Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy at Zurich airport, Switzerland, Friday June 14, 2024.

Jean Delaunay

La Russie visiblement absente au début du sommet de la paix en Suisse

Les responsables suisses qui accueillent la conférence affirment que plus de 50 chefs d’État et de gouvernement y participeront, mais pas de Russie ou de Chine.

Les présidents de l’Équateur, de la Côte d’Ivoire, du Kenya et de la Somalie se joindront ce week-end à de nombreux chefs d’État et de gouvernement occidentaux et à d’autres dirigeants lors d’une conférence visant à tracer les premiers pas vers la paix en Ukraine – la Russie étant notamment absente.

Une centaine de délégations, dont des instances européennes et des Nations Unies, seront présentes au complexe hôtelier Bürgenstock, surplombant le lac des Quatre-Cantons.

Qui se présentera – et qui ne le fera pas – est devenu l’un des enjeux clés d’une réunion qui, selon les critiques, serait inutile sans la présence du gouvernement du président russe Vladimir Poutine, qui a envahi l’Ukraine en février 2022 et poursuit la guerre.

La vice-présidente américaine Kamala Harris devrait être présente tandis que la Turquie et l’Arabie saoudite ont dépêché leurs ministres des Affaires étrangères. Des pays en développement clés comme le Brésil, observateur à l’événement, l’Inde et l’Afrique du Sud seront représentés à des niveaux inférieurs.

La Chine, qui soutient la Russie, rejoint un grand nombre de pays absents de la conférence, dont beaucoup ont des problèmes plus urgents que le conflit le plus sanglant dans la lointaine Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Pékin affirme que tout processus de paix doit bénéficier de la participation de la Russie et de l’Ukraine et a lancé ses propres idées en faveur de la paix.

Zelensky a récemment mené une campagne diplomatique pour attirer des participants.

Les troupes russes, qui contrôlent désormais près d’un quart des terres ukrainiennes à l’est et au sud, ont réalisé quelques gains territoriaux ces derniers mois. Lorsque les discussions sur une initiative de paix organisée par la Suisse ont commencé l’été dernier, les forces ukrainiennes avaient récemment reconquis de vastes étendues de territoire, notamment près des villes du sud de Kherson et du nord de Kharkiv.

Dans le contexte du champ de bataille et de la stratégie diplomatique, les organisateurs du sommet ont présenté trois points à l’ordre du jour : la sécurité nucléaire, comme celle de la centrale électrique de Zaporizhzhia contrôlée par la Russie ; aide humanitaire et échange de prisonniers de guerre ; et la sécurité alimentaire mondiale – qui a parfois été perturbée en raison des expéditions entravées via la mer Noire.

Cette liste de choses à faire, qui résume certaines des questions les moins controversées, est bien en deçà des propositions et des espoirs exposés par Zelensky dans une formule de paix en 10 points fin 2022.

Le gouvernement de Poutine, quant à lui, souhaite que tout accord de paix soit construit autour d’un projet d’accord négocié dans les premières phases de la guerre, qui comprenait des dispositions sur le statut neutre de l’Ukraine et des limites à ses forces armées, tout en retardant les négociations sur les zones occupées par la Russie. Les efforts déployés par l’Ukraine au fil des années pour rejoindre l’alliance militaire de l’OTAN ont irrité Moscou.

Alors que le monde entier se concentre récemment sur la guerre à Gaza et les élections nationales de 2024, les partisans de l’Ukraine veulent à nouveau se concentrer sur la violation du droit international par la Russie et sur la restauration de l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

L’International Crisis Group, un groupe consultatif qui œuvre pour mettre fin aux conflits, a écrit cette semaine que « sans surprise majeure sur le Bürgenstock », l’événement est « peu susceptible d’avoir beaucoup de conséquences ».

«Néanmoins, le sommet suisse est l’occasion pour l’Ukraine et ses alliés de souligner ce que l’Assemblée générale de l’ONU a reconnu en 2022 et répété dans sa résolution de février 2023 sur une paix juste en Ukraine: l’agression totale de la Russie constitue une violation flagrante du droit international. , » Ça disait.

Laisser un commentaire

dix-sept − treize =