Socialist candidate Salvador Illa waves to supporters after the announcement of the results of the elections to the Catalan parliament in Barcelona, Sunday May 12, 2024.

Jean Delaunay

La victoire des socialistes aux élections catalanes met fin à la domination indépendantiste

Même si son parti indépendantiste Junts a terminé deuxième aux élections, le leader Carles Puigdemont continue de poursuivre son objectif de diriger le prochain gouvernement catalan.

Le Parti socialiste de Pedro Sánchez a remporté les élections en Catalogne, mais il aura encore besoin des voix du parti catalan de gauche ERC pour former un gouvernement progressiste. Pourtant, l’ancien président Carles Puigdemont, arrivé deuxième, demande aux socialistes de lui permettre de reprendre le pouvoir. En échange, il apporterait son soutien au gouvernement minoritaire de Sánchez à Madrid.

Le Parti Socialiste célèbre une victoire décisive aux récentes élections catalanes. Il est largement considéré comme une validation par la société de l’approche de Pedro Sánchez à l’égard de la Catalogne et de sa proposition d’accorder l’amnistie aux dirigeants politiques impliqués dans le mouvement indépendantiste de 2017, dont l’ancien président en exil Carles Puigdemont.

Selon Jaime Coulbois, expert en sciences politiques à l’Université autonome de Madrid, les partis indépendantistes n’ont pas réussi, pour la première fois depuis des années, à obtenir une majorité parlementaire.

« Les partis qui soutiennent l’indépendance de la Catalogne n’ont pas obtenu, pour la première fois depuis de nombreuses années, une majorité parlementaire et, si l’on regarde la part des voix, ces partis n’ont pas non plus reçu de soutien majoritaire en Catalogne », a déclaré Coulbois.

Malgré cette victoire, le gouvernement potentiel de Salvador Illa repose sur des alliances avec les partenaires de la coalition de Sanchez, « Sumar », et le parti de gauche indépendantiste Esquerra Republicana. Esquerra a perdu 13 sièges malgré le gouvernement en Catalogne.

Le leader de l’ERC et président de la Generalitat, Pere Aragones, a annoncé qu’il quittait la politique de première ligne suite à la mauvaise performance de son parti aux élections.

Coulbois suggère qu’un pacte de gauche est le résultat le plus probable, dépendant de la position d’Esquerra. « La vérité est qu’Esquerra aura maintenant un débat assez sérieux entre des secteurs qui envisageront une approche plus pragmatique, et un autre secteur qui dira qu’il n’est pas acceptable de pactiser avec les socialistes, qu’il faut continuer avec l’objectif de l’indépendance, mais cela conduirait probablement à une nouvelle élection, et Esquerra doit décider si cela en vaut la peine… »

Carles Puigdemont ne devrait pas abandonner

Pendant ce temps, Carles Puigdemont, qui a obtenu la deuxième place aux élections, exige que Salvador Illa se retire pour permettre la formation d’un gouvernement indépendant et minoritaire. En échange, Puigdemont propose de soutenir le gouvernement de Pedro Sanchez à Madrid.

Analysant l’influence de Puigdemont, Coulbois souligne que certains députés cruciaux pour le maintien de la majorité parlementaire sont affiliés au parti de Puigdemont, les « Junts ». « Il pourrait y avoir une situation dans laquelle Puigdemont, disons, fait chanter Pedro Sánchez en lui disant que si tu ne me donnes pas ça, je ne te soutiendrai plus… », a expliqué Coulbois.

Alors que les discussions progressent, la possibilité d’une nouvelle tenue des élections reste incertaine, en attendant le décompte des votes à l’étranger. Même si cela est peu probable, cela pourrait mettre en péril la position d’Illa au sein du bloc de gauche.

Laisser un commentaire

19 − 15 =