La victoire électorale du parti travailliste est plus faible que vous ne le pensez

Martin Goujon

La victoire électorale du parti travailliste est plus faible que vous ne le pensez

LONDRES — Keir Starmer a parlé du « soleil de l’espoir » en saluant sa victoire écrasante aux élections générales britanniques.

Mais un nuage dans le ciel vient obscurcir un peu le soleil du nouveau Premier ministre : Nigel Farage et son nouveau parti, le Parti réformiste.

Il semble improbable que l’énorme réussite électorale du Parti travailliste, qui a chassé les conservateurs de Rishi Sunak au pouvoir après 14 ans, ne soit pas le principal enseignement des élections de 2024.

Mais même si les 400 sièges et plus de Starmer peuvent paraître intéressants sur le papier, en creusant un peu plus, ces nouveaux députés travaillistes qui se dirigent vers Westminster feraient bien de ne pas se montrer complaisants quant à leurs perspectives d’y rester longtemps.

Il ne fait aucun doute que ces élections ont été une perte pour les conservateurs plutôt qu’un gain pour les travaillistes ; il n’y a pas eu d’élan d’enthousiasme pour le parti, comme il y en avait eu lorsque Tony Blair avait capturé l’humeur du pays en 1997.

Et même si c’est Starmer qui fera son entrée au 10 Downing Street en tant que prochain Premier ministre britannique, c’est la réforme de Farage qui mettra fin à la campagne avec le légendaire élan politique.

La troupe hétéroclite de Farage n’a peut-être remporté qu’une poignée de sièges à la Chambre des communes, mais la part de vote réformiste et l’étendue de son soutien garderont les stratèges travaillistes et conservateurs éveillés aux petites heures du matin pendant des années à venir.

Né des cendres de l’UKIP et du Parti du Brexit il y a moins de six ans, la capacité dévastatrice du Parti réformiste à attirer les voix des conservateurs a suffi à faire exploser les chances de Sunak de rester Premier ministre cette fois-ci.

Mais la série de deuxièmes places du parti de Farage, notamment dans les sièges traditionnellement travaillistes qui sont tombés aux mains des conservateurs de Boris Johnson en 2019, va donner la chair de poule au nouveau gouvernement.

Si Starmer ne parvient pas à apporter le changement et à améliorer la vie des électeurs comme il le promet, qui les électeurs réformistes puniront-ils ?

Farage a été très explicite sur son candidat aux prochaines élections, qui doivent avoir lieu d’ici 2029. « Nous nous battrons pour le parti travailliste, n’en doutez pas », a-t-il déclaré dans son discours de victoire au centre de loisirs de Clacton. « Ce sont les premiers pas d’un processus qui va tous vous surprendre. »

Le parti travailliste estime que les résultats meilleurs que prévu de Farage ne doivent pas faire oublier le succès extraordinaire du parti, qui est revenu de sa pire défaite, il y a moins de cinq ans, à son meilleur résultat depuis 1997. Et, en effet, ce fut une grande victoire.

Si vous aviez dit à l’équipe dirigeante de Starmer, il y a un an seulement, que les conservateurs au pouvoir subiraient une défaite abjecte, perdant les deux tiers de leurs députés, une série de ministres, dont un certain nombre de ministres du Cabinet, et devenant généralement la risée nationale, ils se seraient moqués.

On pourrait pardonner à Starmer d’être ravi d’avoir redressé un parti qui était devenu pratiquement inéligible sous la direction de son ancien chef, le militant d’extrême gauche Jeremy Corbyn.

Mais il ne peut pas se relâcher trop longtemps. Le vote a été une bouffée de colère contre un parti conservateur qui, à la fin, s’est révélé vénal et incompétent, si déchiré et indiscipliné que le fait de l’envoyer au secours était presque une faveur.

Craignant de perdre à nouveau après 14 ans de disette, Starmer a si peu parlé de ce qu’il comptait faire du pouvoir qu’il a finalement conquis qu’il n’a pas donné d’inspiration. L’électorat a éliminé les conservateurs ; en tant qu’autre principal parti dans un système bipartite (jusqu’à présent), le Parti travailliste n’a pas été invité à se joindre à la brèche mais s’y est glissé par défaut.

D’autres éléments alarmants pèsent sur le parti travailliste : la victoire éclatante de Corbyn en tant qu’indépendant dans sa circonscription d’Islington North, malgré l’interdiction faite à Starmer de se présenter aux élections pour le parti, pour avoir minimisé la tache d’antisémitisme qui pesait sur lui ; une part de voix en faveur d’un candidat expulsé suffisamment importante pour coûter un siège à un autre candidat travailliste, permettant à l’ancien chef du Parti conservateur Iain Duncan Smith de s’accrocher. Il y a eu d’autres pertes également : deux ministres du cabinet fantôme ont été remplacés par des adversaires de gauche.

Certes, Keir Starmer est Premier ministre et, pour reprendre les mots de Tony Blair en 1997, une nouvelle aube s’est levée. Mais au lieu du soleil radieux dont bénéficiait son prédécesseur, le temps est aujourd’hui plutôt gris et froid.

Laisser un commentaire

dix-huit + 15 =