Estonian Prime Minister Kaja Kallas

Jean Delaunay

La Russie place le Premier ministre estonien Kaja Kallas sur la liste des personnes recherchées

Un porte-parole du Kremlin a déclaré que les accusations concernaient la « profanation de la mémoire historique ».

La Russie a inscrit le Premier ministre estonien Kaja Kallas, un fervent partisan de l’Ukraine, sur la liste des personnes « recherchées ».

Selon la base de données du ministère russe de l’Intérieur, Kallas est désormais recherché dans le cadre d’accusations criminelles, aux côtés du secrétaire d’État estonien Taimar Peterkop et du ministre lituanien de la Culture Simonas Kairys.

Le ministère de l’Intérieur n’a pas précisé dans un premier temps à quelles accusations ils étaient confrontés.

Mais plus tard, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que Kallas et les deux autres ministres baltes avaient été désignés comme recherchés en raison d’une prétendue « profanation de la mémoire historique ».

Les accusations portent spécifiquement sur la « destruction de monuments de soldats soviétiques », selon une source citée par l’agence publique russe TASS.

Kallas a qualifié la décision russe de « rien de surprenant ».

Le Premier ministre estonien Kaja Kallas, à droite, et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy assistent à une conférence de presse conjointe à la Maison Stenbock, à Tallinn, en Estonie, en 2024.
Le Premier ministre estonien Kaja Kallas, à droite, et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy assistent à une conférence de presse conjointe à la Maison Stenbock, à Tallinn, en Estonie, en 2024.

« C’est une preuve supplémentaire que je fais ce qu’il faut : le soutien fort de l’UE à l’Ukraine est un succès et cela nuit à la Russie », a-t-elle écrit mardi sur X.

« Le Kremlin espère maintenant que cette décision contribuera à me faire taire ainsi que d’autres – mais ce n’est pas le cas », a ajouté Kallas. « Au contraire. Je maintiendrai mon ferme soutien à l’Ukraine. Je continuerai à défendre le renforcement de la défense de l’Europe. »

L’inscription du dirigeant estonien sur la liste des personnes recherchées marque une nouvelle escalade des tensions entre la Russie et l’Occident.

Kallas est considéré comme l’un des alliés les plus fidèles de l’Ukraine au sein du bloc européen de 27 pays.

Elle a toujours appelé à intensifier le soutien militaire à l’Ukraine et à étouffer la Russie avec de nouvelles sanctions.

Des troubles ont frappé Kallas en août 2023 après qu’il a été révélé que l’entreprise de son mari continuait ses activités en Russie.

Lors d’un sommet des dirigeants européens en février, Kallas a appelé les pays à faire davantage pour fournir à Kiev les munitions dont elle a besoin pour résister à l’offensive russe.

Elle a déclaré que l’échec de l’UE à atteindre son objectif de fournir à l’Ukraine un million de cartouches d’artillerie d’ici un an était un « signal d’alarme pour en faire davantage ».

Quelques mois seulement après que la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine en février 2022, Kallas a annoncé que son gouvernement retirerait jusqu’à 400 monuments soviétiques des espaces publics.

En août, l’Estonie a retiré un char soviétique de la ville de Narva, près de la frontière russe.

Les États baltes, qui faisaient autrefois partie de l’URSS et des anciens empires russes, ont démoli plusieurs monuments liés à l’implication de la Russie dans leur pays depuis le début de la guerre en Ukraine.

Les critiques estiment que ces mesures créent des divisions et confèrent au Kremlin une victoire de propagande, tandis que les partisans décrivent les monuments comme un douloureux rappel de l’occupation soviétique.

La Russie dispose de lois criminalisant la « réhabilitation des nazis », qui incluent des clauses punissant la profanation des monuments aux morts.

Près d’un quart des 1,3 million d’habitants de l’Estonie sont d’origine russe.

Laisser un commentaire

seize − treize =