La Russie arrête un nationaliste pur et dur qui a accusé Poutine de faiblesse en Ukraine

Jean Delaunay

La Russie arrête un nationaliste pur et dur qui a accusé Poutine de faiblesse en Ukraine

Un nationaliste pur et dur de premier plan qui a accusé le président russe Vladimir Poutine de faiblesse et d’indécision en Ukraine a été arrêté vendredi pour extrémisme, un signal que le Kremlin a durci son approche avec les critiques bellicistes après la rébellion avortée du mois dernier par la société de mercenaires Wagner.

Igor Strelkov, un agent de sécurité à la retraite qui a dirigé des séparatistes soutenus par Moscou dans l’est de l’Ukraine en 2014 et a été reconnu coupable de meurtre aux Pays-Bas pour son rôle dans l’écrasement d’un avion de passagers de Malaysia Airlines cette année-là, a fait valoir qu’une mobilisation totale était nécessaire pour que la Russie remporte la victoire. Il a récemment critiqué Poutine comme une « néantité » et une « médiocrité lâche ».

Le tribunal du district Meshchansky de Moscou a ordonné que Strelkov, 52 ans, de son vrai nom Igor Girkin, soit détenu pendant deux mois dans l’attente d’une enquête sur des accusations d’appels à des activités extrémistes. Il risque jusqu’à cinq ans de prison s’il est reconnu coupable.

Alexander Zemlianichenko/Copyright 2023 L'AP.  Tous les droits sont réservés
Igor Girkin, également connu sous le nom d’Igor Strelkov, l’ancien chef militaire des séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine, est assis dans une cage de verre dans une salle d’audience à Moscou.

Strelkov a rejeté les accusations mais a demandé au juge de le placer en résidence surveillée, invoquant des problèmes de santé.

L’arrestation de Strelkov intervient près d’un mois après une mutinerie de courte durée lancée par le chef mercenaire Yevgeny Prigozhin qui a vu ses troupes de Wagner capturer le quartier général militaire dans la ville méridionale de Rostov-sur-le-Don, puis conduire jusqu’à 200 kilomètres jusqu’à Moscou pour exiger l’éviction des principaux chefs militaires russes. Prigozhin a accepté de mettre fin à la rébellion des 23 et 24 juin dans le cadre d’un accord qui offrait l’amnistie à lui et à ses mercenaires et leur permettait de s’installer en Biélorussie.

La révolte a constitué la menace la plus sérieuse pour les 23 ans de règne de Poutine, érodant son autorité et exposant la faiblesse du gouvernement.

Comme Prigozhin, Strelkov a sévèrement critiqué les chefs militaires russes pour leur incompétence, mais il a également dénoncé le chef de Wagner et a qualifié son action de trahison et de menace majeure pour l’État russe. Les deux hommes ont échangé des insultes à plusieurs reprises et les partisans de Strelkov ont déclaré qu’une enquête pénale sur ses déclarations avait été ouverte par l’un des mercenaires de Wagner.

Strelkov compte plus de 875 000 abonnés sur son canal d’application de messagerie. Le Club des patriotes en colère, un groupe radical récemment créé auquel il appartenait, a publié une déclaration protestant contre sa détention, la qualifiant de « provocation » qui « sape la confiance de la population dans les organes chargés de l’application des lois » et « a des conséquences extrêmement négatives pour la stabilité du pays ».

Strelkov a servi dans l’armée russe pendant les guerres séparatistes tchétchènes et a ensuite rejoint la principale agence de sécurité intérieure du pays, le Service fédéral de sécurité, où il est devenu colonel.

Après avoir pris sa retraite, il a participé à l’annexion par le Kremlin de la péninsule ukrainienne de Crimée, puis a dirigé des combattants dans l’est de l’Ukraine pendant les premiers mois d’une rébellion séparatiste soutenue par Moscou en 2014.

L’année dernière, un tribunal néerlandais l’a condamné, ainsi que deux autres hommes, pour meurtre par contumace pour leur rôle dans l’abattage du vol 17 de Malaysia Airlines avec un missile sol-air russe, tuant les 298 personnes à bord du Boeing 777 alors qu’il survolait l’est de l’Ukraine sous contrôle séparatiste le 17 juillet 2014. Ils étaient accusés d’avoir amené le système de missiles de défense aérienne Buk d’une base militaire russe en Ukraine et de l’avoir mis en position pour le lancement.

Le ministère public néerlandais a déclaré qu’il suivait les développements « avec intérêt, bien que nous ne puissions pas vérifier ce qui se passe ».

Alexandre Nemenov/AP
Pavel Gubarev, un militant du groupe nationaliste Club of Angry Patriots, fait du piquetage devant le tribunal Meshchansky avec une affiche indiquant « Liberté à Strelkov, gloire à la Russie ».

« Bien sûr, nous n’aimerions rien de plus que cet homme, qui a été condamné à la réclusion à perpétuité aux Pays-Bas, qu’il purge sa peine de prison ici. Les victimes du MH17 et leurs proches le méritent », indique le communiqué. « Mais le fait est que la Russie n’extrade pas ses citoyens, et cet événement ne rapproche malheureusement pas cela. »

Strelkov, dont le nom adopté est enraciné dans le mot « tireur », avait un penchant pour l’histoire de la guerre et faisait partie des Russes qui ont participé à des reconstitutions militaires, apparaissant dans l’uniforme d’un officier impérial russe de la Première Guerre mondiale et portant des armes historiques.

Au milieu des combats en Ukraine, il s’est moqué du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, en le traitant de «maréchal du contreplaqué», une référence apparente au passe-temps de Choïgou, la coupe de bois.

Strelkov a longtemps parlé avec mépris de Poutine, l’accusant d’incompétence et de se prosterner devant les intérêts occidentaux, et il a durci sa critique après le début de l’action de Moscou en Ukraine. Il a prédit que la Russie ferait face à une défaite imminente en raison de la réticence de Poutine à déclarer une mobilisation massive et à mettre le pays sur une base militaire complète.

« Beaucoup de paroles creuses, le minimum d’action et l’absence totale de responsabilité pour les échecs – c’est le style de Poutine ces derniers temps », a récemment déclaré Strelkov. « Une non-entité qui a réussi à tromper une grande partie de la population est à la tête du pays depuis 23 ans. »

Il a averti que « le pays ne survivra pas encore six ans sous le règne de cette médiocrité lâche », une référence à la candidature prévue de Poutine pour un autre mandat de six ans lors d’un vote présidentiel en mars 2024.

Tatiana Stanovaya, chercheuse principale au Carnegie Russia Eurasia Center, a déclaré que la rébellion de Wagner a donné aux chefs militaires l’occasion de s’en prendre à ses détracteurs.

« Strelkov avait dépassé toutes les limites imaginables il y a longtemps, suscitant le désir parmi les forces de sécurité – du FSB aux chefs militaires – de l’appréhender », a-t-elle déclaré sur Twitter. « C’est un résultat direct de la mutinerie de Prigozhin : le commandement de l’armée exerce désormais un plus grand poids politique pour écraser ses opposants dans la sphère publique. »

Elle a prédit que s’il « est peu probable qu’il y ait des répressions massives contre les ‘patriotes en colère’, (…) les dissidents les plus véhéments pourraient faire l’objet de poursuites, servant de récit édifiant pour les autres ».

Laisser un commentaire

douze − trois =