This photo released by the Houthi Media Center shows Houthi escort the cargo ship Galaxy Leader on Sunday, Nov. 19, 2023.

Milos Schmidt

La route commerciale de la mer Rouge est encore loin d’être sûre, déclare le patron de Maersk

Le commerce dans la mer Rouge a considérablement diminué depuis le début du conflit houthiste et il pourrait encore falloir plusieurs mois avant de revenir à des niveaux normaux.

Le commerce maritime mondial a été confronté à un revers majeur en raison des attaques croissantes sur la mer Rouge, réduisant de moitié le nombre de conteneurs expédiés dans la région en décembre et ayant un impact sérieux sur le commerce mondial ces derniers mois.

Le conflit en mer Rouge, principalement alimenté par les rebelles yéménites Houthis soutenus par l’Iran qui protestent contre les actions d’Israël à Gaza, continue de s’intensifier, avec plusieurs autres attaques contre des navires commerciaux en provenance de divers pays.

Un certain nombre de compagnies maritimes, telles que Maersk, MSC et Hapag-Lloyd, ont temporairement interrompu l’envoi de leurs conteneurs maritimes à travers la zone de conflit, obligeant les navires à faire des détours longs et coûteux autour de l’Afrique du Sud.

Vincent Clerc, PDG du géant danois du transport maritime Maersk, a déclaré au Financial Times que les perturbations pourraient durer des mois et pourraient encore aggraver l’inflation mondiale.

« Nous ne savons pas si nous parlons de rétablir un passage sûr vers la mer Rouge d’ici quelques jours, semaines ou mois… Cela pourrait potentiellement avoir des conséquences assez importantes sur la croissance mondiale », a déclaré Clerc.

Des chaînes de supermarchés telles que Tesco ont déjà émis des avertissements selon lesquels le conflit en mer Rouge pourrait entraîner une augmentation des prix de certains produits.

Maersk, qui transporte un cinquième du fret maritime mondial, a tenté de reprendre ses voyages après qu’une coalition militaire dirigée par les États-Unis a tenté de créer un passage sûr dans la région, mais a été contrainte de détourner à nouveau ses navires après une nouvelle attaque à la fin. de décembre.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ripostent aux attaques des Houthis

Récemment, le Royaume-Uni et les États-Unis ont lancé des frappes aériennes contre des cibles Houthis au Yémen, ciblant jusqu’à présent plus d’une douzaine de sites, notamment des installations de missiles et de drones.

Les prix du pétrole ont fortement réagi à ces grèves, le pétrole brut de référence européen Brent bondissant de plus de 3 % vendredi après-midi, dépassant les 80 dollars le baril sur ICE Futures Europe. Le brut West Texas Intermediate a également augmenté de plus de 3 % pour atteindre plus de 75 dollars le baril.

Selon le Premier ministre britannique Rishi Sunak : « Le Royaume-Uni défendra toujours la liberté de navigation et la libre circulation des échanges. Nous avons donc pris des mesures limitées, nécessaires et proportionnées en matière de légitime défense. »

Le président américain Joe Biden a souligné : « Ces frappes ciblées sont un message clair selon lequel les États-Unis et nos partenaires ne toléreront pas d’attaques contre notre personnel ni ne permettront à des acteurs hostiles de mettre en péril la liberté de navigation sur l’une des routes commerciales les plus critiques au monde. »

Le commerce mondial fortement perturbé par les attaques en mer Rouge

Un nouveau rapport de l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale souligne que le commerce mondial dans la mer Rouge a chuté de près de 1,3 % entre novembre et décembre, en raison des attaques des Houthis. Le nombre de conteneurs circulant habituellement dans la zone a diminué de près de 70 %.

Cela a entraîné une augmentation significative des délais de transport et des coûts de fret entre l’Asie de l’Est et l’Europe, car plusieurs conteneurs doivent trouver des itinéraires alternatifs, allant souvent jusqu’à contourner le continent africain.

Plusieurs pays ont également été touchés par leurs importations et leurs exportations, l’Allemagne ayant enregistré une baisse de 1,9 % de ses exportations et de 1,8 % de ses importations. L’Union européenne a connu une baisse de 2 % de ses exportations et une réduction de 3,1 % de ses importations. Les États-Unis ont connu une baisse de 1,5 % de leurs exportations et de 1 % de leurs importations, bien que le pays soit un peu moins dépendant du canal de Suez et de la mer Rouge que l’UE.

La Chine, en revanche, comblant sans aucun doute le vide, a vu ses exportations augmenter de 1,3 % et ses importations de 3,1 %. Cependant, cela pourrait aussi être dû à une tendance cyclique annuelle avant le Nouvel An lunaire chinois.

Laisser un commentaire

16 + 4 =