A rice field in Dorno, Italy

Jean Delaunay

La réforme des OGM mise en doute après l’échec de la tentative de sortir le gouvernement de l’impasse

Les militants anti-OGM affirment que le dernier échec des gouvernements à s’entendre sur des contrôles plus légers pour les cultures génétiquement modifiées donne le temps d’envisager les risques et les alternatives, mais les producteurs de semences affirment que l’UE risque de prendre du retard dans la concurrence mondiale.

Les réformes prévues de la réglementation européenne sur les cultures génétiquement modifiées sont désormais remises en question après l’échec hier de la tentative belge de conclure un accord intergouvernemental sur la libéralisation des nouvelles technologies.

Le président sortant du Conseil de l’UE avait cherché à apaiser les inquiétudes de la Pologne et d’autres pays en suggérant des ajustements qui limiteraient la capacité des entreprises de biotechnologie à breveter, et ainsi à détenir un monopole sur les souches végétales créées à l’aide de nouveaux outils d’édition génétique.

Mais l’Autriche, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie ont toutes indiqué qu’elles s’opposeraient même à la dernière proposition de compromis, tandis que la Belgique, la Bulgarie et l’Allemagne s’abstiendraient. Cela a incité la Belgique à retirer un vote de l’ordre du jour d’une réunion de diplomates à Bruxelles aujourd’hui.

En vertu du système de vote pondéré utilisé au Conseil, un projet de loi doit être soutenu par au moins 15 États membres représentant au moins 65 % de la population de l’UE. Les 18 États qui ont manifesté leur soutien au compromis belge ne représentent que 62 % de la population de l’UE.

Une source diplomatique a confirmé que cela fermait effectivement la dernière possibilité pour la Belgique de négocier un accord.

La semaine prochaine, la présidence pour six mois sera confiée à la Hongrie, dont la constitution interdit l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés dans l’agriculture. Alors que la Pologne est la prochaine à présider les délibérations législatives intergouvernementales, l’avenir de la réforme est désormais fortement incertain, même si le Parlement européen a déjà adopté une position favorable à la réforme.

Le règlement sur les nouvelles techniques génomiques (NGT) déposé par la Commission européenne l’année dernière créerait une nouvelle catégorie d’OGM qui seraient traités comme globalement équivalents aux plantes sélectionnées de manière conventionnelle, tandis que les produits de première génération contenant des gènes étrangers provenant d’autres espèces resteraient soumis à des réglementations. la réglementation la plus stricte.

Les opposants à la libéralisation proposée soutiennent que ces OGM de « catégorie 1 » peuvent encore avoir des impacts imprévisibles sur l’environnement et la santé, et que le principe de précaution devrait s’appliquer.

Astrid Österreicher, de l’ONG allemande TestBiotech, qui avait écrit aux délégations nationales avant le vote prévu pour les exhorter à rejeter la proposition, s’est félicitée du fait qu’il n’y aurait pas d’« accord précipité ».

Les gouvernements de l’UE auraient désormais plus de temps pour discuter d’une proposition alternative du régulateur français Anses et des questions plus larges en jeu, a-t-elle déclaré. « Cela ne s’est pas produit suffisamment jusqu’à présent », a déclaré Österreicher à L’Observatoire de l’Europe.

« Par exemple, il n’y a eu aucune discussion sur l’évaluation des risques au niveau du Conseil, ce qui est dommage compte tenu des faiblesses scientifiques de la proposition de la Commission », a-t-elle déclaré.

Mais Petra Jorasch, responsable de l’innovation en matière de sélection végétale à l’association professionnelle Euroseeds, a affirmé que ce serait une erreur de continuer à regrouper les produits de « catégorie 1 » avec la première génération d’OGM que la directive européenne existante était censée réglementer strictement.

« Toute sélection végétale est en un sens une modification génétique, et les nouvelles techniques génomiques – comme la sélection conventionnelle – utilisent du matériel provenant de la même espèce, tandis que les OGM ‘classiques’ incluent des gènes d’une autre espèce », a déclaré Jorasch à L’Observatoire de l’Europe.

Dans un autre communiqué, Euroseeds a exprimé sa déception et a averti que l’UE risquait de perdre du terrain face aux régions où la réglementation des nouvelles technologies d’édition génétique était plus légère, car les règles actuelles « entravent ses chercheurs, ses sélectionneurs et ses agriculteurs ».

Les OGM ont longtemps été considérés avec scepticisme par le public européen, et presque tous les pays de l’UE ont utilisé une clause de non-participation dans la directive actuelle qui leur permet d’interdire leur culture au niveau national. En Italie, des militants ont déraciné vendredi soir (21 juin) le premier essai sur le terrain d’une culture génétiquement modifiée, une nouvelle variété de riz nommée « RIS8imo », modifiée pour résister à un champignon responsable de la pyriculariose du riz.

Laisser un commentaire

2 + 10 =