.

Dans la vidéo enregistrée en Corée du Nord par une société de production vidéo anonyme, on peut voir Depardieu émettre des gémissements et des commentaires sexuels devant des femmes, dont une fillette de 10 ans. On peut également le voir posant pour une photo en disant qu’il « touchait les fesses » d’un interprète nord-coréen à ses côtés.

Le documentaire présente également la comédienne française Hélène Darras, qui a accusé Depardieu de lui avoir touché les fesses lorsqu’elle était jeune figurante pour le film de 2008. Disco. Le parquet de Paris a indiqué que Darras avait porté plainte contre Depardieu en septembre pour agression sexuelle présumée.

Depardieu a publié une lettre ouverte dans le journal français Le Figaro en octobre dans laquelle il disait : « Je veux vous dire la vérité. Je n’ai jamais, jamais abusé d’une femme.

À propos de l’accusation de viol d’Arnould, Depardieu a écrit : « Il n’y a jamais eu de coercition, de violence ou de protestation. »

« Toute ma vie, j’ai été provocateur, extraverti, parfois grossier. … Je n’ai jamais voulu faire de mal et je m’excuse de me comporter comme un enfant essayant de divertir la foule. Mais je ne suis ni un violeur ni un prédateur », a-t-il déclaré dans la lettre ouverte.

Le réalisateur Fabien Onteniente, qui a travaillé avec Depardieu sur Disco, a déclaré dans une interview à la chaîne française France Info qu’il n’avait été témoin d’aucune mauvaise conduite de la part de l’acteur à l’époque. Cependant, il a déclaré avoir « vu quelque chose » quelques années plus tard, alors qu’il tournait un autre film avec Depardieu.

« J’ai donc eu une conversation privée avec lui. Je lui ai dit que c’était inadmissible. » dit Onteniente. Le réalisateur n’a donné aucun détail sur la mauvaise conduite présumée mais a déclaré qu’il avait décidé de ne plus faire de projets avec Depardieu.

Le réalisateur Marc Missonier affirme dans le documentaire qu’il avait déjà entendu parler de « l’attitude inappropriée » de Depardieu.

« On peut dire que le monde du cinéma français n’a pas ignoré le comportement problématique de Gérard Depardieu », a-t-il déclaré, ajoutant que le « statut » de l’acteur de star mondiale l’avait autrefois protégé.

Le documentaire de France 2 affirme que le nombre d’accusateurs s’élève désormais à 16.

Le groupe militant féminin français Osez le féminisme, ou Osez le féminisme, a dénoncé la « culture du viol » et a exprimé son soutien à Arnould et aux autres femmes touchées par la mauvaise conduite présumée de Depardieu. Le groupe, qui utilise le hashtag #balancetonporc, qui signifie en anglais « squeal on your pig », a été largement considéré comme ayant contribué à créer la version française du mouvement #MeToo.

Laisser un commentaire

douze + 20 =